Combien de temps devrions-nous dormir selon la science ?

Combien avez-vous d'heures de repos chaque jour ? Le rythme de vie actuel a fait disparaître les habitudes de sommeil qui nous garantissaient une bonne santé.
Combien de temps devrions-nous dormir selon la science ?

Dernière mise à jour : 14 mai, 2021

Il existe une espèce de devise populaire qui dit que lorsque nous mourrons, nous aurons du temps pour dormir. Beaucoup de personnes pensent peut-être que dormir est une perte de temps, car elles pourraient utiliser ces heures pour faire quelque chose de plus productif. Mais qu’en disent les experts ? Combien de temps devrions-nous dormir selon la science ?

Vous serrez surpris d’apprendre le verdict scientifique sur la quantité correcte d’heures de sommeil si nous souhaitons jouir d’une bonne santé et être, en réalité, productifs.

Souvent (et à tort), nous repoussons les heures de sommeil pour le travail, les études ou le sport, en pensant que le temps nous rapportera plus et mieux si nous l’utilisons ainsi. En réalité, c’est tout le contraire. Un bon repos nous offre effectivement de nombreux bienfaits.

Combien de temps devrions-nous dormir ? Pourquoi le sommeil est-il si important ?

Dormir suffisamment est indispensable. Non seulement cela nous procure un bien-être irremplaçable, mais en plus notre organisme nous remerciera.

1. Aide à combattre la dépression

La dépression est associée aux hormones du stress, telles que l’adrénaline et le cortisol. Une quantité insuffisante d’heures de sommeil augmentent la production de ces hormones. En revanche, si le corps se détend et dort bien, nous facilitons la présence de mélatonine et de sérotonine.

Ces dernières substances contrecarrent les effets négatifs que produit le stress et collaborent à notre mieux-être général et émotionnel.

Une femme qui n'arrive pas à dormir.

2. Préserve la santé cardiovasculaire

Cet aspect est lié au précédant car l’insomnie augmente le taux sanguin des hormones du stress. Cela entraîne à son tour une augmentation de la pression artérielle et de la fréquence cardiaque.

En ce sens, le stress est considéré comme un facteur de risque pour les maladies cardiovasculaires.

3. Améliore la mémoire

Lorsque nous dormons, le cerveau continue de travailler. En effet, les connexions neuronales ne s’arrêtent jamais. Le sommeil se compose de plusieurs phases : éveil, sommeil non paradoxal et sommeil paradoxal.

Dans toutes les phases, les neurones travaillent. Néanmoins, c’est lors de la dernière phase que la mémoire à court terme est restaurée et fixée pour devenir une mémoire à long terme. Certaines études ont démontré que faire une sieste juste après avoir étudié permet d’améliorer la mémoire.

4. Aide à perdre du poids

La leptine est l’hormone qui coupe l’appétit. Quand nous dormons suffisamment, les cellules adipeuses appelées adipocytes ne libèrent pas assez de cette substance.

En outre, l’insomnie amène l’estomac à libérer davantage de ghréline qui est l’hormone de l’appétit. C’est pourquoi, le manque de sommeil est associé à l’obésité.

5. Contribue à renforcer le système immunitaire

Un autre système qui travaille pendant que nous dormons est le système immunitaire car il se régénère et se renforce pour mieux combattre les germes et les toxines. Autrement dit, si nous nous reposons suffisamment, nous aurons plus de chances d’éviter les infections.

Combien de temps devrions-nous dormir selon la science ?

Comme nous venons de le constater, le sommeil intervient dans presque tous les systèmes qui permettent au corps de fonctionner. Par conséquent, notre santé mentale, physique et émotionnelle dépendra de la qualité de sommeil ainsi que du niveau de productivité.

Vous avez sûrement entendu la théorie selon laquelle nous devrions dormir 8 heures par jour. Elle remonte à l’année 1938 lorsqu’un chercheur, Nathaniel Kleitman, a passé un peu plus d’un mois dans une grotte sombre avec l’un de ses élèves. En analysant la façon dont ils dormaient, ils ont réalisé qu’ils se reposaient entre 8 heures et 8 heures et demie chaque nuit.

Il existe diverses études qui confirment que dormir un tel nombre d’heures est bénéfique pour la santé. Par exemple, dans le cas des étudiants, il a été prouvé que de mauvaises habitudes de sommeil ont une incidence négative sur les résultats scolaires. C’est la même chose dans le domaine professionnel.

D’autre part, certaines recherches affirment que la mortalité est plus faible chez les personnes qui dorment entre 7 et 8 heures par jour, et plus élevée chez les personnes qui dorment moins de 4 heures.

Une heure de sommeil supplémentaire peut être un facteur déterminant sur la qualité de vie. De plus, le fait que nous soyons productif pendant la journée après avoir dormi moins de 8 heures ne veut pas dire que cela est positif pour notre santé.

Une jeune femme qui dort paisiblement.

Que se passe-t-il quand nous ne dormons pas suffisamment ?

Diverses conséquences négatives se produisent lorsque nous ne dormons pas suffisamment. Depuis les troubles de la santé jusqu’aux complications mentales et émotionnelles, les séquelles peuvent être plus graves que nous le pensons.

Voici quelques-unes des conséquences d’un manque de sommeil :

  • Augmentation du risque de diabète de type 2 : le manque de sommeil entraîne une diminution de la libération d’insuline. L’hormone responsable de la régulation du sucre dans le sang.
  • Troubles de l’anxiété : l’insomnie provoque du stress et, par conséquent, des sentiments d’anxiété et de dépression.
  • Perte du désir sexuel : des habitudes de sommeil perturbées peuvent générer une réduction de la testostérone chez les hommes. Une mauvaise qualité ainsi qu’un manque de repos contribuent à une diminution de la libido et à une faible production de sperme.
  • Troubles cognitifs : le manque de concentration et les problèmes de mémoire peuvent être à l’origine d’accidents de la route, professionnels ou à domicile.
  • Réduction de la croissance musculaire : surtout après 30 ans, où la croissance n’est que de 20 %. Un repos insuffisant altère la régénération cellulaire.

Combien de temps devrions-nous dormir ? Quel est le meilleur choix ?

Maintenant que nous disposons de ces informations, nous savons qu’une heure de sommeil supplémentaire peut être bénéfique pour la santé, le travail et toutes les activités dans lesquelles nous nous impliquons.

Les adultes ont besoin de 8 heures de sommeil, les bébés 13 et les adolescents 9. Si nous multiplions ces heures sur toute une vie, nous réalisons que nous passons une grande partie de notre existence à dormir.

La question est de savoir si cela vaut la peine d’investir tout ce temps de repos en échange d’une vie plus saine. Ou alors de continuer à mal dormir jusqu’à ce que notre corps en prenne pour son grade et qu’il soit trop tard?

Cela pourrait vous intéresser ...
Bien dormir : au-delà de la nuit
Améliore ta SantéLisez-le dans Améliore ta Santé
Bien dormir : au-delà de la nuit

La qualité du sommeil est indispensable au fonctionnement correct de l'organisme ! Alors, comment bien dormir ? Lisez-nous pour le savoir !



  • San Molina, L. (2010). Comprender la depresión. Editorial AMAT.
  • Alonso, C. F. (2009). El estrés en las enfermedades cardiovasculares. Libro de La Salud Cardiovascular Del Hospital Clínico San Carlos, 583-590.
  • Rico-Rosillo, María Guadalupe, and Gloria Bertha Vega-Robledo. “Sueño y sistema inmune.” Revista Alergia México 65.2 (2018): 160-170.
  • Escobar, Carolina, et al. “La mala calidad de sueño es factor promotor de obesidad.” Revista mexicana de trastornos alimentarios 4.2 (2013): 133-142.
  • Reinoso-Suárez, F. (2005). Neurobiología del sueño. Revista de Medicina de la Universidad de Navarra, 10-17.
  • Strada Herrera, G. La función de memoria del sueño. Cómo el cerebro promueve el aprendizaje mientas duerme.
  • Zapata Giraldo, A. F. (2013). La temporalidad en el insomnio(Bachelor’s thesis, Uniandes).
  • Castro, A. M., Caamaño, L. U., & Julio, S. C. (2014). Calidad del dormir, insomnio y rendimiento académico en Estudiantes de Medicina. Duazary: Revista internacional de Ciencias de la Salud11(2), 2.
  • Rodríguez-Morilla, B., & Madrid-Navarro, C. J. (2015). ¿ Cuándo, cuánto y cómo dormir?. Eubacteria, nº 33 (2015).