Hyperplasie prostatique bénigne : symptômes et traitement

L'hyperplasie prostatique bénigne affecte principalement les hommes de plus de 60 ans. Néanmoins, dans de rares cas, elle peut apparaître avant 40 ans. Avec un traitement adéquat, on peut éviter ses complications.
Hyperplasie prostatique bénigne : symptômes et traitement

Dernière mise à jour : 31 mars, 2021

L’hyperplasie prostatique bénigne est une affection qui se présente fréquemment au fur et à mesure que les hommes vieillissent. On la connaît plus communément sous le nom d’ « augmentation du volume de la prostate ». Cette condition provoque des symptômes gênants et peut conduire à des problèmes urinaires et rénaux.

La prostate est une petite glande qui se trouve sous la vessie et devant le rectum. Elle fait partie de l’appareil reproducteur masculin et produit un liquide qui se combine au sperme. Avec l’âge, elle subit des changements qui peuvent déboucher sur une hyperplasie prostatique bénigne.

On estime que seuls 10 % des hommes de 30 ans présentent une augmentation du volume de la prostate. Entre 40 et 60 ans, le pourcentage commence à monter. À 60 ans, on pense qu’environ la moitié des hommes ont une prostate plus grande. Enfin, à 85 ans, 90 % des hommes présentent cette condition.

Qu’est-ce que l’hyperplasie prostatique bénigne ?

Une hyperplasie prostatique.

L’hyperplasie prostatique bénigne est l’augmentation du volume de la prostate. Plus les hommes vieillissent, plus le risque de souffrir de cette condition augmente.

L’hyperplasie prostatique bénigne est une augmentation du volume de la glande prostatique, à caractère non cancéreux. À notre naissance, la prostate est très petite. Au moment de la puberté, quand les niveaux de testostérone augmentent, cette glande commence à grandir.

À 20 ans, la prostate est deux fois plus grande qu’elle ne l’était à la naissance. Au cours des deux décennies suivantes, la prostate grandit à un rythme beaucoup plus lent et ne cause que très rarement des problèmes. À 40 ans, un second processus d’augmentation de volume a lieu ; c’est à ce moment que, dans la majorité des cas, des difficultés se présentent.

L’hyperplasie prostatique bénigne est plus fréquente chez les hommes de plus de 50 ans. Au fur et à mesure que la prostate grossit, une compression commence à se générer sur l’urètre. Ceci finit par déboucher sur une obstruction dans le flux d’urine.

Caractéristiques

L’urètre comprimé et l’obstruction dans le flux de l’urine que cela implique rendent l’expulsion totale de l’urine très compliquée pendant la miction. Par conséquent, une partie de l’urine finit par stagner dans la vessie. Avec le temps, ceci peut donner lieu à des infections dans les voies urinaires ou aboutir à la formation de calculs vésicaux.

La science ignore les raisons exactes de l’hyperplasie prostatique bénigne. Néanmoins, on pense que ce phénomène est dû à des changements causés par les hormones masculinesen particulier une hormone du nom de « dihydrotestostérone » qui est associée à la testostérone.

Le principal facteur de risque est le vieillissement. Par ailleurs, ce problème est plus fréquent chez ceux qui ont des antécédents familiaux de cette maladie. Les études indiquent que ceux qui souffrent de diabète ou de maladies cardiaques ont plus de risques de développer une augmentation du volume de la prostate, tout comme ceux qui sont obèses et sédentaires.

Symptômes de l’hyperplasie prostatique bénigne

Un patient chez un urologue.

Les hommes avec une hyperplasie prostatique bénigne font l’expérience d’une série de changements dans leurs habitudes de miction qui peuvent être gênants. L’urine commence fréquemment à être intermittente.

Les symptômes de l’hyperplasie prostatique bénigne peuvent être très gênants. Le plus caractéristique est la miction intermittente. Il n’y a pas de force lors de l’expulsion de l’urine et le jet est très faible. En outre, il est fréquent que la personne ressente une douleur ou une sensation d’urgence pour évacuer, ce qui porte le nom de dysurie.

Il est commun de voir augmenter la fréquence urinaire nocturne, ce qui porte le nom de nycturie. Par ailleurs, il est habituel d’avoir du mal à commencer la miction et d’avoir l’impression de ne pas avoir vidé sa vessie après avoir uriné. Dans certains cas, il y a une perte de contrôle de l’urine ou incontinence.

Les symptômes peuvent varier d’un homme à un autre et ils ne se présentent pas toujours de façon sévère. La difficulté à se vider totalement la vessie débouche sur des infections ou des calculs. Sans traitement, cela peut conduire à une insuffisance rénale.

Traitement

Il y a actuellement une grande variété de traitements disponibles pour corriger l’hyperplasie prostatique bénigne. Le plus commun est le traitement pharmacologique, avec des alpha-bloquants ou inhibiteurs de la 5-alpha réductase. On les utilise parfois de façon combinée ou on inclut aussi du tadalafyl.

Dans les cas les plus sévères, le traitement choisi est la chirurgie. En général, on emploie l’un des procédés suivants :

  • Résection transurétrale de la prostate.
  • Incision transurétrale de la prostate.
  • Thérapie transurétrale par micro-ondes.
  • Ablation transurétrale avec une aiguille.
  • Thérapie au laser.
  • Lift prostatique et urétral (PUL).
  • Embolisation.
  • Prostatectomie ouverte ou assistée par robot.

En ce qui concerne les traitements alternatifs avec des plantes, il n’y a pas de résultats concluants. On recommande d’adopter un style de vie avec une faible consommation de caféine et d’alcool, ainsi qu’une alimentation saine, de l’exercice fréquent et essayer de maintenir une température corporelle chaude.

Cela pourrait vous intéresser ...
Quels sont les traitements de l’hyperplasie de la prostate ?
Améliore ta SantéLisez-le dans Améliore ta Santé
Quels sont les traitements de l’hyperplasie de la prostate ?

L'hyperplasie de la prostate, qu'elle soit bénigne ou maligne, doit faire l'objet de tests approfondis pour en déterminer la gravité et le traiteme...



  • Carrero-López, V. M., Cózar-Olmo, J. M., & Miñana-López, B. (2016). Hiperplasia prostática benigna y síntomas del tracto urinario inferior. Revisión de las evidencias actuales. Actas Urologicas Españolas, 40(5), 288-294.
  • Breyer BN, Sarma AV. Hyperglycemia and insulin resistance and the risk of BPH/LUTS: an update of recent literature. Curr Urol Rep. 2014;15(12):462. doi:10.1007/s11934-014-0462-x
  • Naslund, M. J., Costa, F. J., & Miner, M. M. (2006, December). Managing enlarged prostate in primary care. International Journal of Clinical Practice. https://doi.org/10.1111/j.1742-1241.2006.01194.x
  • Oesterling, J. E. (1996). Benign prostatic hyperplasia: a review of its histogenesis and natural history. The Prostate. Supplement. https://doi.org/10.1002/(sici)1097-0045(1996)6+<67::aid-pros13>3.3.co;2-e
  • InformedHealth.org [Internet]. Cologne, Germany: Institute for Quality and Efficiency in Health Care (IQWiG); 2006-. Benign enlarged prostate: Overview. 2008 Oct 13 [Updated 2018 Jan 25]. Available from: https://www.ncbi.nlm.nih.gov/books/NBK279204/
  • Lee CL, Kuo HC. Pathophysiology of benign prostate enlargement and lower urinary tract symptoms: Current concepts. Ci Ji Yi Xue Za Zhi. 2017;29(2):79–83. doi:10.4103/tcmj.tcmj_20_17