5 conseils pour aider les enfants à tolérer la frustration

Les enfants qui ne savent pas tolérer la frustration sombrent devant les revers et peuvent abandonner leurs objectifs. Nous vous expliquons ici comment les aider à développer cette compétence nécessaire.
5 conseils pour aider les enfants à tolérer la frustration

Dernière mise à jour : 22 août, 2022

Tolérer la frustration n’est facile pour personne. Nous aimerions tous que les événements soient sous notre contrôle et se déroulent en notre faveur. Nous sommes découragés lorsqu’un projet échoue, qu’un objectif n’est pas atteint ou que quelque chose que nous désirons profondément nous est refusé. Cependant, pour les enfants, c’est plus compliqué en raison de leur immaturité cognitive et de leur manque de ressources.

Le cerveau des tout-petits est en cours de développement et certaines fonctions, comme le contrôle des impulsions, ne sont pas encore complètement établies. Les enfants manquent d’expérience et d’outils pour gérer leurs émotions, raison pour laquelle ils peuvent s’effondrer plus facilement dans certaines situations.

Si vous souhaitez aider votre enfant à tolérer la frustration, nous vous proposons ici quelques lignes directrices à cet égard.

Comment aider les enfants à tolérer la frustration ?

Il est important de se rappeler que tolérer la frustration ne signifie pas ne pas la ressentir. Il est impossible qu’une personne (et encore moins un enfant) ne se décourage pas ou ne se fâche pas dans une certaine mesure face à un échec ou à un refus.

Ignorer ce sentiment ne ferait que le réprimer. Ce que nous pouvons faire, c’est apprendre aux plus petits à ne pas dramatiser et, surtout, à savoir canaliser cette émotion. Pour ce faire, vous pouvez suivre les étapes ci-dessous.

enfant frustré.
La frustration fait partie de la vie. Ignorer cette émotion n’est pas sain, il faut essayer de la gérer.

1. Laissez-les se frustrer

Pour acquérir une compétence, il faut de la pratique. Si vous ne laissez pas vos enfants être frustrés, ils ne sauront pas comment gérer cette émotion quand elle se présentera.

De nombreux parents surprotègent leurs enfants, font tout pour eux et évitent tout défi dans le but de les débarrasser de l’inconfort. Cependant, il est important de leur permettre ces opportunités.

Ne faites pas pour votre enfant ce qu’il peut faire pour lui-même, ne vous laissez pas aller à tous ses caprices ou ne cédez pas à toutes ses demandes si elles ne sont pas raisonnables. N’offrez pas non plus d’éloges vides. Au contraire, renforcez son autonomie, encouragez son effort et fixez-lui des limites que vous jugez saines et appropriées, même si elles mettent votre tout-petit mal à l’aise.

2. Validez l’émotion

Le but n’est pas d’éliminer ou de réprimer la frustration. Votre enfant le ressentira à de multiples reprises et aura besoin de vous pour l’accompagner dans son mal-être, l’aider à comprendre et mettre un nom sur ce qui lui arrive.

Par exemple, imaginez que l’enfant joue avec un objet en verre et que vous le lui enleviez pour qu’il ne se blesse pas. Cela peut déclencher une crise de colère, et c’est naturel.

Vous pouvez le soutenir à ce moment-là en restant calme et avec des phrases comme “Je sais que tu es en colère parce que tu voulais jouer avec ce bel objet, mais ce n’est pas possible, car c’est dangereux et tu pourrais te blesser”. Ne le grondez pas et ne le punissez pas pour avoir exprimé son désaccord. Permettez-lui de ressentir la frustration et aidez-le à comprendre et à canaliser ce qu’il ressent.



3. Encouragez une attitude active et positive

Tolérer la frustration ne signifie pas abandonner. Ces moments stimulants sont idéaux pour encourager les enfants à adopter une attitude active face aux circonstances.

Par exemple, s’il a perdu dans une compétition sportive, encouragez-le à se demander ce qu’il peut faire différemment la prochaine fois pour obtenir de meilleurs résultats.

C’est aussi l’occasion d’apprendre à négocier. Par exemple, si votre fils veut aller au cinéma, mais que vous lui avez dit non parce que vous devez terminer les tâches ménagères, il peut vous proposer de vous aider pour que vous soyez libre plus tôt.

Cela encourage un état d’esprit de croissance, où l’enfant comprend qu’il peut s’améliorer, apprendre et s’épanouir), plutôt qu’un état d’esprit fixe, où il suppose que ses possibilités sont limitées et qu’il ne peut rien y faire.



4. Enseignez les outils de régulation émotionnelle

Les enfants qui ont du mal à tolérer la frustration peuvent réagir avec de la colère, des pleurs incontrôlés et même de l’agressivité. Cela se produit parce qu’ils ne peuvent pas réguler leurs émotions ou diminuer leur activation.

Vous pouvez offrir à votre petit certains outils à utiliser dans ces moments compliqués. Par exemple, apprenez-lui des exercices de respiration simples ou créez un coin sûr chez lui où il pourra aller se calmer.

Mère et fille méditent pour tolérer la frustration.
Les enfants peuvent apprendre de leurs parents quelques techniques utiles qui leur permettent de gérer les moments de frustration.

5. Fixez-leur des objectifs et encouragez la persévérance

Enfin, pour aider les enfants à tolérer la frustration, il est important de trouver un équilibre. Si nous sommes trop autoritaires, que nous les critiquons toujours et exigeons à outrance, nous générons peur, malaise et démotivation. Au contraire, si nous sommes trop permissifs, nous ne les laissons pas apprendre.

L’essentiel est de fixer des objectifs d’apprentissage adaptés à leur âge et à leurs capacités, afin qu’ils puissent les atteindre et réussir, même s’ils demandent de la persévérance et plusieurs tentatives. Attribuer des responsabilités à la maison et créer des projets artistiques ou créatifs avec les enfants sont deux bons moyens de leur offrir la possibilité de tolérer les erreurs et les frustrations.

Aider les enfants à tolérer la frustration, c’est les préparer à la vie

Cet enseignement est l’un des principaux que doivent entreprendre tous les parents de jeunes enfants. Vos enfants doivent apprendre à gérer la frustration afin de gérer leur vie.

L’école, les relations personnelles, les loisirs, le travail… Tous les domaines nous posent des défis et nous ne les surmontrons pas toujours du premier coup. Les enfants doivent donc être prêts à affronter des revers et à changer de direction sans sombrer émotionnellement. Quelle meilleure façon que d’apprendre cela dans l’environnement sûr qu’est la maison ?

Cela pourrait vous intéresser ...
Discipline positive : qu’est-ce que c’est et comment l’appliquer avec mes enfants ?
Améliore ta Santé
Lisez-le dans Améliore ta Santé
Discipline positive : qu’est-ce que c’est et comment l’appliquer avec mes enfants ?

La discipline positive favorise l'autonomie et l'intelligence émotionnelle. Découvrez comment l'appliquer au quotidien.



  • Hochanadel, A., & Finamore, D. (2015). Fixed And Growth Mindset In Education And How Grit Helps Students Persist In The Face Of Adversity. Journal of International Education Research (JIER)11(1), 47–50. https://doi.org/10.19030/jier.v11i1.9099
  • Klenberg, L., Korkman, M., & Lahti-Nuuttila, P. (2001). Differential development of attention and executive functions in 3-to 12-year-old Finnish children. Developmental neuropsychology20(1), 407-428.
  • Thompson, C. (2021). The Impact of a Classroom Calm Down Corner in a Primary Classroom. NWCommons. Recuperado 2022, de https://nwcommons.nwciowa.edu/education_masters/302/