Comment pouvez-vous vous défendre contre des proches toxiques ?

· 6 janvier 2015
Il nous est très difficile de couper les ponts avec un membre de notre famille. Nous partageons le même sang, et les relations sont souvent compliquées. Si vous ne voulez pas que votre famille vous manipule, défendez-vous et imposez vos limites. Apprendre à vous connaître, savoir qui vous êtes ou ce que vous voulez ne fait pas de vous un(e) égoïste, mais une personne sincère.

Nous avons tous quelqu’un dans notre famille qui présente ces caractéristiques. Des personnes qui ne pensent qu’à elles-mêmes, qui nous manipulent, qui jouent avec nos émotions. Une situation d’autant plus compliquée que nous partageons des liens étroits avec elles. Dans cette situation, que pouvons-nous faire ?


Les proches toxiques, ou quand la famille nous étouffe

Même les experts le disent, avoir des proches toxiques dans notre cercle personnel peut gravement nuire à notre qualité de vie. Si, par exemple, nous avons un ami manipulateur avec des tendances égoïstes, il est assez facile de rompre les liens d’amitié qui nous unissent pour aller chercher mieux ailleurs. Pour retrouver un équilibre nécessaire et une certaine intégrité. Mais, quand la personne manipulatrice est notre mère, notre frère ou notre époux, que faire ? Ce sont deux choses bien différentes et nous pouvons tous le comprendre.

Nous ne pouvons pas couper les ponts aussi facilement avec un frère, une mère, des beaux-parents. Beaucoup de personnes ont fini par s’y résoudre pour se préserver. Mais il y a des moments où les liens familiaux se resserrent, où ces proches toxiques nuisent gravement à notre propre équilibre émotionnel.

Un exemple simple de ce cas de figure se produit lorsque des parents ne permettent pas à leurs enfants de choisir librement leur partenaire amoureux. Ou bien qu’ils critiquent leurs amitiés et leurs relations. Nous avons tous le droit de nous tromper, mais en aucun cas ils ne peuvent nous interdire ces choses ou nous sanctionner. Certains frères et sœurs, certains cousins continuent parfois d’exiger des choses, ils nous jettent au visage des choses qui nous blessent, qui nous font du mal. Que pouvons-nous faire ? Comment agir ? Nous vous donnons les clés.

1. Mettez des limites, sachez ce que vous voulez et ce que vous ne pouvez pas permettre

famille3

Nous allons voir un premier exemple. Vous vous rendez chez les parents de votre partenaire, et ils vous ont préparé à manger un plat très épicé. Vous n’aimez pas la cuisine qui pique trop, vous ne vous sentez pas bien, mais pour ne pas attirer l’attention ou pour ne blesser personne, vous gardez le silence et mangez le plat. A partir de ce moment, à chaque fois que vous irez chez vos beaux-parents ils vous donneront le même type de nourriture, et vous n’avez plus qu’une seule solution : dire à voix haute que la cuisine épicée ne vous plaît pas. Il est probable qu’ils vous répondent : « Pourquoi ne l’as-tu pas dit avant ? ».

C’est un exemple assez simple. Un moyen de comprendre que nous devons toujours informer les autres de ce que nous pouvons, et de ce que nous ne pouvons pas accepter. Si vous ne pouvez pas, tous les jours, accompagner votre mère ou votre soeur aller faire les courses, dites-leur. Si cela ne vous plaît pas qu’ils vous disent comment éduquer vos enfants, dites-leur. Si vous ne voulez pas être manipulé, défendez-vous et posez des limites. Élevez la voix pour vous faire entendre, sans accuser. Pour vous défendre sans attaquer. Parlez toujours avec respect et bienveillance, vous ne voulez pas rompre des liens mais simplement informer les autres de ce que vous êtes, et de ce que vous voulez. Ce n’est pas être égoïste, mais être sincère.

2. Apprenez à affirmer les choses sans condescendance

Aplomb

Parfois, à trop vouloir ne pas heurter notre famille nous gardons pour nous toutes nos pensées. Les parents et grands-parents qui se plaignent d’être seuls, alors qu’en réalité nous allons les voir dès que nous le pouvons. Les frères qui nous reprochent de ne pas les soutenir de la manière dont nous devrions. Il faut simplement agir avec aplomb, mais avec respect et bienveillance pour leur dire la vérité : « Je viens dès que de je peux et tu sais que si tu as besoin de quoi que ce soit, je suis là ». « Tu sais que je t’ai toujours soutenu mais ne me demande pas des choses que je ne peux pas faire. Je suis moi aussi dans une situation difficile, et tu dois essayer de me comprendre ». Montrez toujours votre sincérité, montrez que vous êtes là, mais dites à voix haute la vérité que vous pensez et que vous avez besoin de dire, informez vos proches de ce que vous pouvez faire et de ce que vous ne pouvez pas faire. Mettez en évidence que vous avez vous aussi des besoin, qui doivent être respectés.

3. Soutenez inconditionnellement votre famille mais gardez votre intégrité

technique-de-libération-émotionnelle

La famille passe toujours en premier. Nous le savons. Mais, si c’est la chose la plus importante de notre vie, et qu’elle nous fait parfois du mal, il faut savoir se protéger des dommages que cela peut faire à notre existence. Certaines personnes ont souffert d’abus et de maltraitances durant leur enfance. Maintenir une relation de famille avec les personnes qui en sont responsables ne sera jamais possible, et cela doit être clair. L’essentiel est de toujours faire attention à son estime personnelle, de toujours être une personne mature, équilibrée, qui a besoin d’être heureuse chaque jour. Si quelqu’un de votre famille vous fait du mal, le mieux est d’établir une distance et de s’éloigner pour récupérer notre intégrité et notre tranquillité.  

Nous savons tous que les relations familiales ne sont jamais simples, mais nous devons tous essayer d’y faire régner l’harmonie. S’il y a des manipulations importantes ou un égoïsme criant de la part de certains membres de la famille, cela doit être traité avec le plus de justice possible. Ce qui est juste c’est de respecter l’espace de chacun, pour que tout le monde soit heureux et pour éviter davantage de conflits. Nous savons tous que la famille est une partie essentielle de ce que l’on est, de notre identité, de nos racines, mais si ces racines sont trop épineuses, et nous causent seulement de la souffrance, nous devons nous en éloigner. Défendez-vous, faites attention à vous, dites toujours ce que vous êtes capable d’accepter et ce que vous ne pouvez pas tolérer. Aimez les vôtres mais, avant tout, aimez-vous vous-même.