7 clés pour tolérer et gérer l'incertitude

Pour tolérer l'incertitude, nous devons accepter qu'elle existe. Nous focaliserons ainsi notre attention sur nos ressources et non sur nos carences.
7 clés pour tolérer et gérer l'incertitude

Dernière mise à jour : 20 juillet, 2022

Cela arrivera-t-il ou non ? Et si ça arrive ? Voilà à quoi ressemble une situation où nous ne parvenons pas à tolérer et gérer l’incertitude. L’incertitude correspond à des questions sur l’avenir, à des scénarios lointains qui nous désorientent.

Cette préoccupation excessive suscite des peurs et des inquiétudes. De plus, au lieu de nous permettre de penser à des solutions, elle nous bloque dans une impasse.

Pour apprendre à tolérer l’incertitude, l’essentiel est d’accepter qu’elle existe. Il s’agit d’identifier les aspects qui sont sous notre contrôle, et accepter ceux qui nous dépassent. Il faut partir de ce point d’humilité pour mieux tolérer la frustration.

Découvrez ci-dessous les principales clés pour gérer l’incertitude.

1. Prenez soin de vous

Pour tolérer l’incertitude, vous devez concentrer vos efforts sur les aspects que nous pouvons prévoir et anticiper. Vous éviterez ainsi de penser à des situations qui ne génèrent que de l’anxiété et de l’inquiétude.

L’idée est d’être proactif. L’inquiétude, elle, paralyse.

Femme en proie à l'anxiété.
L’angoisse liée à l’incertitude peut nous paralyser et alimenter un cercle vicieux.

2. Imaginez la scène redoutée et associez-la à vos ressources

La situation qui vous cause de l’anxiété a sûrement déjà défilé maintes et maintes fois dans votre esprit, provoquant de l’angoisse et un sentiment de perte de contrôle. Maintenant, vous devriez aller plus loin et vous demander quelles sont les ressources et les forces dont vous disposez pour y faire face.

Imaginer une résolution positive est un moyen d’atténuer l’inconfort. Les solutions au problème viendront ensuite à vous.

3. Pour gérer l’incertitude, il faut apprendre à identifier les émotions et les accepter

Il est nécessaire de savoir ce que vous ressentez à propos de certains problèmes, quelles sont les choses qui provoquent certaines émotions en vous. Il n’est pas indispensable que vous nous montriez forts devant les autres. Apprendre à exprimer et à maîtriser ses émotions, au lieu de les éviter ou de les fuir, permet d’être plus maître de soi-même.



4. Évitez les actes compulsifs

La pandémie en a été un exemple très clair. Soudain, le monde s’est retrouvé dans une situation défavorable, sans précédent, dont on savait peu de choses.

Il est logique que, dans un tel contexte, les premières réactions aient été d’incertitude et l’angoisse. Mais regarder la télévision allumée toute la journée pour vérifier le nombre d’internés était contre-productif : cela générait plus d’anxiété et plus d’angoisse.

Pour cette raison, il est important d’éviter les comportements qui provoquent un effet rebond. Il est aussi nécessaire de bien choisir les sources qui nous informent.

5. Pour tolérer l’incertitude, pensez à vos points d’ancrage

Si vous êtes en proie à l’incertitude face à une décision, compter sur un bon soutien peut aider. Chacun de nous devrait savoir où trouver un refuge lorsque l’incertitude apparaît.

  • Famille
  • Amis
  • Loisirs
  • Vocation

6. Pratiquez la relaxation

Les exercices de respiration aident à rester calmes, par exemple. La pratique de la pleine conscience, dont le slogan “ici et maintenant”, y contribue également.



7. Argumentez avec vos pensées

Vous devez savoir que vos pensées ne sont pas une réalité, mais une construction. Pour cette raison, il faut oser les remettre en question.

La tendance est de renforcer certains aspects et de surestimer leur utilité et leur probabilité. Une autre voie possible est de se demander ce que nous laissons de côté.

Examinez vos pensées pour tolérer l'incertitude.
Méditer est une pratique qui réduit l’anxiété.

Les conséquences de l’intolérance à l’incertitude

Vivre à la recherche de certitude nous prive non seulement de la jouissance du présent, mais transforme également l’avenir en quelque chose d’effrayant. Cette recherche nous soumet à des états de stress chroniques et peut nous conduire à des situations complexes :

  • Troubles anxieux
  • Syndrome d’épuisement professionnel
  • Dépression

Il y a certaines questions qui n’ont pas de réponses concluantes, dans lesquelles nous ne pourrons pas toujours avoir la fin que nous voulons. Plus nous sommes obsédés par quelque chose, plus nous nous sentirons en insécurité, car nous nous laisserons emporter par des biais cognitifs.

Comme le souligne Rebecca Solnit dans son livre L’art de se perdre, le fait de se déplacer en terrain inconnu peut être le bout du fil pour trouver une autre issue : l’incertitude nous apprend à regarder les choses avec d’autres yeux. L’incertitude peut ainsi être le coup de pouce pour développer notre créativité.

Cela pourrait vous intéresser ...
Biais rétrospectif : de quoi s’agit-il ?
Améliore ta Santé
Lisez-le dans Améliore ta Santé
Biais rétrospectif : de quoi s’agit-il ?

Le biais rétrospectif fait partie des multiples biais cognitifs que nous utilisons involontairement quotidiennement. Nous en parlons ici.



  • Moscoso, M. S. (2010). El estrés crónico y la Terapia Cognitiva Centrada en Mindfulness: Una nueva dimensión en psiconeuroinmunología. Persona: Revista de la Facultad de Psicología, (13), 11-29.
  • García-Diex, Gustavo, & García-De-Silva, Rafael, & Moñivas, Agustín (2012). MINDFULNESS (ATENCIÓN PLENA): CONCEPTO Y TEORÍA. Portularia, XII( ),83-89.[fecha de Consulta 3 de Julio de 2022]. ISSN: 1578-0236. Disponible en: https://www.redalyc.org/articulo.oa?id=161024437009