Identification et traitement de la douleur

Ressentez-vous une douleur constante ? Vous ne savez pas pourquoi ? Pour commencer un traitement contre la douleur, il faut d'abord l'identifier. En savoir plus ici.
Identification et traitement de la douleur
José Gerardo Rosciano Paganelli

Relu et approuvé par le médecin José Gerardo Rosciano Paganelli.

Écrit par Equipo Editorial

Dernière mise à jour : 16 janvier, 2023

Conceptualiser la douleur tout au long de l’évolution humaine n’a pas été facile, mais en termes généraux, on peut dire qu’il s’agit d’ un mécanisme de défense qui envoie des signaux d’alarme pour protéger le corps. Avant de commencer un traitement contre la douleur, il est nécessaire d’identifier le type de mal.

La douleur est définie comme une expérience à la fois sensorielle et émotionnelle qui cause de l’inconfort. Pour percevoir la douleur, il est nécessaire d’activer le système nerveux sensitif et les voies nerveuses responsables de la réponse aux stimuli nociceptifs des tissus.

Données d’intérêt

  • Avec l’âge, la douleur augmente.
  • Les femmes sont plus sujettes à la douleur que les hommes.
  • La douleur affecte les niveaux individuel, familial, social et économique.
  • Un grand pourcentage de jeunes de la communauté souffrent de maux de tête, tandis que les personnes âgées souffrent de douleurs aux extrémités.

Nous vous recommandons de lire : Habitudes qui causent des douleurs au genou

Différence entre douleur et souffrance

Différence entre douleur et souffrance

La souffrance est considérée comme une sensation subjective dans laquelle il peut y avoir un facteur biologique, psychologique et social. Autrement dit, une personne peut ressentir une douleur intense sans souffrir. Tel est le cas de l’expérience lors de l’accouchement.

En revanche, l’angoisse, l’anxiété ou la dépression font partie de la souffrance. Cela signifie que tout ce qui cause l’usure du système nerveux en fait partie. Le patient a peur de ressentir une douleur horrible.

Visitez cet article : Thermorécepteurs

Anatomie et physiologie de la douleur

Anatomie et physiologie de la douleur

Au moment où l’organisme reçoit le stimulus, les récepteurs nerveux, les articulations, les fibres nerveuses situées dans le tissu cutané et les muscles sont activés. Une fois capturée, la douleur se transforme en impulsions. Dont il existe trois types :

  • Mécanorécepteurs : pression cutanée.
  • Thermorécepteurs : causés par des températures extrêmes.
  • Récepteurs polymodaux : stimuli nociceptifs, mécaniques, thermiques et chimiques.

Les substances qui sont libérées en cas de douleur sont les mêmes que lors d’ une altération ou d’une lésion tissulaire. Parmi eux, l’histamine et la sérotonine. D’autres sont :

  • Ions potassium et hydrogène.
  • Bradycine de la circulation sanguine.
  • Prostaglandines et leucotriènes des tissus lésés.

Lorsque ces substances sont libérées, l’influx nerveux est initié qui vise à abaisser le seuil d’autres fibres nerveuses locales et, de cette manière, une augmentation de l’activité (hyperalgésie secondaire) est évitée.

  L’hyperalgésie se produit lorsque différents états de douleur conduisent à des situations dans lesquelles des stimuli normalement non douloureux deviennent douloureux. Tandis que les plus douloureux deviennent encore plus intenses.

Fibres nerveuses

Fibres nerveuses quand il y a douleur
  • Fibres A : elles sont classées en types alpha, bêta, gamma et delta. Ils sont responsables de la conduite des impulsions nociceptives. Ils sont de petite taille et conduisent l’influx nerveux à une vitesse de 5 à 50 mètres par seconde.
  • Fibres C : leur conduction est lente par rapport aux fibres A delta. Ces fibres répondent à des stimuli chimiques, mécaniques et thermiques. Il y a environ 200 fibres de type C par centimètre carré de peau.

Transmission de l’influx nerveux à la moelle épinière

La moelle épinière fonctionne comme un filtre ; c’est-à-dire qu’il élimine ou amplifie les messages selon leur importance. Premièrement, les fibres nerveuses sont situées dans la corne dorsale de la moelle épinière afin de se connecter avec les neurones et les interneurones.

Les neurones sont appelés lames I, II, III et sont situés à n’importe quel niveau de la corne dorsale. De cette façon, les fibres A entrent en contact avec les neurones et de là partent vers les faisceaux spinothalamique et spinoréticulaire vers les centres supérieurs.

Alors que les fibres C se connectent à ces neurones, produisant des réflexes spinaux, c’est à ce moment que la douleur aiguë ou chronique survient. La douleur monte également à travers les voies, mais plus lentement. Ils atteignent ensuite la formation réticulaire et de là le système limbique et l’hypothalamus.

Les types de douleur

Reconnaître le type de douleur pour appliquer le traitement

Afin d’appliquer un traitement contre la douleur, il est nécessaire d’identifier de quel type il s’agit. Celles-ci sont classées en tenant compte de facteurs tels que : la durée, le lieu et l’intensité.

Durée

  • Aiguë : limitée dans le temps et rarement due à un symptôme psychologique. Par exemple les douleurs neuropathiques.
  • Chronique : c’est une douleur d’une durée illimitée et s’accompagne d’une composante psychologique.

Pathogénie

  • Neuropathique : elle est due à un stimulus direct dans le système nerveux central. Il est pointu et avec une sensation de brûlure.
  • Nociceptif : c’est le plus courant et il est classé comme : somatique et viscéral.
  • Psychogène : affecte le niveau psychosocial de la personne.

Emplacement

  • Somatique : elle se caractérise par une douleur lancinante localisée qui irradie en se déplaçant le long des voies nerveuses.
  • Viscérale : cette douleur est continue et profonde. Les exemples incluent les crampes, les métastases hépatiques et le cancer du pancréas.

Cours

  • Continu : elle est persistante pendant la journée et ne disparaît pas.
  • Irruptif : elle se produit par le mouvement ou une action volontaire de la personne atteinte.

Intensité

  • Douce : vous permet de mener à bien vos activités quotidiennes.
  • Modérée : interfère avec les activités quotidiennes.
  • Sévère : elle est si forte qu’elle ne permet même pas le repos.

Traitement de la douleur

L’indication antalgique est essentielle pour le traitement de la douleur. Particulièrement en cas de douleur chronique. Cependant, avant de prendre le médicament, une évaluation préalable est nécessaire.

Dans un premier temps, une étude détaillée doit être réalisée pour connaître les causes de la douleur, évaluer sa durée et déterminer si elle interfère avec les heures de sommeil.

D’autre part, il y a l’échelle visuelle analogique : cette méthode est considérée comme la plus efficace et consiste en une ligne de règle identifiée de 0 à 10. Le patient identifie un degré de douleur avec les chiffres. D’autre part, vous pouvez opter pour des méthodes thérapeutiques telles que le traitement de la douleur qui réduisent la douleur et vous permettent de vous endormir.

Analgésique

  • Analgésiques opioïdes. Ils procurent un soulagement rapide des douleurs modérées à sévères. Ils agissent sur le système nerveux central où se trouvent les récepteurs cibles.
  • Opioïdes faibles ou mineurs. Indiqué pour les douleurs légères à modérées. Les plus représentatifs sont la codéine et le tramadol.
  • Principaux opioïdes ou narcotiques. Ils sont indiqués pour les patients souffrant de douleurs intenses. La morphine est utilisée et connue.

Recommandations pour l’utilisation d’un analgésique

La première chose à faire avant de commencer un traitement contre la douleur est de connaître le type de douleur et son intensité. Il faut alors agir immédiatement dès les premiers symptômes afin de prévenir des douleurs plus fortes.

Ensuite, il faut rechercher la voie la plus praticable : orale, rectale ou topique. Enfin, vous devez suivre le calendrier exact lors de la prise de l’analgésique afin de ne pas avoir de rechute avec la douleur.

Souvent, la douleur passe d’un symptôme à quelque chose de gênant et d’inopportun qui doit être combattu avec une thérapie adéquate. En traitant la douleur, on évite un grand nombre d’altérations organiques et psychologiques qui sont une conséquence de la situation algique.

Si vous ressentez une douleur constante ou très forte, vous devez consulter un médecin dès que possible. Un professionnel sera en mesure de déterminer si cela est dû à une autre maladie ou si vous devez commencer un traitement contre la douleur.

Cela pourrait vous intéresser ...
L’utilisation intensive du portable provoque des douleurs cervicales
Améliore ta Santé
Lisez-le dans Améliore ta Santé
L’utilisation intensive du portable provoque des douleurs cervicales

Vous souffrez de douleurs cervicales ? Sachez que les appareils mobiles comme les smartphones et les tablettes peuvent être les responsables.




Le contenu de cette publication est uniquement destiné à des fins d'information. À aucun moment, il ne peut servir à faciliter ou à remplacer les diagnostics, les traitements ou les recommandations d'un professionnel. Consultez votre spécialiste de confiance si vous avez des doutes et demandez-lui son accord avant de commencer toute procédure.