Différences entre tumeur bénigne et tumeur maligne

10 décembre 2020
Les tumeurs malignes se caractérisent par leur capacité à se propager à d'autres parties du corps à travers un processus appelé métastase.

De nos jours, la possibilité d’avoir une tumeur maligne est une inquiétude qui nous hante presque tous. Le cancer est effectivement l’une des principales causes de décès dans le monde. Il est donc normal d’en avoir peur.

Cependant, nous devons être conscients que toutes les tumeurs ne correspondent pas à un cancer. Une tumeur se définit comme un ensemble de cellules de quelconque tissu de notre organisme, qui se multiplient de manière incontrôlée et donnent lieu à une masse anormale.

En raison de l’importance du sujet, nous vous expliquons aujourd’hui les principales différences entre une tumeur maligne et une tumeur bénigne.

Principales différences entre une tumeur maligne et une tumeur bénigne

Les deux types de tumeur correspondent à une pathologie qui doit être étudiée de façon approfondie par un ensemble de médecins. Il existe également un traitement aussi bien pour la tumeur bénigne que pour la tumeur maligne. Ceci afin de prévenir d’éventuelles complications ou problèmes plus importants par la suite.

Ce qui différencie principalement une tumeur maligne d’une tumeur bénigne c’est l’extension. Dans les deux types, les cellules se multiplient de manière incontrôlée. Toutefois, dans le cas de tumeurs bénignes, ces dernières ne se propagent pas à d’autres parties de l’organisme.

En règle générale, les tumeurs bénignes ne mettent pas la vie du patient en danger. Mais lorsqu’elles deviennent trop grosses et exercent une pression sur les organes voisins, ces derniers peuvent être affectés. Dans ce cas, il est nécessaire de retirer la tumeur.

Lors d’une tumeur maligne, les cellules ont la capacité de se propager à d’autres parties du corps. En effet, elles ont tendance également à croître dans ces autres régions de l’organisme. C’est ce que l’on appelle les métastases. La propagation peut se produire soit par contiguïté, soit par le sang ou le système lymphatique.

Par conséquent, une tumeur maligne se propage et entraîne généralement d’autres tumeurs dans différentes parties du corps. Les tumeurs bénignes ne se propagent pas parce que les cellules sont entourées d’une membrane ou d’une capsule qui les contient.

Tumeurs malignes.

Un autre aspect qui permet de distinguer une tumeur maligne d’une tumeur bénigne est la différenciation. Ce terme fait référence à la ressemblance des cellules tumorales avec celles du tissu sain original :

  • Dans le cas d’une tumeur maligne, les cellules ressemblent peu ou pas du tout aux cellules originales. Cela permet d’établir des degrés pour le stade du cancer.
  • En revanche, dans le cas des tumeurs bénignes, les cellules ressemblent à celles du tissu sain.

Par ailleurs, il est important de savoir qu’une tumeur bénigne se développe généralement plus lentement qu’une tumeur maligne. Elle peut même cesser de croître. Cela n’arrive pas avec une tumeur maligne.

Lisez également : Cancer : ses conséquences sur la santé émotionnelle

Comment diagnostiquer une tumeur ?

Plus tôt on diagnostique une tumeur, plus il y a de chance de trouver un traitement efficace. C’est pourquoi, il est nécessaire de sensibiliser la population. L’auto-examen pour détecter des grosseurs ou des anomalies est l’une des mesures préventives principales. Même s’il ne faut pas non plus tomber dans l’obsession.

D’autre part, il est essentiel de consulter un médecin. A partir d’un certain âge, il est judicieux de se soumettre régulièrement à des contrôles généraux. Il s’agit de méthodes de dépistage qui permettent une détection précoce des tumeurs. Par exemple:

  • Chez les femmes, il est fondamental de réaliser une mammographie pour écarter la présence d’un cancer du sein.
  • Dans le cas des hommes, il est recommandé d’examiner la prostate à travers un toucher rectal.

En plus de la détection précoce, il existe d’autres techniques qui permettent de diagnostiquer une tumeur lorsqu’elle est plus avancée. Les tests d’imagerie et la tomographie nous permettent de connaître la localisation et la taille de la tumeur. On utilise également la résonnance magnétique.

Néanmoins, le seul moyen d’étudier précisément les tumeurs est la biopsie car cet examen étudie un fragment de la tumeur. Au moyen d’un microscope, on observe le comportement des cellules. De cette façon, on connaît le degré de différenciation et son rythme de prolifération.

Biopsie, examen d'une tumeur.

Découvrez aussi : Trois conseils pour vous aider à faire face au cancer du sein

Traitement d’une tumeur maligne ou bénigne

Le traitement dépend du type de tumeur, de sa localisation, de son extension, etc. La plupart des tumeurs bénignes peuvent se retirer à travers une intervention chirurgicale. Il n’y a généralement pas besoin de radiothérapie ou de chimiothérapie.

Par ailleurs, le traitement des cellules malignes est souvent plus complexe. La plupart combinent la chirurgie avec des cycles de radiothérapie ou de chimiothérapie, voire même les deux. Cela permet d’assurer l’élimination des cellules malignes dans chaque partie du corps.

Conclusion…

Le plus important est de réaliser une détection précoce, peu importe la tumeur. Cela permettra d’établir un traitement plus efficace. Même si les cellules bénignes ne mettent pas directement en danger la vie de la personne, on évite cependant d’éventuelles complications postérieures.

  • El Cáncer de Piel. (n.d.). Retrieved July 18, 2019, from http://cancerdepiel.blogspot.com/
    Tumores benignos y malignos. (n.d.). Retrieved July 18, 2019, from https://www.prevencion.adeslas.es/es/cuidadoscancer/masprevencion/Paginas/benigno-maligno.aspx
  • Cáncer y tumores | CuidatePlus.com. (n.d.). Retrieved July 18, 2019, from https://cuidateplus.marca.com/enfermedades/cancer/2009/03/30/cancer-tumores-2843.html
  • Tumores: síntomas, diagnóstico y tratamiento. (n.d.). Retrieved July 18, 2019, from https://www.sanitas.es/sanitas/seguros/es/particulares/biblioteca-de-salud/cancer/son118245.html
  • Plummer, M., de Martel, C., Vignat, J., Ferlay, J., Bray, F., & Franceschi, S. (2016). Global burden of cancers attributable to infections in 2012: a synthetic analysis. The Lancet Global Health, 4(9), e609–e616. https://doi.org/10.1016/S2214-109X(16)30143-7