Comment le corps assimile-t-il le glucose ?

26 septembre 2020
Notre métabolisme peut brûler les graisses et les protéines et en faire une source d’énergie, mais avec une efficacité moindre. C’est pour cela que le glucose est la meilleure source d’énergie pour nos cellules.

Même si le glucose est très important pour que notre corps fonctionne normalement, il est nécessaire en quantités modérées. Lorsque les niveaux en glucose sont trop élevés ou hors de contrôle, nous pouvons avoir de sérieux problèmes de santé.

Le glucose est un monosaccharide qui contient 6 atomes de carbone. C’est une forme de sucre, et c’est l’un des composants organiques les plus abondants sur Terre.

Il a comme fonction principale d’être une source d’énergie pour toutes les cellules du corps. Les sucres sont nécessaires pour de nombreux organes, comme le cerveau et d’autres tissus. Avec les lipides, le glucose est l’une des principales sources d’énergie.

Glucose et sucre ne sont pas la même chose

Ce sont deux composants que nous ne devons pas confondre. Le sucre (saccharose) est un autre composant chimique qui est formé par des molécules de glucose et des molécules de fructose.

Même si le corps assimile le glucose après qu’il ait été dégradé, le sucre n’est pas nécessaire dans notre alimentation. Le glucose est ce dont l’organisme a besoin pour fonctionner. Et, comme nous le verrons ensuite, il peut provenir d’autres sources.

Lisez-en plus à ce sujet : Consommez-vous réellement toutes les fibres dont vous avez besoin ?

Les principales sources de glucose

Les sources de glucose.

Nous ne devons pas confondre le sucre et le glucose. Le corps a besoin de glucose, pas forcément de sucre.

Normalement, nous ingérons le glucose par le biais des glucides et du sucre. Les aliments les plus courants qui en contiennent sont le pain, les pâtes, le riz, les légumes, les fruits et les produits laitiers.

Tous les glucides apportent du glucose à notre organisme après avoir été dégradés. La seule exception sont les fibres. Comme nous n’avons pas les enzymes adaptés pour dégrader les fibres, elles passe par le tube digestif intactes, puis arrivent au côlon. C’est dans le côlon que nos bactéries intestinales seront chargées de digérer les fibres.

Cependant, il convient de souligner que l’organisme dispose aussi d’autres voies pour l’énergie, en l’absence de glucides. Avec les graisses et les protéines, on active d’autres routes métaboliques et le corps assimile aussi le glucose.

Comment le corps assimile-t-il le glucose ?

Quand nous mangeons des aliments riches en glucides, la digestion commence. Depuis la bouche jusqu’à l’intestin grêle, et grâce aux enzymes, aux sucs digestifs et aux mouvements du système digestif, nous dégradons les glucides complexes jusqu’à obtenir du glucose.

Les molécules de glucose passent dans l’intestin grêle. Mais à partir de là, elles ne peuvent toujours pas être utilisées par nos cellules.

Une fois arrivées dans l’intestin grêle, elles passent dans le sang. À ce moment-là, entrent en jeu le pancréas et l’insuline. Quand le cerveau détecte la présence de glucose dans le sang, il envoie un signal à la glande endocrine pour qu’elle sécrète de l’insuline. Dans des situations normales, le pancréas sécrète l’insuline nécessaire de manière automatique à chaque moment.

On pourrait dire que l’insuline est comme la clé qui ouvre la porte des cellules pour que le glucose puisse y entrer. Une fois dans la cellule, le glucose peut être utilisé comme source d’énergie.

Selon la source, le mode d’absorption est différent

Même si le sucre et les glucides terminent par apporter de l’énergie à l’organisme, l’assimilation du glucose dans le corps n’est pas la même selon ce que nous mangeons.

Certains aliments sont essentiellement riches en sucre simples : le miel, le sucre de table, les sirops, les rafraîchissements ou les jus de fruits. Parce qu’il est digéré rapidement, le glucose atteint le sang plus rapidement, ce qui produit des pics de glycémie. Comme réponse, le pancréas sécrète lui aussi plus d’insuline, qui sera plus abondante dans le sang.

Après l’action de l’insuline, une diminution rapide de la glycémie se produit, ce qui donne lieu à une hypoglycémie. C’est une conséquence de la réponse du pancréas qui peut nous faire expérimenter une sensation de faim, des nausées, une vision trouble ou double, et des maux de tête.

En revanche, quand nous mangeons des aliments riches en glucides complexes (complets et riches en fibres), le glucose de l’organisme est assimilé différemment : il est plus lent et progressif. En conséquence, l’insuline apparaît aussi de manière plus constante. La glycémie reste stable et pour plus longtemps, et nous évitons des pics brusques d’augmentation puis de manque d’énergie.

Les jus : une source de sucres simples.

Les jus et smoothies sont des sources de sucres simples.

Découvrez cet article : Quels sont les symptômes de l’hypoglycémie ?

Conséquences des sucres simples sur la santé

Nous avons déjà vu que la consommation d’aliments riches en sucres simples provoque des pics d’insuline et de glucose dans le sang. Si cette consommation est continue, elle génère un plus grand risque de souffrir de pathologies comme l’obésité, de maladies cardio-vasculaires, d’hypertension artérielle et du syndrome métabolique.

De plus, il y a un risque que notre pancréas ne fonctionne plus de manière normale, ou que nos cellules génèrent une résistance à l’insuline. Si cela arrive, la glycémie sera continuellement élevée – et on parlera ainsi de diabète.

Le corps a besoin d’un bon glucose

Comme nous l’avons vu, une assimilation rapide peut nous provoquer des montées et descentes brusques d’énergie pendant la journée. Et sur le long terme, des problèmes de résistance à l’insuline ou même un diabète de type 2.

La meilleure manière de l’éviter est de manger des aliments frais et riches en glucides complexes : fruits et légumes, céréales complètes, tubercules et produits laitiers.

  • Beilby J. (review). Definition of Metabolic Syndrome: Report of the National Heart, Lung, and Blood Institute/American Heart Association Conference on Scientific Issues Related to Definition. The Clinical Biochemist Reviews. 2004. 109:433-8.
  • Berg, JM et al. Biochemistry. New York. WH Freeman 2002. Section 30.2.
  • Delli Bovi AP, et al. Obesity and Obesity Related Diseases, Sugar Consumption and Bad Oral Health: A Fatal Epidemic Mixtures. Transnational Medecine. Enero 2017. 16:11-16.
  • Lennerz BS, et al. Effects of dietary glycemic index on brain regions related to reward and craving in men. The American Journal of Clinical Nutrition. Setiembre 2013; 98(3):641-7.
  • Lustig RH, et al. The toxic truth about sugar. Nature. Febrero 2012. 482;27-29.
  • Vasanti S, et al. Sugar-Sweetened Beverages and Risk of Metabolic Syndrome and Type 2 Diabetes. Diabetes Care. Noviembre 2010. 33(11):2477-2483.