Combien de temps mettent nos objets les plus habituels à se décomposer dans la nature ?

19 janvier 2021
Saviez-vous qu'un flacon en verre pouvait mettre jusqu'à 4000 ans à se dégrader ? Nous allons, dans cet article, vous parler des délais de décomposition des objets que nous utilisons au quotidien.

Ce n’est que lorsque nous saurons combien de temps mettent nos objets les plus habituels à se décomposer dans la nature que nous prendrons conscience du mal que causent les déchets que nous produisons. Si nous connaissions la durée de dégradation de certains produits, nous éviterions peut-être de les utiliser ou, du moins, nous diminuerions leur consommation.

L’importance du recyclage va bien au-delà de la réutilisation des objets d’une façon différente après leur avoir appliqué certains processus. Il s’agit de contribuer à la santé de la planète et de sauver des bois, des forêts, des plages et des savanes de l’effet nocif des déchets quand ils y terminent leur route.

Papier et carton

Le papier est fait à base de cellulose, un polymère formé de milliers de molécules de glucose qui appartient au monde des hydrates de carbone. On la retrouve dans les principaux composants d’une plante. Selon les différents processus par lesquels elle passe au cours de la fabrication, elle donnera son aspect final au papier.

En plus d’avoir une très longue histoire, le papier est présent partout : à la maison, au travail, à l’école, dans les bureaux. Il semble être indispensable, que ce soit pour compléter un formulaire, acheter un livre ou écrire une note à la main.

Chaque fois que nous jetons une feuille de papier, celle-ci mettra entre 5 et 12 mois à se dégrader dans l’environnement. Cela ne semble pas être un grand délai, mais la feuille a besoin de se retrouver dans les conditions nécessaires pour bien se biodégrader. En d’autres termes, elle doit recevoir de la lumière, de l’eau et de l’oxygène pour que ce processus se fasse de façon naturelle.

Des canettes en aluminium.

L’aluminium est un matériau présent dans la vie quotidienne, aussi bien dans la construction que dans de petits objets.

Ceci peut vous intéresser : 10 astuces pour prendre soin de l’environnement

Objets en aluminium

L’aluminium se trouve dans le groupe des métaux légers et est très utilisé pour remplacer l’acier dans certaines structures qui requièrent une charge plus légère. Par ailleurs, on l’utilise dans la construction, dans l’industrie automobile et aéronautique et dans la fabrication d’emballages.

Les canettes en aluminium peuvent se recycler avec un taux de récupération très élevé, pouvant atteindre les 95 %. On peut ainsi sauver presque tout l’emballage pour son recyclage et sa réutilisation. Si la canette se retrouve dans la poubelle et n’est pas recyclée, elle mettra environ 10 ans à se dégrader.

Néanmoins, il y a bien un type d’emballage que nous utilisons beaucoup, le tetrabrik. Celui-ci se compose de cellulose, de polyéthylène et d’aluminium. Dans ce cas, on peut compter jusqu’à 30 ans avant qu’il ne se décompose complètement.

Objets plastiques

Le plastique est un matériau synthétique fait à base de dérivés du pétrole. Il présente tellement d’avantages au niveau de la fabrication de tout type d’objets que son utilisation est devenue complètement démesurée et constitue désormais une menace pour tous les écosystèmes.

Les objets en plastique font partie du groupe de ceux qui mettent le plus de temps à se décomposer. Et nous parlons en termes de siècles. Leur dégradation peut prendre jusqu’à 500 ans. Par ailleurs, ils ne se désintègrent pas totalement mais se transforment en microplastiques qui restent dans la mer, sur les plages et dans les sols du monde entier.

80 % de la pollution des mers et des océans vient de la terre.

Poursuivez votre lecture : 8 façons de réduire l’utilisation du plastique dans votre maison

Piles

Les piles sont fabriquées avec différentes substances, parmi lesquelles certaines sont très nocives pour la santé et l’environnement : dioxyde de magnésium, mercure, nickel et cadmium. Il se peut qu’elles n’occasionnent pas de dommages sous de petites quantités mais, si nous parlons de milliers de tonnes, le panorama change radicalement.

Il existe différents types de piles : de carbone-zinc, alcalines, de lithium. Si chacune d’elles présente diverses utilisations, elles polluent toutes le sol et l’eau dans une plus grande ou plus faible proportion.

Lorsque le processus de désintégration commence, leurs couches libèrent des métaux comme le mercure, qui a un pouvoir polluant préoccupant. Une pile pollue 3000 litres d’eau, tandis qu’une pile de mercure le fait pour 600 000 litres.

Verre

Le verre est un matériau céramique amorphe qui se fait à base de sable de silice et d’oxydes métalliques secs qui se pulvérisent et s’introduisent dans un réacteur qui peut atteindre plus de 1000°C. Un liquide à la consistance épaisse se crée et lui donne forme au fur et à mesure que la consistance solide est atteinte.

Bouteilles, flacons, fenêtres, pare-brise, lampes… Tous ces éléments en verre font partie de la vie et passent même inaperçus. Il existe deux chiffres liés aux objets en verre qui, en plus d’être révélateurs, sont bouleversants. Le verre met en effet 4000 ans à se dégrader et est 100 % recyclable.

Cela signifie qu’avec de petits gestes, comme recycler les récipients, nous pouvons donner des milliers d’années de santé à la planète.

Poursuivez votre lecture : Comment recycler vos bouteilles en verre pour décorer votre jardin

Temps de dégradation d’autres objets

Des microplastiques dans une main.

Les microplastiques sont un problème croissant qui s’accumule dans l’environnement et est de plus en plus présent.

Pour savoir combien de temps les objets les plus habituels mettent à se décomposer, les scientifiques se basent sur différents tests. Ils mesurent ainsi le taux de production de dioxyde de carbone ou la consommation d’oxygène des organismes.

Par exemple, ils placent des résidus organiques dans un conteneur avec de la terre et des micro-organismes, comme un trognon de pomme et un sac en plastique, et y font circuler de l’air. Au fil des jours, ces micro-organismes digèrent les matériaux et produisent du dioxyde de carbone, dont la quantité sert en tant qu’indicateur de dégradation.

Dans le cas du sac plastique, on n’enregistre pas de consommation de dioxyde de carbone de la part des organismes. Ils ne le voient pas comme un aliment. Cela veut dire que ce matériau ne se biodégrade pas mais est photodégradable et répond aux rayons ultraviolets du soleil.

Sur la base de ce type de désintégration, les scientifiques estiment que des siècles peuvent s’écouler avant qu’un sac plastique ne se transforme en particules microscopiques. En plus des objets que nous avons déjà mentionnés, nous voulons maintenant partager avec vous le temps de dégradation d’autres éléments que nous utilisons au quotidien.

Végétaux 5 jours – 1 mois
Vêtements en coton 2 -5 mois
Vêtements en laine 1 – 5 ans
Chaussures en cuir 25 – 40 ans
Tissus en nylon 30 – 40 ans
Mégots de cigarettes 1 – 12 ans
Couches 500 – 800 ans
Briquets Plus de 100 ans
Batteries de téléphone 450 – 1000 ans
Cartes de crédit 1000 ans

Le temps de décomposition des objets les plus habituels est un signal d’alarme

La dégradation environnementale commence quand on enterre les résidus. Rappelons-nous que tout ce que nous jetons à la poubelle commencera son processus de décomposition et libérera des toxines qui sont nocives pour l’environnement et pour nous.

Au fil des ans, des siècles et des millénaires que peuvent mettre les matériaux à se désintégrer, l’important est que nous prenions conscience que la santé de la Terre se trouve entre nos mains. Nous vous invitons donc à mettre en pratique le concept des trois “R” : réduire, réutiliser et recycler.

Avec de tout petits efforts, nous pouvons contribuer à la conservation de la planète, maintenant que nous savons combien de temps mettent les objets les plus habituels à se décomposer dans la nature.

  • Bernache, G. (2006). Cuando la basura nos alcance: el impacto de la degradación ambiental. Ciesas.
  • Copedé, M. (2016). Restauración del papel: Prevención, conservación, reintegración(Vol. 16). Editorial Nerea.
  • Delgado, F. M., García, D. P. S., & Flórez, J. J. O. (2015). Reciclaje de aluminio: oportunidades de desarrollo en Bogotá (Colombia). Gestión y Ambiente18(2), 135-152.
  • Segura, D., Noguez, R., & Espín, G. (2007). Contaminación ambiental y bacterias productoras de plásticos biodegradables. Biotecnología14(C23), 361-371.
  • Elías, R. (2015). Mar del plástico: una revisión del plástico en el mar. Marine and Fishery Sciences (MAFIS)27, 83-105.
  • Díaz, J. C., & Arias, M. L. D. (2004). La contaminación por pilas y baterías en México. Gaceta Ecológica, (72), 53-74.