Découvrez comment la réalité virtuelle est utilisée en psychologie

La réalité virtuelle en psychologie peut être utilisée pour un large éventail de situations, allant des angoisses et des phobies à la formation aux compétences sociales. Apprenez-en plus ci-dessous.
Découvrez comment la réalité virtuelle est utilisée en psychologie

Dernière mise à jour : 16 juin, 2022

La réalité virtuelle (RV) est un type de technologie qui permet de recréer des scénarios artificiels avec un grand niveau de détail et qui peut être appliqué à la psychologie. Elle est utilisée pour la simulation.

Au départ, la réalité virtuelle permettait de visualiser des bâtiments avant leur construction et de prendre des décisions sur l’emplacement d’une porte ou d’une fenêtre, par exemple. Or, son potentiel est beaucoup plus important et a permis de grandes avancées en matière de techniques, des avancées qui améliorent la qualité de vie et le bien-être des personnes. Nous nous intéressons ici à la réalité virtuelle en psychologie.

Pourquoi la réalité virtuelle est-elle utilisée en psychologie ?

Les spécialistes du sujet soulignent que la réalité virtuelle présente deux caractéristiques essentielles. La première est le sentiment de présence : la personne se sent impliquée dans la situation. Deuxièmement, la transition, à savoir l’approche progressive de ce qui est redouté.

D’autre part, elle offre une triple expérience :

  1. Émotionnelle
  2. Physiologique
  3. Cognitive

Il est possible de discuter avec le patient des émotions suscitées par l’exposition à sa phobie ou à son anxiété, des pensées qui lui apparaissent et de la corrélation biologique dans son corps. L’approche est ainsi globale, ce qui favorise un meilleur pronostic.

Phobie traitée avec la réalité virtuelle.
L’approche des phobies est peut-être la principale application actuelle de la réalité virtuelle dans le domaine des sciences psychologiques.

Bienfaits et méfaits de la réalité virtuelle en psychologie

Parmi les principaux bienfaits de l’utilisation de la réalité virtuelle, figurent les suivants :

  • La réalité virtuelle permet une véritable immersion dans la situation, comme si le patient y était. De plus, le patient peut se retirer si les circonstances deviennent intolérables. Ou répéter autant de fois que nécessaire.
  • Cette alternative est plus économique que d’autres. Par exemple : quelqu’un qui a la phobie de l’avion, doit payer un billet d’avion pour faire face à la situation et, parfois, celui du thérapeute qui l’accompagne et le guide dans l’exposition. Cette option est inaccessible dans la plupart des cas. La réalité virtuelle permet cette exposition via la création d’un environnement artificiel mais cohérent. De plus, le nombre de séances nécessaires est généralement réduit de moitié par rapport à la méthode traditionnelle.
  • Elle favorise la vie privée et l’intimité. Le patient pourra s’exposer à ce qui l’inquiète sans personne autour de lui, comme cela se produirait dans un environnement réel. Cette option évite donc le sentiment de honte.
  • La réalité virtuelle implique moins de danger. Elle permet une exposition progressive au stimulus sans avoir à faire face aux dangers que la situation implique. Par exemple, dans le cas d’une phobie de la conduite, grâce à cette technologie, le risque d’être impliqué dans un accident disparaît.

Cependant, il faut considérer certains inconvénients. Parmi eux, figurent les suivants :

  • La technologie nécessite un développement spécifique. Par exemple, dans le cas de chaque phobie, il est nécessaire de créer une situation particulière, ce qui implique un investissement.
  • Les conseils ou l’accompagnement d’un professionnel sous une modalité thérapeutique sont nécessaires. Ce n’est pas une méthode d’auto-application.



Quelques usages actuels de la réalité virtuelle

L’une des utilisations les plus fréquentes de la réalité virtuelle en psychologie est le traitement des phobies. Dans le large éventail de cas, nous trouvons les suivants : prise de parole en public, vol, conduite, hauteurs, certains animaux, entre autres.

L’une des techniques utilisées est l’exposition progressive au stimulus aversif, c’est-à-dire au stimulus ou à la situation redoutée. Avec la réalité virtuelle, il est possible de recréer la circonstance, et l’apparence ou l’intensité du stimulus peut être progressivement augmentée.

Le but est ce que la personne corrige les pensées qui sont associées au stimulus. Il est aussi possible d’obtenir un biofeedback avec des informations sur les pulsations, par exemple. Cela aide les patients à savoir comment leur corps réagit face au stimulus, les orientant ainsi vers des techniques d’autorégulation.

Parmi les situations dans lesquelles la réalité virtuelle est utilisée, figurent les suivantes :

  • Douleur chronique
  • Stress post-traumatique
  • Trouble obsessif compulsif
  • Troubles de l’humeur
  • Troubles anxieux et panique
  • Réadaptation et ergothérapie
  • Violence domestique, dans le but d’aborder l’empathie
Consultation virtuelle de psychologie.
La réalité virtuelle et la consultation de psychologie virtuelle sont des approches différentes qu’il ne faut pas confondre.




La technologie au service de la santé mentale

La technologie est souvent diabolisée. Cependant, c’est l’utilisation que nous en faisons qui est bonne ou mauvaise, et pas la technologie en soi.

La réalité virtuelle en psychologie est utilisée pour aider les patients à faire face à leurs difficultés. Elle fournit une base sûre et réelle, qui permet au patient d’affronter plus facilement ses peurs et de, petit à petit, maîtriser la situation.

La réalité virtuelle est donc là pour rester. Son potentiel bénéfique ne fait qu’augmenter.

Cela pourrait vous intéresser ...

La psychanalyse dans la psychologie actuelle : est-elle encore utile ?
Améliore ta Santé
Lisez-le dans Améliore ta Santé
La psychanalyse dans la psychologie actuelle : est-elle encore utile ?

Les nouveaux enjeux qui impactent la société conduisent à questionner la psychanalyse dans la psychologie actuelle.



  • Botella, C., García-Palacios, A., Quero, S., Baños, R. M., & Bretón-López, J. M. (2006). Realidad virtual y tratamientos psicológicos: una revisión. Psicología Conductual3(1), 491-510.
  • Arbona, C. B., Rivera, R. M. B., Tordera, C. P., & Arnal, R. B. (1998). Realidad virtual y tratamientos psicológicos. Análisis y Modificación de Conducta24(93), 5-26.