Grossit-on pendant la ménopause ?

26 avril 2020
L'une des grandes craintes des femmes qui approchent la ménopause est la prise de poids. Est-ce vrai que la ménopause implique une prise de poids ? Peut-on l'éviter ? Nous répondons à ces questions dans notre article.

Nombreuses sont les femmes qui se demandent s’il est bel et bien vrai que l’on grossit pendant la ménopause. Avant d’entrer dans le vif du sujet, rappelons ce qu’est la ménopause : il s’agit de la période de la vie d’une femme qui se caractérise par la fin de la menstruation. Généralement, cette période commence vers l’âge de 45 ans et entraîne des conséquences au niveau hormonal.

Au cours de cette étape de vie, les ovaires cessent de produire des œstrogènes et de la progestérone. On considère qu’une femme est ménopausée lorsqu’elle n’a pas eu ses règles pendant au moins un an. Néanmoins, c’est un processus qui entraîne d’autres changements physiques qui peuvent être une source de préoccupations.

L’une des principales craintes des femmes au sujet de la ménopause est la possibilité de prendre du poids. Dans la suite de cet article, nous vous disons si cette vérité est fondée. Vous découvrirez également quels sont les mécanismes impliqués et ce que vous pouvez faire pour prévenir ces mécanismes. Ne passez pas à côté de cet article !

Les changements hormonaux pendant la ménopause

Pour répondre à la question de savoir si l’on grossit ou non pendant la ménopause, il est important de préciser que, pendant cette période, de nombreux changements hormonaux se produisent. Même si ces changements peuvent impliquer une prise de poids, les spécialistes les associent essentiellement au processus de vieillissement même.

La masse musculaire diminue au fur et à mesure que nous prenons de l’âge, notamment si nous ne faisons pas régulièrement de l’exercice physique. Cette perte de tissu actif implique une réduction importante de la dépense calorique et, par conséquent, une prise de poids, même s’il n’y a pas eu de changement au niveau du comportement alimentaire.

Une femme pendant la ménopause

Cette étude publiée dans la revue Climateric explique que “les changements hormonaux peuvent être liés à la prise de masse graisseuse dans la zone abdominale”. Pour résoudre ce problème, elle propose comme solution la thérapie avec des œstrogènes.

Néanmoins, cette étude conclut également que plus d’études sont nécessaires pour vérifier l’efficacité de ce type de thérapies sur la composition du corps.

Cet article peut également vous intéresser : Les 6 hormones les plus importantes qui influencent le cycle d’ovulation

Comment prévenir les changements au niveau de la composition du corps ?

Les changements hormonaux et la perte de masse musculaire doivent être compensées pour éviter une prise de poids non désirée. Pour améliorer le taux métabolique et prévenir la perte de tissu actif, l’idéal est de suivre une routine d’exercices de force.

De plus, la littérature scientifique affirme que l’exercice régulier chez les femmes ménopausées est essentiel pour prévenir les problèmes osseux tels que l’ostéoporose. D’un point de vue nutritionnel, il est nécessaire d’appliquer une série de mesures pour apporter au corps les nutriments dont il a besoin. Et ce, en tentant de ne pas produire un déséquilibre énergétique.

1. Le jeûne intermittent

Le jeûne intermittent est une excellente manière d’éliminer une bonne poignet de calories quotidiennes sans réel effort. L’idéal est de sauter le petit déjeuner, car la sensation de faim est moins forte le matin pendant la ménopause.

De la même manière, les études affirment que les protocoles diététiques de ce type sont positifs pour prévenir des maladies complexes ainsi que l’apparition du diabète de type 2.

2. Une consommation plus pauvre en glucides

La fonction des glucides est essentiellement énergétique. Chez les femmes ménopausées, à moins qu’elles soient soumises à un programme d’exercices de force, les besoins en glucides sont plus faibles.

Pour cette raison, il convient de réduire sa consommation de glucides et d’augmenter légèrement sa consommation de protéines. Cette stratégie aidera à prévenir la perte de masse musculaire.

De la viande sur une assiette

Attention, les régimes cétogènes stricts peuvent être, dans de nombreux cas, difficiles à suivre. De plus, le manque de fibres peut représenter un problème pour la santé intestinale. Vous pouvez tout à fait réduire votre consommation de glucides sans ces inconvénients si vous choisissez bien vos sources de glucides.

La consommation de graines complètes et d’aliments non transformés vous apportera une quantité de fibres nécessaire pour l’organisme. De plus, la consommation de fibres favorise la prévention du risque cardiovasculaire, comme l’affirment plusieurs études dont celle-ci.

3. Des aliments frais et de saison

La ménopause est une étape de vie si délicate d’un point de vue hormonal qu’il est nécessaire de garantir l’apport de vitamines, minéraux et antioxydants. Dans cette perspective, les aliments frais sont nos meilleurs alliés.

En laissant de côté les produits industriels, vous améliorerez l’apport en micronutriments et réduirez votre consommation d’acides gras trans et de substances chimiques.

De plus, la consommation régulière de fruits et légumes vous apportera la quantité d’antioxydants nécessaire pour lutter contre le vieillissement et les radicaux libres.

Si vous souhaitez apporter une dose supplémentaire de ces nutriments à votre corps, souvenez-vous que la littérature scientifique estime que les myrtilles et les fruits des bois sont vos meilleurs alliés.

Cet article peut également vous intéresser : Le rôle de l’alimentation à l’heure de soulager les symptômes de la ménopause

Alors… Grossit-on pendant la ménopause ?

Le processus de changement au niveau de la composition du corps pendant la ménopause est tout à fait évitable. Certes, une série de changements hormonaux liés au vieillissement peuvent impliquer une prise de masse graisseuse. Mais il existe des moyens pour compenser ces déséquilibres.

Adopter une alimentation saine et riche en produits frais et la pratique régulière d’exercices de force permettent de prévenir l’apparition de graisses non désirées à partir de l’âge de 45 ans.

 

  •  The NAMS 2017 Hormone Therapy Position Statement Advisory Panel., The 2017 hormone therapy position statement of the north american menopause society. Menopause, 2017. 24 (7): 728-753.
  •  Proietto J., Obesity and weight management at menopause. Aust Fam Physician, 2017. 46 (6): 368-370.
  •  Skouby SO., Menopause weight gain: the influence of TSEC intervention. Menopause, 2016. 23 (4): 357-8.
  • Chopra S., Sharma KA., Ranjan P., Malhotra A., Vikram NK., Kumari A., Weight management module for perimenopausal women: a practical guide for gynecologists. J Mildlife Health, 2019. 10 (4): 165-172.