Déchirure de la coiffe des rotateurs : les étapes de la rééducation

9 septembre 2019
Suite à une déchirure de la coiffe des rotateurs, le programme de rééducation idéal est celui qui favorise une meilleure cicatrisation du tendon et qui prévient la raideur au niveau de l'épaule.

La coiffe des rotateurs désigne un groupe de muscles et de tendons qui enveloppent l’articulation de l’épaule. Une déchirure de la coiffe des rotateurs peut provoquer une douleur sourde à l’épaule, laquelle, souvent, s’aggrave lorsque l’on se couche sur le côté du corps où se trouve l’épaule affectée.

Le risque d’avoir une lésion au niveau de la coiffe des rotateurs augmente avec l’âge.

Les symptômes de la déchirure de la coiffe des rotateurs

La localisation de la coiffe des rotateurs

La douleur liée à une lésion de la coiffe des rotateurs peut se manifester de différentes façons, à savoir :

  • douleur sourde au plus profond de l’épaule
  • altération du sommeil, notamment si l’on dort du côté de l’épaule affectée
  • difficulté pour se coiffer ou toucher l’épaule
  • sensation de faiblesse dans le bras

Les phases du traitement de la coiffe des rotateurs

Après l’intervention chirurgicale réparatrice de la coiffe des rotateurs, la rééducation post-opératoire doit commencer à la base d’une étroite communication entre le médecin traumatologue et le médecin rééducateur.

Le programme de rééducation idéal est celui qui favorise la meilleure cicatrisation du tendon tout en prévenant la raideur à l’épaule. Quel que soit le programme de rééducation choisi, il est important que ce programme prenne en compte le fait que chaque cas est unique, afin que le patient obtienne de bons résultats.

Une rééducation personnalisée

Les étapes de la rééducation doivent être personnalisées en fonction des critères suivants :

  • type et taille de la déchirure de la coiffe des rotateurs
  • qualité des tissus 
  • technique chirurgicale utilisée 
  • fiabilité de l’intervention réparatrice
  • âge
  • niveau d’activité
  • objectifs personnels du patient

Les patients dont la déchirure est majeure ont plus de probabilités que cela se reproduise.Par conséquent, ces patients doivent suivre un protocole de rééducation plus lent afin de protéger la chirurgie réparatrice réalisée.

À l’inverse, les patients qui, après l’opération, présentent un facteur de risque de raideur à l’épaule ont besoin d’une mobilisation précoce afin de prévenir cette complication.

Les étapes de la rééducation sont basées sur l’évaluation périodique du patient. Ce dernier devra également suivre un programme d’exercices à domicile à chaque étape de la rééducation.

Cet article peut également vous intéresser : 3 exercices avec des haltères pour renforcer les épaules

Les programmes de rééducation de la coiffe des rotateurs

Il existe 2 types de programmes :

1. Le programme conservateur

Ce programme prolonge de deux à quatre semaines les phases du traitement en vue de minimiser le stress des tissus et faciliter la cicatrisation.

En principe, les patients âgés de plus de cinquante ans et ceux qui ont une lésion majeure (plus d’un tendon concerné et/ou mauvaise qualité des tissus) doivent suivre un programme de rééducation conservateur.

2. Le programme accéléré

Le programme de rééducation accéléré avance de deux à quatre semaines chaque phase du traitement. Ce traitement est alors idéal pour les patients dont le risque de nouvelle déchirure est absent et pour ceux qui ont besoin d’un traitement précoce.

En somme, ce programme de rééducation est parfait pour les patients âgés de moins de cinquante ans et pour ceux qui ont une lésion mineure (seulement un tendon affecté et une bonne qualité des tissus).

Cet article peut également vous intéresser : Douleurs à l’épaule : conseils et remèdes naturels

Les étapes de la rééducation de la déchirure de la coiffe des rotateurs

Une femme ayant subi une déchirure de la coiffe des rotateurs

La rééducation de la coiffe des rotateurs suite à une arthroscopie est composée de quatre étapes.

Étape 1 : étape post-opératoire immédiate

Cette étape est celle du maintien et de la protection de la chirurgie réparatrice (0-4 semaines). Elle doit être immédiate :

  • avoir une attelle d’immobilisation pour l’épaule en légère abduction et rotation interne
  • dormir sur l’attelle dans un fauteuil inclinable et avec un coussin sous le bras
  • retirer l’attelle uniquement au moment de la toilette et des exercices de rééducation
  • recourir à la cryothérapie
  • faire des exercices pendulaires
  • réaliser des exercices actifs pour le coude, le poignet et la main (rangée articulaire complète)
  • faire des étirements de la colonne vertébrale

Étape 2 : protection et mobilisation active protégée

La deuxième étape est celle de la progression depuis un mouvement passif vers un mouvement actif fonctionnel (4-10 semaines) :

  • au bout de 4 semaines : mobilisation passive en décubitus dorsal
  • après 6 semaines : mobilisation passive complète et début de mobilité active-assistée, puis active
  • au bout de 8 semaines : exercices scapulo-thoraciques et isométriques en chaîne cinétique fermée, et exercices propioceptifs en chaîne cinétique ouverte

Étape 3: renforcement précoce

Cette étape est celle du début du renforcement musculaire (10-14 semaines). Les objectifs sont les suivants :

  • mobilité active complète
  • force, puissance et résistance musculaire
  • contrôle neuromusculaire et propioceptif
  • renforcement de la musculature péri-scapulaire
  • reprise graduelle des activités de la vie quotidienne

Étape 4 : renforcement avancé

Cette étape est celle qui consiste à atteindre le niveau de fonctionnalité acquis avant la lésion (14-22 semaines) :

  • mobilité active complète et non douloureuse
  • reprise des activités sportives
  • force, puissance et résistance musculaire normales
  • reprise de toutes les activités
  • Lech, O., Valenzuela Neto, C., & Severo, A. (2000). Tratamento conservador das lesões parciais e completas do manguito rotador. Acta Ortopédica Brasileira. https://doi.org/10.1590/S1413-78522000000300008

  • Sosa, L., & Medina, S. (2009). El Ejercicio Terapéutico , como componente clave , en el tratamiento Postoperatorio del Manguito Rotador. Canarias Médica Y Quirúrgica.

  • Magaña, M. C., Martínez, P. J., & Vidal, F. A. (2013). Diagnóstico y Tratamiento del Síndrome del Manguito Rotador. Guía De Práctica Clínica. https://doi.org/10.3406/litt.1981.1331