Comment les antibiotiques agissent contre les infections urinaires

1 septembre 2020
Les antibiotiques sont utilisés contre les infections urinaires car la plupart du temps, les agents responsables sont des bactéries. Il existe plusieurs options thérapeutiques pour le traitement et nous vous en parlons ici.

La prescription d’antibiotiques pour les infections urinaires est une pratique courante. Après consultation médicale et diagnostic certifiant la colonisation bactérienne, le professionnel prescrit la prise d’un antimicrobien pendant un certain nombre de jours. Ce protocole est presque toujours adapté et efficace.

La situation se répète parce que, d’une part, la pathologie est l’une des plus fréquentes dans la pratique ambulatoire générale au niveau mondial. D’autre part, les antibiotiques se sont avérés être le moyen le plus efficace de contrôler ce trouble et d’éviter les complications.

Les infections urinaires et leur contexte

La fréquence de cette maladie est très élevée, surtout chez les femmes. On estime que 20 % de la population féminine souffrira d’une infection urinaire nécessitant des antibiotiques au moins une fois dans sa vie.

Bien qu’elle soit moins fréquente chez les hommes, une complication résultant de leur manque d’attention est la prostatite chronique. Beaucoup d’hommes commencent par des symptômes urinaires qu’ils ne considèrent pas pertinents ; par conséquent, les bactéries colonisatrices migrent vers la prostate et s’y installent jusqu’à provoquer une inflammation grave.

Les statistiques montrent également que la forme de présentation basse est de loin la plus courante. On entend par infection urinaire basse celle qui se produit dans la vessie et l’urètre, tandis que l’infection urinaire haute se produit dans les reins et les uretères.

En ce qui concerne l’âge, le vieillissement s’avère être un facteur de risque. Les femmes après la ménopause et les hommes âgés en maison de retraite ont une forte probabilité d’être infectés.

Les infections urinaires peuvent être douloureuses.

Lire la suite : La septicémie urinaire : causes et traitement

Quelle est la cause de la maladie et pourquoi les  antibiotiques sont-ils efficaces ?

Comme nous l’avons déjà mentionné, les bactéries sont les microorganismes les plus étroitement liés aux infections urinaires. Au-delà des virus et des champignons, ce sont elles qui sont à la source du plus grand nombre de cas.

Et parmi elles, c’est la variété Escherichia coli qui est à l’origine de jusqu’à 80% des cystites et des urétrites. Cette bactérie est un habitant régulier du système digestif, en particulier de la dernière section intestinale. A tel point que sa transmission est généralement endogène, c’est-à-dire que la personne la transmet d’un côté à l’autre.

Chez la femme, l’explication vient de l’urètre plus court que chez l’homme et de la position plus proche entre les systèmes urinaire et digestif. Cela favorise le passage d’Escherichia coli entre l’anus et l’orifice urétral, où il monte pour coloniser.

Dans une moindre mesure, d’autres microorganismes sont générateurs d’infections urinaires, parmi lesquels on peut citer les suivants :

  • Proteus mirabilis
  • Klebsiella pneumoniae
  • Enterococcus faecalis

Toutes ces bactéries sont sensibles à un certain type d’antibiotique, et un antibiogramme peut donc être nécessaire avant le début du traitement. Ce test mesure la sensibilité des agents pathogènes aux médicaments pour prescrire le bon, qui est capable d’annihiler le microorganisme.

Les antibiotiques les plus couramment utilisés pour les infections urinaires

Une fois que l’agent causal a été identifié et que l’antibiogramme a déterminé quel antibiotique est le plus approprié pour cette infection des voies urinaires, le protocole de traitement est lancé. Il n’existe pas de médicament idéal, mais la prescription doit être adaptée à chaque cas particulier.

En ce sens, il est nécessaire de prendre en compte l’âge du patient, les éventuelles maladies d’accompagnement, les allergies et le type de troubles causés dans le système rénal. Quels sont les antibiotiques les plus utilisés ? Nous allons tout vous dire à ce sujet.

Pénicillines et dérivés

La pénicilline est l’un des groupes les plus anciens dans la lutte contre les bactéries et a évolué au fil du temps. Dans cette famille se trouvent l’amoxicilline et l’ampicilline, toujours efficaces contre une grande variété de microorganismes. De même, nous avons les céphalosporines, telles que la céphalexine, la céphalotine et la ceftriaxone.

La plupart des Escherichia coli sont sensibles à ces antibiotiques, tout comme les Proteus. Chez les femmes enceintes, ils constituent une excellente option, car les études n’ont pas enregistré d’effets sur le fœtus, de sorte qu’ils sont très sûrs à utiliser dans cette situation.

La péniciline contre les infections urinaires.

 

Aminoglycosides

Cette famille, qui est représentée par la gentamicine, est un bactéricide pour les types gram-négatifs. Cela signifie qu’ils ne suspendent pas la croissance bactérienne, mais tuent le microorganisme qui est classé dans cette catégorie. C’est pourquoi les entérocoques sont traités avec eux.

Ils ont un certain nombre d’effets négatifs qui limitent leur utilisation. Il est préférable de les éviter chez les femmes enceintes et chez les nourrissons qui sont encore en train de développer leurs tissus, en raison de la possibilité d’interférer avec les processus de formation des cellules.

Quinolones

Avec le temps et la découverte de nouveaux médicaments, certains antibiotiques ont gagné du terrain au détriment des infections urinaires. Ce fut le cas des quinolones qui, à un rythme soutenu, ont déplacé les amoxicillines et les pénicillines.

Ce changement n’a pas toujours été fondé sur des preuves scientifiques, mais il a été imposé. Il est possible que ce soit en raison de la facilité d’utilisation de ces médicaments, qui nécessitent moins de prise pendant moins de jours.

La famille comprend la norfloxacine, la ciprofloxacine, la péfloxacine et la gatifloxacine. Les deux premiers sont les plus indiqués dans cette maladie en raison de leur action bactéricide. Un avantage de ce groupe est que les quinolones sont concentrées avec puissance dans les tissus où elles doivent attaquer.

Pour les hommes, par exemple, leur pouvoir de pénétration dans la prostate fait d’eux la première ligne de défense contre la chronification de l’état. La norfloxacine, en revanche, est présente en forte concentration dans l’urine une fois ingérée.

En savoir plus : Norfloxacine : usages et effets secondaires

Triméthoprime avec sulfaméthoxazole

On ne considère pas cette combinaison de médicaments comme un antibiotique en soi. Elle ne peut pas toujours être utilisée car sa capacité d’action est limitée pour les bactéries les plus souvent présentes dans les infections urinaires. Cependant, si l’antibiogramme le permet, ce n’est pas une mauvaise option.

Cette association a une bonne pénétration dans la prostate, c’est donc la deuxième ligne de choix pour les hommes, après la norfloxacine. En outre, ses faibles effets indésirables lui confèrent un profil de sécurité adapté à presque tous les âges et toutes les affections.

Utilisation rationnelle des antibiotiques contre les infections urinaires

Comme toujours avec les antibiotiques, quel que soit le type d’infection, l’utilisation rationnelle est primordiale. Lorsqu’ils sont pris et prescrits sans discernement, les souches bactériennes acquièrent une résistance et leur traitement devient de plus en plus difficile.

C’est pourquoi il est essentiel de consulter un médecin et de faire faire un antibiogramme si l’urgence du cas le permet. Ainsi, le choix du médicament se base sur la preuve de son efficacité à provoquer la mort des bactéries et à réduire l’apparition de souches résistantes.

 

  • Orrego-Marin, Claudia Patricia, Claudia Patricia Henao-Mejia, and Jaiberth Antonio Cardona-Arias. “Prevalencia de infección urinaria, uropatógenos y perfil de susceptibilidad antimicrobiana.” Acta Médica Colombiana 39.4 (2014): 352-358.
  • Tandogdu, Zafer, and Florian ME Wagenlehner. “Global epidemiology of urinary tract infections.” Current opinion in infectious diseases 29.1 (2016): 73-79.
  • Medina, Martha, and Edgardo Castillo-Pino. “An introduction to the epidemiology and burden of urinary tract infections.” Therapeutic advances in urology 11 (2019): 1756287219832172.
  • Barker, Charlotte I., Eva Germovsek, and Mike Sharland. “What do I need to know about penicillin antibiotics?.” Archives of Disease in Childhood-Education and Practice 102.1 (2017): 44-50.
  • Hanif, Shamayela. “Frequency and pattern of urinary complaints among pregnant women.” Journal of the College of Physicians and Surgeons–pakistan: Jcpsp 16.8 (2006): 514-517.
  • Alinejad, Saeed, et al. “Nephrotoxic effect of gentamicin and amikacin in neonates with infection.” Nephro-Urology Monthly 10.2 (2018).
  • Tayebi, Zahra, et al. “Comparison of quinolone and β-lactam resistance among Escherichia coli strains isolated from urinary tract infections.” Infezioni in Medicina 24.4 (2016): 326-330.
  • Talan, David A., et al. “Extended-release ciprofloxacin (Cipro XR) for treatment of urinary tract infections.” International journal of antimicrobial agents 23 (2004): 54-66.
  • Stamatiou, Konstantinos, and Nikolaos Pierris. “Mounting resistance of uropathogens to antimicrobial agents: A retrospective study in patients with chronic bacterial prostatitis relapse.” Investigative and clinical urology 58.4 (2017): 271-280.
  • NEMIROVSKY, CORINA, et al. “Consenso Argentino Intersociedades de Infección Urinaria 2018-2019-Parte I.” MEDICINA (Buenos Aires) 80.3 (2020): 229-240.