Comment faire du compost organique bocashi ?

Le bocashi est un engrais organique fermenté dont l'apport aux plantes est hautement nutritif. Découvrez ici comment préparer ce compost.
Comment faire du compost organique bocashi ?

Dernière mise à jour : 11 juin, 2022

L’engrais naturel et le compost organique sont deux alternatives qui remplissent une double fonction : recycler les déchets organiques et ajouter des éléments nutritifs au sol sans utiliser d’additifs chimiques. Avez-vous entendu parler de l’engrais organique bocashi ?

Ce type d’engrais est fabriqué “à partir de la fermentation de matières sèches convenablement mélangées”. Il se distingue par son apport important en éléments nutritifs pour les cultures. Découvrez ici ce qu’il contient et quels sont ses bienfaits.

Qu’est-ce que l’engrais organique bocashi ?

Le terme bocashi est d’origine japonaise et se traduit par « matière organique fermentée ». Lorsque nous parlons d’un engrais organique qui passe par un processus de fermentation, nous faisons référence à une méthode de semi-décomposition aérobique (qui nécessite de l’oxygène) de micro-organismes de déchets organiques, dans des conditions contrôlées qui favorisent ce processus.

Dans ce cas particulier, le compost est étuvé pour profiter de la chaleur produite par ladite fermentation aérobique. Si l’humidité et la température sont adéquates, ces micro-organismes décomposent les composants les plus simples de la matière organique, à savoir des sucres, amidons et protéines qui profiteront au sol. Les fameux trois M des jardiniers experts seraient ainsi couverts :

  • Microorganismes
  • Minéraux
  • Matière organique
Qu'est-ce que l'engrais organique bocashi ?
Le bocashi se distingue par sa teneur abondante en nutriments bénéfiques pour le sol.

Quels sont les bienfaits du bocashi ?

L’utilisation de cet engrais organique présente de nombreux avantages. Les plus pertinents sont les suivants :

  • Il ne faut que deux semaines pour le préparer, alors que la préparation du compost traditionnel peut prendre jusqu’à 90 jours.
  • Il fournit une grande quantité de matière organique aux organismes qui se trouvent dans le sol et qui l’enrichissent encore plus. Bien qu’elle semble inerte, la terre regorge de petites vies.
  • Il est moins cher que les engrais synthétiques et plus respectueux de l’environnement, car il n’y a aucun risque de contamination du sol ou de l’eau.
  • Il ne produit pas de gaz toxiques ni de mauvaises odeurs.
  • Il favorise la régulation des agents polluants dans le sol, tels que les bactéries, les champignons, entre autres.



Comment faire de l’engrais organique bocashi ?

Maintenant que vous savez ce que c’est et quels sont ses avantages, découvrez comment préparer votre propre bocashi.

Terre tamisée

Le sol doit être préalablement tamisé pour éviter que cailloux, bois et mottes ne filtrent. Ce sera le site où toute l’activité microbienne aura lieu. Idéalement, il devrait être abondant en minéraux, argiles et micro-organismes.

De la même manière, il aura pour fonction d’uniformiser la texture de l’engrais et d’aider à répartir l’humidité. Le sol aura pour fonction d’absorber et de retenir les nutriments qui iront ensuite aux plantes.

Balle de riz

Le principal apport de ce matériau est le silicium, qui aide à contrôler l’humidité. De plus, il renforce les plantes et les prépare mieux à affronter les nuisibles.

D’autre part, il augmente l’activité microbiologique du sol et est une source principale d’humus. Il fournit également du phosphore, du potassium et d’autres minéraux dans une moindre mesure. Ainsi, il devient un excellent régulateur de l’acidité du sol.

Fumier de poule

Bien qu’il puisse être remplacé par un autre type de fumier de lapins, vaches, chevaux, etc., il faut s’assurer que les animaux n’ont pas consommé d’antibiotiques. Sinon, il n’y aura pas de vie microbienne sur terre.

Le fumier de poule fournira de l’azote, qui est essentiel pour les engrais organiques qui passent par le processus de fermentation. Il améliore également le sol pour son apport en calcium, magnésium, fer, zinc, cuivre et autres nutriments essentiels.

Charbon de bois

Ce composant facilite une distribution correcte des racines, de l’air, de l’humidité et de la chaleur. Étant un matériau poreux, il retient, filtre et libère les nutriments dont les plantes ont besoin.

D’autre part, il régule la température des plantes, ce qui les rend plus résistantes lors des basses températures. Lorsque le charbon de bois se décompose, le précieux humus se forme. La seule suggestion est que vous choisissiez un petit charbon de bois, pas plus d’un centimètre de long.

Charbon de bois.
Le charbon de bois est un élément clé dans la fabrication du bocashi. Il apporte des nutriments et favorise la régulation de la température des plantes.

Farine de roche ou cendre

Son apport principal est les minéraux. Vous pouvez l’obtenir dans le marbre ou les carrières, et ils ne vous factureront pas car c’est le gaspillage du travail qu’ils y font. Si possible, essayez d’obtenir des cendres de différents types de pierres et de marbres.

Mélasse

La mélasse peut provenir de la canne ou de la betterave et sa fonction est énergétique. Il aidera à la reproduction microbiologique et laissera sa part de potassium, phosphore, calcium, bore, entre autres. Pour l’ajouter à la préparation, vous pouvez le diluer avec de l’eau pour faciliter le travail.

Levure

Ils constituent la base microbiologique à partir de laquelle va commencer la reproduction des organismes. Vous pouvez utiliser de la levure en barre, de la levure en poudre ou du levain.

Eau

L’eau que vous allez utiliser ne doit pas contenir de chlore car elle se retrouverait avec des organismes microbiotiques. Vous pouvez l’obtenir des sources ou le récupérer de la pluie. Enfin, recueillez de l’eau ordinaire et laissez-la reposer pendant environ trois jours avant de l’utiliser.



Ingrédients

  • 1 seau de 10 litres ou similaire
  • 8 litres d’eau
  • 12 kilogrammes de fumier ou de fumier de poule
  • 12 kilogrammes de balle de riz
  • 2 kilogrammes de charbon de bois
  • 12 kilogrammes de terre commune
  • 1,2 kg de cendres ou de farine de roche
  • 1,2 kilogrammes de grammes de son de riz
  • 200 grammes de mélasse
  • Un peu de levure

Instructions

  • Tout d’abord, vous devez introduire l’eau, la levure et la mélasse dans le seau. Remuez, couvrez et laissez reposer pendant environ 24 heures.
  • Choisissez l’endroit où sera placé le bocashi et introduisez la terre mélangée et le charbon de bois.
  • Ajoutez une couche de fumier, la balle de riz, le son et, enfin, la farine de roche.
  • Répartissez uniformément le ferment préparé la veille et laissez reposer un jour de plus.
  • Pendant deux semaines, remuez le bocashi matin et soir.

Il est important de noter que le mélange ne doit pas dégager d’odeur rance, car cela pourrait indiquer que quelque chose ne s’est pas bien passé.

Engrais organique Bocashi : que faut-il retenir ?

Le bocashi se distingue parmi les engrais organiques en raison de ses propriétés importantes. Pour l’utiliser, il suffit de le mélanger avec la terre ou le substrat qui va servir à la plantation, soit en pleine terre, soit en pot. Il convient à la fertilisation des jardins familiaux.

Cela pourrait vous intéresser ...
3 erreurs courantes dans le compost maison
Améliore ta Santé
Lisez-le dans Améliore ta Santé
3 erreurs courantes dans le compost maison

Vous faites votre propre compost maison mais ça ne marche pas ? Pas de panique, nous allons vous donner quelques conseils.



  • Ramos Agüero, D., & Terry Alfonso, E. (2014). Generalidades de los abonos orgánicos: Importancia del Bocashi como alternativa nutricional para suelos y plantas. Cultivos tropicales35(4), 52-59.
  • Ramos Agüero, D., Terry Alfonso, E., Soto Carreño, F., & Cabrera Rodríguez, J. A. (2014). Bocashi: abono orgánico elaborado a partir de residuos de la producción de plátanos en Bocas del Toro, Panamá. Cultivos Tropicales35(2), 90-97.
  • Agüero, D. R. (2014). Revisión bibliográfica. Generalidades de los abonos orgánicos: importancia del bocashi como alternativa nutricional para suelos y plantas. Cultivos Tropicales35(4), 52-59.
  • Bautista-Cruz, A., Cruz Domínguez, G., & Rodríguez-Mendoza, M. D. L. N. (2015). Efecto de bocashi y fertilizantes de liberación lenta en algunas propiedades de suelos con maíz. Revista mexicana de ciencias agrícolas6(1), 217-222.
  • Gómez, D., & Vásquez, M. (2011). Abonos orgánicos. PYMERURAL Y PRONAGRO.
  • Sepúlveda, S. (2021). Consejo al agricultor: Ventajas del bocashi. Cápsula Radial INIA La Platina.