Dysfonction ovulatoire : qu'est-ce que c'est et comment y faire face ?

Le dysfonctionnement ovulatoire peut être causé par de nombreuses raisons. Certains d'entre eux sont parfaitement contrôlables, comme le surpoids ou l'excès d'activité. Dans d'autres cas, un traitement est nécessaire pour surmonter cette condition.
Dysfonction ovulatoire : qu'est-ce que c'est et comment y faire face ?

Dernière mise à jour : 15 juin, 2022

Le dysfonctionnement ovulatoire est une anomalie dans le processus d’ovulation naturel d’une femme. Dans certains cas, l’ovulation ne se produit pas du tout, et dans d’autres, l’ovulation est irrégulière, intermittente ou anormale.

Il est très courant que lorsqu’il y a un dysfonctionnement ovulatoire, il y ait aussi des anomalies dans les menstruations. La chose habituelle est qu’il n’y a pas de règles ou que celles-ci sont très irrégulières. Cela est dû à des perturbations hormonales.

Le dysfonctionnement ovulatoire, en particulier l’absence d’ovulation, est l’une des principales causes d’infertilité féminine. Cependant, cette condition est parfois normale, comme pendant la grossesse et l’allaitement. D’autres fois, cela est dû à des problèmes dans le corps.

Qu’est-ce qu’un dysfonctionnement ovulatoire

Comment savoir si vous ovulez ?
Le dysfonctionnement ovulatoire est une condition qui indique un dysfonctionnement de l’ovulation ou son absence totale.

Le dysfonctionnement ovulatoire est une condition dans laquelle l’ovulation ne se produit pas ou se produit de manière irrégulière. S’il n’y a pas d’ovulation, on parle d'”anovulation”. Si l’ovulation est irrégulière, mais pas complètement absente, on l’appelle “oligoovulation”.

Au cours du cycle normal d’une femme, un ovule mature est libéré. Celui-ci peut être fécondé par un spermatozoïde, donnant ainsi lieu à la conception. Évidemment, s’il n’y a pas d’œuf, ou s’il n’est pas en bon état, il ne peut pas y avoir de fécondation non plus.

On estime que jusqu’à 40 % des cas d’infertilité féminine sont dus à un dysfonctionnement ovulatoire. Cette affection peut être circonstancielle ou chronique. Dans certains cas, cette anomalie peut entraîner d’autres problèmes de santé à long terme, comme le diabète sucré de type 2.

Causes du dysfonctionnement ovulatoire

Le dysfonctionnement ovulatoire a des déclencheurs très variés, allant du stress au syndrome des ovaires polykystiques. Cependant, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a classé les causes en trois grands groupes, comme nous le verrons plus loin.

Insuffisance hypothalamo-hypophysaire

Dans ce cas, le dysfonctionnement ovulatoire est dû à des défaillances de la sécrétion hormonale de l’hypothalamus et de l’hypophyse. Plus précisément, l’hypothalamus ne produit pas assez de GnRH et l’hypophyse ne libère pas assez de gonadotrophines. Ce sont ces hormones qui régulent le cycle menstruel. Cela correspond à 10 % des cas.

Les raisons pour lesquelles des échecs se produisent dans l’hypothalamus ou l’hypophyse sont les suivantes :

  • Le syndrome de Kalmann.
  • Hypogonadisme hypogonadotrope.
  • Exercice physique excessif.
  • Prise et perte de poids, notamment dues à l’anorexie ou à la boulimie.
  • Insuffisance rénale chronique.
  • Maladies chroniques du foie.
  • Autres maladies systémiques.

Altérations hormonales

Le syndrome des ovaires polykystiques se situe dans ce groupe, il est considéré comme la cause la plus fréquente de dysfonctionnement ovulatoire. Il s’agit d’un trouble endocrinien qui provoque l’absence de menstruations chez la femme ou des cycles très irréguliers.

Les femmes atteintes de ce trouble ont des ovaires agrandis et ne produisent pas d’ovules matures. Il est habituel qu’il y ait aussi des signes d’hyperandrogénie, ou des traits masculins chez ces femmes.

Au sein de ce groupe, il existe également d’autres maladies telles que l’hyperprolactinémie, ou des niveaux très élevés de l’hormone prolactine. Troubles thyroïdiens aussi. Ces deux facteurs sont des causes de dysfonctionnement ovulatoire.

Insuffisance ovarienne

L’insuffisance ovarienne prématurée ou l’insuffisance ovarienne précoce est une autre cause de dysfonctionnement ovulatoire. On estime qu’entre 4 et 5 % des cas sont dus à cette raison. Cette condition est caractérisée par le fait que les ovaires d’une femme cessent de fonctionner avant l’âge de 40 ans ; c’est-à-dire sans avoir atteint l’âge moyen de la ménopause.

Ainsi, les niveaux d’hormones sont relativement adéquats, mais les ovaires ne produisent pas d’ovules matures. De plus, dans certains cas, il existe une carence en œstrogène.

Symptômes et diagnostic

Le principal symptôme du dysfonctionnement ovulatoire est l’absence ou l’intermittence des menstruations. De même, dans ces cas, il n’y a pas de symptômes de syndrome prémenstruel et le mucus cervical abondant et élastique n’apparaît pas, ce qui est caractéristique des jours fertiles chez les femmes.

Dans certains cas, les femmes présentant un dysfonctionnement ovulatoire ont des menstruations, mais elles présentent certaines particularités :

  • Les cycles sont plus courts que 21 jours ou plus longs que 36 jours.
  • La durée des cycles varie considérablement d’un mois à l’autre.
  • Le saignement est anormal.

De plus, il arrive que certaines femmes atteintes de ce trouble ne présentent aucun symptôme. Elles ne se rendent compte qu’elles ont cette condition que lorsqu’elles essaient de tomber enceintes et qu’elles n’y arrivent pas.

Le diagnostic est généralement établi à partir d’une ou plusieurs des actions suivantes :

  • Surveillance de la température basale du corps.
  • Test sanguin de progestérone.
  • Ultrasons.

Traitement du dysfonctionnement ovulatoire

Que signifie "glow up", la tendance TikTok.
Une femme peut souffrir de dysfonctionnement ovulatoire quel que soit son âge.

Le traitement du dysfonctionnement ovulatoire dépend de la cause qui le produit. Parfois, un changement de mode de vie suffit, ce qui inclut la réduction du stress, une alimentation régulière, une perte de poids ou une activité physique modérée.

En cas de déséquilibre hormonal, les médicaments de fertilité sont le plus souvent prescrits. Clomid est généralement utilisé. On estime que ce médicament déclenche l’ovulation chez jusqu’à 80 % des femmes qui n’en ont pas.

En cas de SOPK, la metformine peut être prescrite. Parfois, le myo-inositol, un supplément en vente libre, est également utilisé. Si ces substances ne fonctionnent pas, il est possible de les combiner avec des médicaments de fertilité. Cela augmente les chances de succès.

Si la cause du dysfonctionnement ovulatoire est une insuffisance ovarienne prématurée, les médicaments ne fonctionneront probablement pas. Dans ce cas et dans d’autres cas où le traitement échoue, l’alternative est d’essayer la fécondation in vitro (FIV).

Détecter une anomalie implique de connaître son propre corps

Il est important de souligner que les femmes présentant un dysfonctionnement ovulatoire n’ont pas forcément un arrêt de leurs règles, que ce soit partiellement ou complètement. Pour cette raison, il est important d’être attentif à la durée des cycles et des saignements pour détecter une éventuelle anomalie.

Le style de vie joue un rôle très important dans ce domaine. Il faut notamment bien soigner son alimentation et garder un état d’esprit serein. Le stress peut provoquer un dysfonctionnement ovulatoire.

Cela pourrait vous intéresser ...
L’ablation prématurée des ovaires
Améliore ta Santé
Lisez-le dans Améliore ta Santé
L’ablation prématurée des ovaires

Une ablation prématurée des ovaires ou ovariectomie peut être requise quand les ovaires sont touchés par une pathologie oncologique.



  • Magendzo, N. A. (2010). Anovulación y disfunción ovulatoria e infertilidad. Revista Médica Clínica Las Condes, 21(3), 377-386.
  • Sánez, H. A. M., Arroyo, L. H., & Madrigal, D. M. M. (2012). Hipotiroidismo e infertilidad femenina. Revista Mexicana de Medicina de la Reproducción, 4(1), 3-6.
  • Masoli, I. D. (2010). Diagnóstico de la infertilidad: estudio de la pareja infértil. Revista Médica Clínica Las Condes, 21(3), 363-367.