Deprax : qu’est-ce que c’est et à quoi sert-il ?

8 janvier 2021
Le Deprax est un antidépresseur sédatif qui provoque de la somnolence, surtout au début du traitement. Comment agit-il ? Quels sont ses effets secondaires ? Découvrez-le dans cet article.

Le Deprax est un médicament dont le principe actif est la trazodone. On l’utilise principalement pour traiter la dépression. La traceuse (Deprax) appartient au groupe de médicaments portant le nom d’antidépresseurs et se présente sous forme de comprimés, pour une administration par voie orale. Comment l’administre-t-on ? Quels sont ses effets secondaires ? Nous allons vous l’expliquer au fil de cet article.

À quoi sert le Deprax ?

Le Deprax est un antidépresseur sédatif qui provoque de la somnolence, surtout au début du traitement. La trazodone s’utilise pour le traitement d’épisodes dépressifs majeurs et pour des états mixtes de dépression et d’anxiété.

La trazodone contrôle la dépression mais ne la guérit pas. Elle peut mettre deux semaines ou plus avant de commencer à avoir un effet. Même si vous vous sentez bien, vous ne devez pas arrêter de prendre ce médicament d’un coup car vous pourrez avoir des symptômes d’abstinence.

Le Deprax peut parfois être prescrit à des personnes qui souffrent d’insomnie, d’anxiété et de schizophrénieLa schizophrénie est une maladie mentale qui donne lieu à des pensées altérées et inhabituelles, une perte d’intérêt pour la vie ainsi que des émotions fortes.

On peut aussi l’utiliser pour traiter des mouvements incontrôlés, qui sont un effet secondaire du traitement avec d’autres médicaments.

Un homme souffrant de dépression.

Le Deprax est un antidépresseur qui s’emploie en tant que partie du traitement contre l’insomnie, l’anxiété et la schizophrénie.

Comment prendre de la trazodone ?

La dose initiale est de 100-150 mg par jour, répartie en plusieurs prises après les repas. Une autre possibilité consiste à prendre une dose unique avant de dormir. La dose peut être augmentée progressivement, jusqu’à un maximum de 400 mg par jour.

En général, l’augmentation de la dose est de 50 mg par jour, tous les trois ou quatre jours. En cas d’hospitalisation, la dose peut être augmentée jusqu’à un maximum de 600 mg par jour, divisée en plusieurs prises.

Lorsque l’on trouve la dose adéquate de Deprax, on doit la maintenir pendant au moins quatre semaines. Après cela, on la réduira de façon graduelle, en fonction de la réponse thérapeutique.

Le traitement se maintiendra jusqu’à ce que le patient réussisse à se sentir bien pendant une période de quatre à six mois. La dose se réduira alors progressivement, jusqu’à ce qu’elle soit suffisamment basse pour arrêter le traitement.

Lisez aussi : 5 facteurs qui influencent la dépression

Que faire en cas de surdose ?

En cas de surdose ou d’ingestion accidentelle, consultez immédiatement un médecin ou rendez-vous aux urgences de l’hôpital le plus proche en indiquant le médicament et la dose que vous avez ingérée.

Les symptômes de surdose les plus fréquents sont : somnolence, tournis, nausées et vomissements. Dans les cas les plus graves, le patient peut tomber dans le coma, avoir des convulsions, une hyponatrémie (faible concentration de sodium dans le sang), une hypotension, une tachycardie et une insuffisance respiratoire.

Et si j’oublie de prendre une dose ?

Si vous oubliez de prendre une dose, vous ne devez pas en prendre deux d’un coup pour compenser la dose oubliée. Néanmoins, vous devez la prendre dès que vous vous en souvenez. Mais s’il est presque l’heure de prendre la suivante, ne la prenez pas.

Des antidépresseurs sur une table.

Si l’on oublie une dose du traitement au Deprax, on ne doit pas en prendre deux d’un coup pour compenser.

Possibles effets indésirables de la trazodone

Comme tous les médicaments, le Deprax peut produire des effets indésirables, même si tout le monde ne les ressentira pas forcément. Rendez-vous chez votre médecin ou à l’hôpital le plus proche si vous souffrez de l’un de ces effets :

  • Gonflement des mains, des pieds, des chevilles, du visage, des lèvres ou de la gorge. Il pourrait s’agir d’une réaction allergique.
  • Érection douloureuse du pénis, sans relation sexuelle, qui ne disparaît pas.
  • Coloration jaunâtre de la peau ou des yeux.
  • Infections plus fréquentes. Cela pourrait être dû à un trouble du sang (agranulocytose).

On peut aussi voir apparaître des bleus plus facilement que d’habitude, ce qui pourrait être dû à un trouble du sang (thrombocytopénie).

Par ailleurs, si l’on retrouve une douleur et un gonflement de l’abdomen, des vomissements et une constipation, cela peut indiquer que l’intestin ne fonctionne pas correctement.

Autres effets indésirables de la trazodone

Il est important que vous preniez contact avec votre médecin si vous remarquez les effets secondaires suivants :

  • Pensées autodestructrices.
  • Convulsions ou crises.
  • Éruptions ou sensations étranges sur la peau, comme un engourdissement, des pincements, des brûlures ou un fourmillement.
  • Sensation de confusion, inquiétude, hallucinations, mouvements brusques des muscles et battements de cœur rapides.
  • Difficulté à respirer et à marcher.
  • Perte d’appétit et perte de poids.
  • Rétention de liquides, qui peut causer un gonflement des bras ou des jambes.
  • Mouvements musculaires involontaires, surtout au niveau des bras et des jambes.

Découvrez aussi : Comment reconnaître et prévenir la tachycardie ?

Conclusion

La trazodone est un médicament avec un effet antidépresseur. Prise à faibles doses, elle est utile pour certains troubles du sommeil comme l’insomnie. N’oubliez pas que votre traitement doit toujours bénéficier d’une surveillance médicale.

  • Vademecum. (2016). Trazodona.
  • Chica-Urzola, H. L. (2015). Trazodona en el trastorno del comportamiento del sueño MOR. Revista Colombiana de Psiquiatria. https://doi.org/10.1016/j.rcp.2015.04.004
  • Alcántara-López, M. G., Gutiérrez-García, A. G., Hernández-Lozano, M., & Contreras, C. M. (2009). Trazodona, un antidepresivo atípico con propiedades ansiolíticas y sedantes. Archivos de Neurociencias.
  • Jaffer KY, Chang T, Vanle B, et al. Trazodone for Insomnia: A Systematic Review. Innov Clin Neurosci. 2017;14(7-8):24–34. Published 2017 Aug 1.
  • Generali JA, Cada DJ. Trazodone: Insomnia (Adults). Hosp Pharm. 2015;50(5):367–369. doi:10.1310/hpj5005-367