Hygiène intime masculine : comment en prendre soin pour éviter les infections ?

Une bonne hygiène intime masculine contribue à réduire le risque d'infections, de mauvaises odeurs et autres symptômes gênants. Que devez-vous prendre en compte ? Nous allons vous le détailler dans cet article.
Hygiène intime masculine : comment en prendre soin pour éviter les infections ?

Dernière mise à jour : 03 mai, 2021

L’hygiène personnelle garantit le bien-être et le confort. Différentes parties du corps ont besoin d’une hygiène soignée et, parmi elles, la partie génitale, qui est l’une des plus exposées étant donnée son implication dans l’activité sexuelle et l’expulsion d’urine. Nous vous invitons à découvrir quelques conseils pour prendre soin de l’hygiène intime masculine.

Les zones génitales ont tendance à accumuler de l’humidité à cause de leur fonctionnalité et du contact étroit avec les vêtements. Néanmoins, dans de nombreux cas, on ne leur prête pas l’attention nécessaire pour avoir une hygiène adéquate.

Les causes peuvent être la méconnaissance, la négligence ou le fait de ne pas être conscient des problèmes qui peuvent découler d’un manque d’habitudes adéquates. Ainsi, il est indispensable, au moment de la toilette, d’explorer à fond chacun des plis qui pourrait cacher de la saleté.

Importance de l’hygiène intime masculine

L’hygiène intime masculine joue un rôle très important dans la santé des parties génitales et du reste du corps. Dans ces zones, on voit se présenter des sécrétions de transpiration, d’urine et de sperme, qui ont tendance à laisser des résidus collés à différents endroits du pénis.

Par conséquent, des mauvaises odeurs peuvent se présenter, ainsi que des démangeaisons, des brûlures et autres symptômes gênants. En outre, à cause de la présence de bactéries et autres micro-organismes pathogènes, on retrouve un haut risque d’infections.

Par ailleurs, autour de la tête du pénis, une substance connue sous le nom de smegma apparaît. Ce dernier fonctionne comme un lubrifiant au cours de l’acte sexuel mais doit être nettoyé lors de la douche quotidienne pour éviter des inconvénients.

Dans le cas contraire, il s’accumule avec des cellules mortes, des restes de graisse et autres substances qui provoquent des mauvaises odeurs, des points blancs sur la base du gland et des infections qui aboutissent à un gonflement.

Une douche pour l'hygiène intime.

Une bonne hygiène des parties génitales masculines est déterminante pour éviter la croissance d’agents pathogènes dans la zone.

Poursuivez votre lecture : 7 conseils pour prendre soin de votre hygiène intime

Conseils pour une bonne hygiène intime masculine

Même si les parties génitales peuvent être vulnérables au développement d’infections à cause de la transpiration, de l’accumulation de substances dans les plis du pénis et de la possible concentration de champignons dans les zones humides, toutes ces conséquences peuvent être évitées avec la mise en place d’une bonne hygiène intime. Alors, que faut-il prendre en compte ?

1. Laver au quotidien avec de l’eau et du savon

L’eau et le savon permettent d’éliminer les résidus qui restent concentrés dans tous les secteurs des parties génitales. En plus de laver le prépuce, le tronc et les testicules, on doit tendre la peau du pénis pour savonner et laver toute l’aire du gland.

Les éponges de toilette ne sont pas nécessaires au cours du processus car ils peuvent endommager les plis du pénis. En plus de cela, cette toilette doit se faire dans la zone de l’aine pour éviter que la transpiration ne s’y accumule.

2. Bien sécher et utiliser une serviette propre

La zone intime masculine doit être séchée avec précaution, avec une serviette propre car il ne peut pas y avoir de zones humides qui facilitent l’accumulation de champignons et de bactéries.

En outre, dans la mesure du possible, on doit utiliser une serviette différente de celle destinée à essuyer le reste du corps. Cela permet de garantir que la serviette ne soit pas humide au moment de sécher les parties génitales.

3. Laver après avoir eu des relations sexuelles

Une toilette à l’eau et au savon est indispensable après des relations sexuelles car elle permet d’éliminer sur le champ les résidus de sperme ou les bactéries qui peuvent avoir traversé lors de l’échange de flux avec le/la partenaire.

4. Nettoyer la zone après avoir uriné

Après avoir uriné, il est nécessaire d’essuyer le pénis avec du papier hygiénique pour éviter que l’humidité ou des substances ne circulent et permettent la prolifération de bactéries.

5. Utiliser des sous-vêtements propres, confortables et en coton

Le changement de sous-vêtements au quotidien est aussi nécessaire que les autres mesures d’hygiène intime masculine. Il faut éviter un contact avec des vêtements qui accumulent de la saleté ou de la transpiration. En outre, il est conseillé de porter des vêtements confortables, en coton, pour éviter l’excès de transpiration.

6. Éviter l’utilisation de produits irritants

L’eau et le savon neutre sont suffisants pour nettoyer efficacement toute la zone intime. Les produits comme les aérosols ou les parfums ne doivent pas être appliqués sur les parties génitales car leurs composants peuvent générer des rougeurs et une irritation.

Un homme qui utilise un spray.

Il n’est pas nécessaire d’utiliser des parfums ou autres produits irritants sur la zone intime masculine.

Problèmes associés à une mauvaise hygiène intime masculine

Si on ne prête pas suffisamment attention à l’hygiène intime, tôt ou tard, on pourra contracter des maladies. Nous allons ici vous détailler les principaux problèmes liés à une hygiène inadéquate dans cette zone.

Démangeaison et mauvaise odeur

Ces symptômes sont un indicateur clair d’une hygiène déficiente. À cause de cela, la personne ressent une gêne pendant une grande partie de la journée et ne peut pas réunir des conditions agréables pour les moments intimes avec son/sa partenaire.

Rougeur et inflammation

Ils indiquent qu’il y a un excès de saleté et que certains micro-organismes – comme les bactéries – sont accrochés aux plis humides des parties génitales. Il peut aussi s’agir d’une réaction adverse occasionnée par un mauvais traitement ou l’usage de produits qui contiennent des chimiques.

Balanite

Il s’agit d’une maladie qui provoque une inflammation sur le gland du pénis. Elle se produit parce que les substances accumulées n’ont pas été lavées et des bactéries se sont développées, causant une infection. Ses symptômes impliquent une irritation, des démangeaisons, des brûlures, des sécrétions malodorantes et des éruptions sur le gland.

Posthite

Cette condition entraîne une inflammation du prépuce du pénis. Elle a lieu à cause de mauvaises habitudes d’hygiène qui ont conduit à une accumulation de micro-organismes pathogènes sur la peau. Ses symptômes sont une irritation forte qui peut produire une douleur au moment d’uriner.

Balanoposthite

Elle se produit à cause de l’inflammation conjointe du gland et du prépuce. Cette maladie rassemble les symptômes de la balanite et de la posthite, ce qui peut empêcher de ramener le prépuce en arrière.

Hygiène intime masculine, une habitude pour la santé

Il est indispensable de veiller à l’hygiène génitale pour être en bonne santé et protéger son/sa partenaire des infections lors des rapports intimes. Par conséquent, toutes les habitudes d’hygiène doivent se faire au quotidien, avec constance, conscience et attention.

On doit prendre en compte que la zone intime doit toujours être manipulée avec précaution pour éviter les frottements douloureux et les lésions. Par ailleurs, dans le cas où l’on aurait des symptômes associés à des blessures ou de possibles infections, il est fondamental de consulter un spécialiste.

Cela pourrait vous intéresser ...
Causes des taches rouges sur le gland
Améliore ta SantéLisez-le dans Améliore ta Santé
Causes des taches rouges sur le gland

Les taches rouges sur le gland sont généralement bénignes et disparaissent d'elles-mêmes au bout de quelques jours. Quelles sont les causes ?



  • Bonet R. Garrote A. Higiene íntima masculina y femenina [Internet]. (S.L): Dermofarmacia; 2010 [citado 16 de marzo de 2021]
  • Chung JM, Park CS, Lee SD. Microbiology of smegma: Prospective comparative control study. Investig Clin Urol. 2019;60(2):127-132. doi:10.4111/icu.2019.60.2.127
  • Araiza J. Montes de Oca G. Ponce Olivera R. Bonifaz A. Balanitis y balanopostitis candidósica.
    Comunicación de 20 casos [Internet]. México: Dermatología Rev Mex; 2011 [citado 16 de marzo de 2021]