Combien de fois est-il recommandé de se masturber ?

Se masturber ou ne pas se masturber ? À quelle fréquence faut-il le faire ? Y-a-t-il des avantages ? Découvrez ici les réponses à ces questions.
Combien de fois est-il recommandé de se masturber ?

Dernière mise à jour : 25 mai, 2022

Certains se demandent combien de fois il est conseillé de se masturber. Croyances religieuses et morales mises à part, nous nous concentrerons ci-dessous sur les bienfaits de cet activité, ainsi que sur la fréquence à laquelle elle devrait être pratiquée.

Quels sont les avantages de se masturber un certain nombre de fois ?

La masturbation est une activité qui n’a pas de fréquence standard établie. En d’autres termes, il n’y a pas un nombre de fois idéal par semaine pour se masturber. Chacun est libre de se masturber quand il en ressent l’envie.

Les recherches scientifiques montrent que se masturber avec une certaine régularité apporte des bienfaits dans divers domaines. Voyons ci-dessous quels sont ces bienfaits.

1. La masturbation renforce le système immunitaire

Comme l’indique une étude du Département de psychologie médicale de l’Université d’Essen (Allemagne), le plaisir sexuel de la masturbation est associé à une augmentation de la concentration de leucocytes et de globules blancs, les cellules sanguines qui agissent contre les infections).

Cette augmentation a été observée chez les hommes ; on ne sait pas si cela se produit de la même manière chez les femmes. C’est ce qu’ont montré les recherches menées par l’Université du Texas à Austin (États-Unis).

Femme qui se masturbe au lit.

2. Une meilleure réponse sexuelle

Chez les femmes, la masturbation ciblée s’est avérée efficace dans le traitement de l’anorgasmie primaire (difficulté à atteindre l’orgasme). C’est ce qu’à montré une expérience menée par la psychologue Barbara L. Andersen, qui exerce à l’Université de l’Illinois.

D’autre part, il a été démontré que le fait de se masturber de façon régulière a un effet positif sur les hommes ayant des problèmes d’éjaculation précoce. C’est ce qu’a révélé, par exemple, cette étude.

3. Un meilleur sommeil

Selon une récente enquête menée par Appleton Institute of Behavioral Sciences, situé à l’Université du Queensland en Australie, l’autostimulation avant le coucher est associée à une meilleure qualité de sommeil. Les différences entre les sexes sont inexistantes.



4. Se masturber un certain nombre de fois améliore l’humeur

Tout comme après un rapport sexuel satisfaisant, des « substances chimiques » liées au bien-être sont produites lors d’une masturbation satisfaisante. Une recherche systématique publiée par un groupe de chercheurs de l’Université de Téhéran a recueilli des preuves dans ce sens.

La raison en est que des endorphines sont libérés lors de l’orgasme, tout comme lorsque nous faisons de l’exercice, rions ou écoutons de la musique. Une augmentation de cette substance est liée à l’inhibition de la douleur, aux émotions positives et à la bonne humeur.

La masturbation aide à ressentir des émotions positives.

Combien de fois est-il recommandé de se masturber ?

Comme dans de nombreux domaines du sexe, il existe plusieurs mythes sur le nombre de fois idéal. Selon les croyances populaires, l’idéal serait de se masturber au moins deux fois par semaine. Mais comme nous l’avons déjà mentionné, il n’existe aucune règle à cet égard. Tous les besoins varient d’une personne à une autre, y compris les besoins sexuels.

Par ailleurs, comme le dit le proverbe,« tout excès est mauvais ». Une masturbation excessive peut nuire à la santé. Pour savoir si cette situation vous concerne, posez-vous les questions suivantes :

  • Votre pénis ou votre clitoris est-il blessé par les frottements ?
  • Avez-vous augmenté la fréquence de la masturbation sans vous en rendre compte ?
  • Utilisez-vous l’autostimulation pour éviter les problèmes ?
  • Restez-vous chez vous juste pour vous masturber ?
  • Avez-vous des difficultés à atteindre l’orgasme lors de rapports sexuels ?

Si vous répondez oui à la plupart des questions, c’est peut-être le moment d’évaluer les raisons pour lesquelles vous recourez à cette activité. À ce stade, il peut également être instructif de voir dans quelle mesure vous intégrez la masturbation dans votre vie quotidienne et si elle est en harmonie avec le reste de vos activités.



La masturbation est une activité qui peut apporter divers bienfaits, tant qu’elle est pratiquée sainement. Elle ne menace pas les rapports sexuels en couple, bien au contraire.

Cela pourrait vous intéresser ...

Golden shower : qu’est-ce que c’est et quels sont les risques ?
Améliore ta Santé
Lisez-le dans Améliore ta Santé
Golden shower : qu’est-ce que c’est et quels sont les risques ?

La golden shower ou urolagnie est un fétichisme sexuel qui se pratique comme un jeu érotique. Découvrez ici quelques-unes de ses particularités.



  • Andersen B. L. (1981). A comparison of systematic desensitization and directed masturbation in the treatment of primary orgasmic dysfunction in females. Journal of Consulting and Clinical Psychology49(4), 568–570. https://doi.org/10.1037//0022-006x.49.4.568
  • Dfarhud, D., Malmir, M., & Khanahmadi, M. (2014). Happiness & Health: The Biological Factors- Systematic Review Article. Iranian Journal of Public Health43(11), 1468–1477. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4449495/
  • Haake, P., Krueger, T. H. C., Goebel, M. U., Heberling, K. M., Hartmann, U., & Schedlowski, M. (2004). Effects of Sexual Arousal on Lymphocyte Subset Circulation and Cytokine Production in Man. Neuroimmunomodulation, 11(5), 293–298. https://doi.org/10.1159/000079409
  • Lastella, M., O’Mullan, C., Paterson, J. L., & Reynolds, A. C. (2019). Sex and Sleep: Perceptions of Sex as a Sleep Promoting Behavior in the General Adult Population. Frontiers in Public Health, 7, 33. https://doi.org/10.3389/fpubh.2019.00033
  • Lorenz, T., & van Anders, S. (2014). Interactions of sexual activity, gender, and depression with immunity. The Journal of Sexual Medicine11(4), 966–979. https://doi.org/10.1111/jsm.12111
  • Ma, G. C., Zou, Z. J., Lai, Y. F., Zhang, X., & Zhang, Y. (2019). Regular penis-root masturbation, a novel behavioral therapy in the treatment of primary premature ejaculation. Asian Journal of Andrology21(6), 631–634. https://doi.org/10.4103/aja.aja_34_19