Dépression chronique : comment affecte-t-elle les personnes ?

Dans la dépression chronique, les symptômes durent au moins deux ans. Elle affecte considérablement la qualité de vie des personnes qui en souffrent.
Dépression chronique : comment affecte-t-elle les personnes ?

Écrit par Equipo Editorial

Dernière mise à jour : 22 février, 2023

La dépression chronique, également connue sous le nom de dysthymie, a tendance à passer inaperçue chez les personnes atteintes de la pathologie, peut-être en raison de sa qualité moins invalidante. Autrement dit, ceux qui en souffrent semblent fonctionner normalement dans leurs activités de la vie quotidienne et ne présentent pas de signes trop évidents.

Selon James Morrison : “Les personnes dysthymiques souffrent en silence et leur handicap peut être subtil : elles ont tendance à investir une grande partie de leur énergie dans le travail et à négliger les aspects sociaux de la vie.” Il est donc important de savoir que ce trouble existe et qu’il affecte la qualité de vie des patients.

Qu’est-ce que la dépression chronique ?

La dépression chronique est aussi appelée dysthymie, trouble dysthymique et trouble dépressif persistant. Le symptôme le plus caractéristique est une humeur triste qui est présente la plupart du temps. Un sentiment d’incompétence, l’irritabilité, la perte d’intérêt et le retrait social, entre autres, y sont associés.

La dysthymie dure plus longtemps que les épisodes dépressifs majeurs et les symptômes se manifestent avec moins d’intensité. Ceux-ci doivent être présents depuis au moins deux ans chez l’adulte et un an chez l’adolescent et l’enfant pour que le diagnostic soit confirmé. De plus, ils ne doivent pas disparaître pendant une période supérieure à deux mois.

Les patients rapportent souvent qu’ils ont toujours été déprimés. Généralement, cette condition fait son apparition dans l’enfance ou l’adolescence. Toutefois, des cas d’apparition tardive aient été enregistrés, plus précisément après l’âge de 21 ans.

Les personnes atteintes de dysthymie ont généralement un handicap plus léger que les personnes atteintes de trouble dépressif majeur. Autrement dit, elles sont capables de vivre leur vie sans traitement jusqu’à ce que les symptômes s’intensifient. Cette situation peut conduire à un épisode dépressif majeur, plus facile à diagnostiquer.

Homme souffrant de dépression.
La dépression chronique affecte de nombreux aspects de la vie quotidienne pendant une longue période de temps.



[/atomik -lu-aussi ]

Comment la dépression chronique affecte-t-elle les personnes ?

Différents domaines de la vie sont touchés par la dépression chronique. Tant le monde émotionnel que le monde physique en subissent les conséquences. Elle affecte également le niveau social, les relations. Voyons plus en détail quelles sont les conséquences qui nuisent à la qualité de vie.

Dans le domaine émotionnel

Les patients souffrant de dépression chronique ont une humeur dépressive presque tous les jours. Les enfants et les adolescents en particulier ressentent une plus grande irritabilité la plupart du temps. À l’âge adulte, c’est le désespoir qui prédomine ; la personne part du principe que ses problèmes n’ont pas de solution.

Les personnes concernées ont également une faible estime de soi. Elles pensent, par exemple, qu’ils sont inutiles. À long terme, cela conduit à des soins personnels médiocres.

Dans la cognition

Ces personnes présentent des problèmes de concentration et des difficultés à prendre des décisions. Les enfants et les adolescents présentent souvent une comorbidité avec un trouble déficitaire de l’attention avec hyperactivité.

La vision pessimiste du monde et les pensées négatives constantes couvrent toute l’existence. Certaines personnes ne réalisent pas qu’elles sont déprimées. Elles reconnaissent qu’elles se sentent fatiguées, qu’elles ont des difficultés à se concentrer, qu’elles ont une faible estime d’elles-mêmes et qu’elles ressentent un sentiment de désespoir, mais elles ne sont pas conscientes du fait qu’elles souffrent de dépression.

Au niveau physique

Sur le plan physique, la dépression chronique présente les symptômes suivants :

  • Faible niveau d’énergie ou fatigue : cela interfère avec la productivité et la capacité à effectuer les tâches quotidiennes.
  • Insomnie ou hypersomnie : la personne a du mal à s’endormir ou, au contraire, dort excessivement.
  • Énurésie : cela concerne l’enfant, qui subit une perte involontaire d’urine la nuit.
  • Changements d’appétit : la personne a peu d’appétit ou mange trop.

Dans le domaine social

Ces personnes semblent avoir une certaine stabilité sociale. Cependant, le peu d’énergie dont elles disposent est investi dans le travail, négligeant ainsi d’autres aspects de la vie, comme passer du temps avec la famille et les amis ou s’adonner à des activités de divertissement.

L’inconfort de la personne affecte le rendement au travail ou à l’école et il y a une détérioration des relations sociales. Bien qu’elles consacrent plus de temps à des activités non relationnelles, l’autre domaine ne reçoit pas non plus suffisamment d’attention.

Vieil homme souffrant de dépression chronique.
La dépression affecte les relations sociales et cela rend l’approche thérapeutique difficile.



[/atomik -lu-aussi ]

Les traitements de la dépression chronique

La psychothérapie et le traitement pharmacologique sont des outils efficaces pour lutter contre la dépression chronique. Notamment quand les deux sont combinés.

Il existe une variété de thérapies psychologiques qui traitent cette condition, donnant des résultats positifs. Parmi elles, figurent la thérapie cognitivo-comportementale, la psychanalyse, la thérapie familiale et de groupe. Chacun présente ses caractéristiques particulières. Aucun n’est meilleure qu’un autre. L’important est que le patient se sente à l’aise avec les soins qu’il reçoit.

De son côté, le traitement pharmacologique aide à modifier la chimie du cerveau, contribuant à améliorer l’humeur. La prise de médicaments doit tenir compte des symptômes particuliers du patient et des effets secondaires possibles.

La dépression chronique peut être traitée

Souffrir de dépression chronique ne signifie pas la fin de la qualité de vie. À l’heure actuelle, il existe diverses ressources pour traiter ce trouble. Dans tous les cas, il est essentiel que la personne veuille être prise en charge et qu’elle bénéficie d’un réseau de soutien.

Les symptômes de cette maladie se chevauchent et se cachent, il est donc essentiel de prêter attention aux signes pour qu’elle n’évolue pas vers une forme plus grave et compliquée. Les professionnels de la santé mentale sont formés pour fournir des outils de soutien.

Cela pourrait vous intéresser ...

8 activités d’auto-assistance pour faire face à la dépression
Améliore ta Santé
Lisez-le dans Améliore ta Santé
8 activités d’auto-assistance pour faire face à la dépression

Il existe des activités d'auto-assistance qui permettent de faire face à la dépression et de compléter le traitement. Découvrez-les !


Toutes les sources citées ont été examinées en profondeur par notre équipe pour garantir leur qualité, leur fiabilité, leur actualité et leur validité. La bibliographie de cet article a été considérée comme fiable et précise sur le plan académique ou scientifique


  • Morrison J. DSM-5. Guía oara el diagnóstico clínico. Manual Moderno, editor. México; 2013.
  • Jiménez-Maldonado ME, Gallardo-Moreno GB, Villaseñor-Cabrera T, González-Garrido A. Dysthymia in the clinical context. Rev Colomb Psiquiatr [Internet]. 2013;42(2):212–8. Available from: http://dx.doi.org/10.1016/S0034-7450(13)70008-8
  • Benjamin Sadock, Virginia Sadock. Sinopsis de Psiquiatría. Onceava ed. Wolters Kluber, editor. Barcelona; 2015.
  • Vives, J. Goena, and P. Molero Santos. “Distimia.” Medicine-Programa de Formación Médica Continuada Acreditado 12.86 (2019): 5037-5040.
  • Velandia, Rafael Patrocinio Alarcón. “A propósito de la pseudodemencia y la depresión de inicio tardío en los estados demenciales.” Revista Colombiana de Psiquiatría 33.4 (2004): 387-398.
  • Lastra Martínez, Ismael. La depresión de aparición tardía. Universidad Complutense de Madrid, Servicio de Publicaciones, 2002.
  • Espinosa Muñoz, Ma Consuelo, Luz Adriana Orozco Ramírez, and José Luis Ybarra Sagarduy. “Síntomas de ansiedad, depresión y factores psicosociales en hombres que solicitan atención de salud en el primer nivel.” Salud mental 38.3 (2015): 201-208.
  • Sarrais, F., and P. de Castro Manglano. “El insomnio.” Anales del sistema sanitario de Navarra. Vol. 30. Gobierno de Navarra. Departamento de Salud, 2007.
  • Moerk, Kirstin C., and Daniel N. Klein. “Diagnóstico, evaluación y tratamiento de la depresión crónica.” Psicología Conductual 8.3 (2000): 511-523.

Le contenu de cette publication est uniquement destiné à des fins d'information. À aucun moment, il ne peut servir à faciliter ou à remplacer les diagnostics, les traitements ou les recommandations d'un professionnel. Consultez votre spécialiste de confiance si vous avez des doutes et demandez-lui son accord avant de commencer toute procédure.