Comment s’attrapent les oreillons ? Doit-on vacciner ?

12 novembre 2020
La meilleure façon de se prévenir contre les oreillons est sans aucun doute le vaccin ROR. Ce vaccin combine des substances afin de lutter contre la rougeole, les oreillons et la rubéole. C'est une protection à la fois individuelle et collective.

Les oreillons sont une maladie contagieuse qui peut être aiguë ou chronique et qui affecte une ou deux glandes salivaires. Ils s’agit des glandes qui produisent la salive. On les trouve à l’arrière de la mâchoire.

Cette maladie est causée par un virus qui appartient à la famille des Paramyxoviridae. Elle est généralement fréquente chez les enfants et les adolescents. Cependant, elle peut également provoquer de fortes infections chez les adultes.

Les oreillons peuvent également affecter d’autres glandes du corps. Mais aussi le système nerveux et les testicules.

Avant l’introduction de la vaccination, les oreillons étaient endémiques dans le monde entier. Elle touchait ainsi la plupart des enfants âgés entre 2 et 15 ans.

Depuis l’introduction du vaccin, la fréquence d’apparition de la maladie a fortement diminué. Il existe aujourd’hui seulement quelques foyers occasionnels en Amérique latine. Les oreillons se transmettent généralement deux jours avant que les glandes salivaires ne s’enflamment. C’est à dire 7-9 jours après.

Tout comme nombre de virus respiratoire, la transmission se fait par les gouttelettes expulsées à la suite d’un éternuement, d’une toux ou lors de la parole.

Quels sont les symptômes des oreillons ?

Une fillette souffrant des oreillons.

Certaines personnes infectées par le virus des oreillons ne présentent aucun symptôme ou alors de très légers symptômes. Lorsque des signes et des symptômes apparaissent, c’est généralement environ deux à trois semaines après l’exposition au virus.

Le principal symptôme des oreillons est l’inflammation des glandes salivaires. Cela fait alors gonfler les joues. En plus de cette inflammation caractéristique, les patients peuvent également présenter les signes suivants :

  • Des douleurs dans la zone des glandes salivaires. Et ce, sur un côté du visage ou sur les deux .
  • Une douleur lors de la mastication ou de la déglutition
  • De la fièvre.
  • Des maux de tête et des douleurs musculaires.
  • De la faiblesse et de la fatigue
  • Une perte d’appétit.

Les complications

Les complications des oreillons sont généralement rares. Il est cependant possible qu’il y en ait. Parmi ces dernières, on compte :

  • Une perte auditive.
  • Un risque de fausse couche chez la femme enceinte.
  • Des anomalies du rythme cardiaque.

Bien qu’ils ne soient pas très courants, ils peuvent cependant être potentiellement graves. La plupart impliquent une inflammation d’une partie du corps.

Mis à part les glandes salivaires, environ un tiers des hommes atteints des oreillons développent également un gonflement d’une ou des deux testicules. Cette complication est connue sous le nom d’orchite. Cette pathologie peut éventuellement entraîner la stérilité. Cependant, ce sont des cas assez rares.

Lisez aussi : Le sérum physiologique aide à soulager la grippe chez les enfants

Une autre complication qui peut apparaître chez les femmes lors d’une infection aux oreillons est l’inflammation des ovaires. Là encore cela est généralement très peu fréquent.

D’autre part, et en de rares occasions, le système nerveux central peut également connaître une inflammation et même entraîner une méningite ou une encéphalite.

La prévention des oreillons

Un enfant malade.

La meilleure manière de se protéger contre les oreillons reste, bien sûr, le vaccin ROR. Ce vaccin est une combinaison qui permet de prévenir la rougeole, les oreillons et la rubéole. Il s’agit d’une protection à la fois individuelle et collective.

Le vaccin ROR est inclus dans le calendrier de vaccination des enfants. Deux doses sont administrées, l’une à 12 mois et l’autre à 3 ans. À ce stade, il convient cependant de rappeler que les vaccins ne protègent pas à 100 %. En effet, certains cas isolés peuvent toujours se produire. Ainsi, il faut mentionner qu’en 2019, il y a eu une épidémie d’oreillon.

De plus, il y a eu un problème avec certaines doses du vaccin ROR. Et ce, bien que la protection du vaccin ait une efficacité supérieure à 95 %. Les personnes vaccinées entre 1995 et 1998 et entre 1985 et 1988 jouissent ainsi d’une protection nettement moindre.

Comment traiter les oreillons ?

Comme il s’agit d’une infection virale, le traitement est axé sur la réduction des symptômes. On parle alors de traitement symptomatique. Il repose sur l’administration d’anti-inflammatoires non stéroïdiens (les AINS). On préconise également le repos.

Les antibiotiques ne doivent donc pas être administrés. En effet, ils ne sont efficaces que contre les infections bactériennes, et non contre les infections virales. Une fois qu’un cas d’oreillons est déclaré, il est conseillé de revoir la vaccination des membres du foyer au cas par cas et de revacciner en cas de doute.

Vous pouvez également lire : Comment prévenir l’abus de médicaments sous ordonnance ?

D’autre part, mentionnons que l’alimentation est un autre facteur important à prendre en compte en cas de contamination par les oreillons. La capacité de manger dépend de l’état de la personne malade. En général dans le cas des oreillons, elle ne peut ingérer que des aliments mous. Toutefois, si l’absorption est possible, il ne sera pas nécessaire de limiter le régime.

  • Gentile, A., Bakir, J., Firpo, V., Caruso, M., Lución, M. F., Abate, H., … Debbag, R. (2011). Coberturas de vacunación en niños menores o igual a 24 meses y percepción de enfermedades. Revista Hospital de Niños.
  • Segura Benedicto, A. (2012). La supuesta asociación entre la vacuna triple vírica y el autismo y el rechazo a la vacunación. Gaceta Sanitaria. https://doi.org/10.1016/j.gaceta.2011.11.018
  • Fernández Codina, A., Aranda Fernández, S., & Sampedro Jiménez, F. (2015). Parotiditis aguda. Emergencias.
  • Nazar M., G., Iñiguez O., F., Der M., C., Méndez R., C., García B., C., Arce V., J., … Talesnik G., E. (2009). Parotiditis aguda recurrente en el niño. Revista Chilena de Pediatría. https://doi.org/10.4067/s0370-41062001000500007