Échographie gynécologique : simple, sûre et utile pour les femmes

L'échographie gynécologique n'est pas seulement utile pour la grossesse. Les applications de cette méthode indolore et sûre qui prend en charge la santé des femmes sont multiples.
Échographie gynécologique : simple, sûre et utile pour les femmes
Leonardo Biolatto

Rédigé et vérifié par le médecin Leonardo Biolatto.

Dernière mise à jour : 05 mai, 2023

L’échographie gynécologique est un test d’imagerie non invasif (indolore pour les femmes) qui utilise les ultrasons pour visualiser et analyser les organes génitaux internes féminins. Un appareil (transducteur) est utilisé qui émet des sons à haute fréquence imperceptibles à l’oreille humaine, avec lequel des images sont obtenues.

Ce test est très précieux, en raison de la grande quantité d’informations qu’il peut donner. Entre autres choses, il rapporte ce qui suit :

  • Analyse de l’utérus : forme, taille, orientation.
  • Visualisation de l’endomètre et du col de l’utérus.
  • Identification des ovaires et configuration de leur structure.

Quelles sont les différences entre l’échographie gynécologique abdominale et transvaginale ?

L’échographie gynécologique peut être réalisée de deux manières : abdominale ou transvaginale. Dans la première, les images sont obtenues à travers la paroi abdominale, où est placé le transducteur à ultrasons, imprégné de gel pour améliorer la transmission des ultrasons, il va scanner pour visualiser les différentes structures.

En échographie transvaginale, en revanche, le transducteur a une forme allongée et est inséré à travers le vagin, enveloppé dans une sorte de préservatif, pour garantir l’hygiène. De cette façon, on se rapproche des structures internes, de sorte que la qualité de l’image et la résolution sont plus élevées, ce qui améliore la précision.

Indications pour la voie abdominale

  • Anomalies de la structure anatomique de l’utérus, des trompes de Fallope ou des ovaires.
  • Conditions de l’endomètre, telles que l’endométriose.
  • Présence et position d’un dispositif intra-utérin (DIU).
  • Kystes ou différents types de masses ou de tumeurs dans les organes ou les tissus du bassin.
  • Infections, telles que la maladie inflammatoire pelvienne (PID).
  • Confirmation d’une grossesse extra-utérine.
  • Étude de la taille des follicules dans l’ovaire lors de l’évaluation de la fertilité.
  • Analyse du meilleur moment pour l’aspiration des œufs dans les procédures de fécondation in vitro.
L'échographie obstétricale est gynécologique.
On pourrait dire que l’échographie obstétricale est une variante de l’échographie gynécologique abdominale, centrée sur la santé du couple mère-enfant.

Indications de la voie transvaginale

  • Meilleure évaluation du col de l’utérus et des autres structures de la région.
  • Utilité chez les femmes obèses ou avec beaucoup de graisse abdominale.
  • Évaluation de l’endomètre et possibilité d’appliquer des techniques de fécondation in vitro.
  • Détecter les masses ou les fluides lâches dans le bassin.

Quelles maladies peut-elle détecter ?

Bien qu’elle soit très utile pour détecter certaines pathologies, son utilisation dans la grossesse, la planification familiale et l’examen de certaines méthodes de contraception n’en est pas moins importante. Elle joue un rôle fondamental dans la détection précoce des altérations gynécologiques précancéreuses, dont le diagnostic précoce améliore le pronostic.

De manière générale, parmi les domaines d’analyse de ce type d’échographie, il convient de souligner les suivants :

  • Désalignements ou changements menstruels.
  • Saignements vaginaux à la ménopause.
  • Traitements de fertilité, tels que l’insémination artificielle.
  • Insertion d’un dispositif intra-utérin (DIU).
  • Masses ou tumeurs.
  • Processus inflammatoires ou infectieux.
  • Prolapsus utérin.

L’échographie gynécologique a-t-elle des contre-indications ?

Il doit être clair que l’échographie est un test non invasif et sûr. Lorsqu’elle est réalisée, aucun type de rayonnement n’est utilisé, la femme n’a pas besoin d’être sédatée, cela ne fait pas mal (bien que la forme transvaginale puisse être inconfortable) et une préparation préalable n’est généralement pas nécessaire.

Même avoir eu des rapports sexuels proches de la fin ou avoir ses règles n’affecte pas l’interprétation des résultats.

Comment se préparer à une échographie gynécologique ?

De manière générale, peu de préparation est nécessaire pour ce test. Il suffit que la femme soit détendue. En principe, la phase du cycle menstruel dans laquelle elle est effectuée n’a pas d’importance, bien que selon ce que vous souhaitez analyser spécifiquement, cela puisse être plus pratique à un moment ou à un autre.

De plus, il n’est pas nécessaire d’y aller à jeun. Seul le fait de boire 1 litre d’eau une heure avant le test et de ne pas uriner doit être pris en compte dans l’échographie abdominale. Si la vessie est pleine, la résolution des images sera meilleure.

Si ce qui va être fait, en revanche, est une échographie transvaginale, il est conseillé d’uriner pour que la vessie soit vide. Dans cette forme de méthode complémentaire, la femme sera allongée en position gynécologique, les jambes fléchies et les talons appuyés sur un étrier. Vous devez rester détendue pendant que la sonde avec le transducteur est insérée dans votre vagin.

À quelle fréquence l’étude doit-elle être effectuée ?

L’indication et la performance d’une échographie gynécologique dépendront d’une série de facteurs, tels que la présence de douleurs, de déséquilibres menstruels ou de problèmes de fécondation. Cela conditionnera que l’étude puisse être réalisée plus ou moins souvent.

Ce qui est conseillé, c’est que les adolescentes commencent par des examens gynécologiques une fois qu’elles ont commencé les relations sexuelles. Ces révisions peuvent être annuelles.

Dans tous les cas, se rendre à un contrôle gynécologique ne signifie pas qu’il faut toujours passer une échographie. Comme tous les tests complémentaires, sa prescription est entre les mains du médecin, en fonction de facteurs tels que les antécédents familiaux, le degré d’activité sexuelle, les éventuels symptômes associés et le diagnostic suspecté.

Consultation gynécologique.
La consultation gynécologique annuelle permet un suivi de l’état de santé qui rend plus probable la détection d’altérations.

Deux situations particulières

Il existe deux cas particuliers dans lesquels l’échographie gynécologique est d’une importance vitale. L’un d’eux est la détection précoce de la grossesse et l’autre est le diagnostic précoce du cancer de l’utérus.

1. Une grossesse peut-elle être détectée précocement avec une échographie gynécologique ?

En effet, avec une échographie gynécologique il est possible de savoir si la femme est enceinte. Bien qu’il soit habituel d’obtenir d’abord cette confirmation par un test de grossesse urinaire, à travers lequel une concentration élevée d’hormones de grossesse est détectée.

Pour qu’une échographie détecte les premiers signes d’une grossesse, il faut qu’au moins 4 semaines de gestation se soient écoulées. Avant ce n’est pas possible car une échographie ne permet pas de visualiser les structures qui mesurent moins de 1 millimètre.

Mais au-delà de la détection précoce d’une grossesse, l’échographie est utile pour suivre l’état de santé du fœtus au cours de son développement et analyser une série de paramètres, tels que le rythme cardiaque fœtal, sa localisation et son placement, la localisation et les caractéristiques du placenta. De plus, à mesure que le bébé grossit, les échographies obstétriques donneront des informations sur le sexe.

2. L’échographie gynécologique est-elle utile dans la prévention du cancer de l’utérus ?

Bien que l’utérus puisse être analysé lors d’une échographie abdominale, le test d’imagerie recommandé est transvaginal, car l’endomètre est mieux visualisé par cette voie.

Les femmes doivent être très attentives aux symptômes qui peuvent être à l’origine d’un problème dans l’utérus, tels que des saignements anormaux, des cycles irréguliers ou des douleurs dans la région pelvienne.

Grâce aux images obtenues lors d’une échographie transvaginale, des lésions suspectes ou précancéreuses peuvent être détectées à un stade précoce. Si l’un d’entre eux est visualisé, il sera nécessaire d’élargir l’étude par une biopsie à envoyer au laboratoire de pathologie.

Savia est la plate-forme de télémédecine de MAPFRE dans laquelle l’utilisateur bénéficie d’une gestion complète de la santé. Qu’est ce que ça signifie ? Vous avez un médecin sur votre mobile 24 heures sur 24, 7 jours sur 7 : vous pouvez parler à un médecin généraliste ou à un spécialiste via le chat, la consultation vidéo ou l’appel téléphonique, rapidement et sans avoir à vous déplacer. De plus, vous pouvez contracter des services en face à face et à domicile dans les meilleurs centres sur tout le territoire national et avec les meilleurs professionnels.

Cela pourrait vous intéresser ...
Utérus cloisonné : une des complications de la grossesse
Améliore ta Santé
Lisez-le dans Améliore ta Santé
Utérus cloisonné : une des complications de la grossesse

L'utérus cloisonné ou cloisonné est une malformation congénitale qui augmente le risque de fausse couche. Connaissez-vous ses symptômes ?


Toutes les sources citées ont été examinées en profondeur par notre équipe pour garantir leur qualité, leur fiabilité, leur actualité et leur validité. La bibliographie de cet article a été considérée comme fiable et précise sur le plan académique ou scientifique


  • García, J. Salvador, et al. “Endometriosis infiltrante: claves diagnósticas en la ecografía abdominal.” Radiología 63.1 (2021): 32-41.
  • Bustamante, Priscila Paola Ronquillo, et al. “Importancia de la ecografía obstétrica para la valoración y seguimiento del desarrollo embrionario.” Dominio de las Ciencias 7.4 (2021): 970-981.
  • Gonzales, Carlos, and Jose Gonzales. “Ecografía Ginecológica: Tips.” Ginecología & Obstetricia Perú 1.1 (2018): 1-1.
  • Vistorte, Yanné Avilés, et al. “Ecografía ginecológica en la infancia y adolescencia.” Seram (2018).
  • Burgos Siegmund, Nelson. “Cáncer de ovario,¿ podemos clasificar las masas anexiales complejas por ecografía?.” Revista chilena de obstetricia y ginecología 85.5 (2020): 420-422.

Le contenu de cette publication est uniquement destiné à des fins d'information. À aucun moment, il ne peut servir à faciliter ou à remplacer les diagnostics, les traitements ou les recommandations d'un professionnel. Consultez votre spécialiste de confiance si vous avez des doutes et demandez-lui son accord avant de commencer toute procédure.