Journée mondiale de la maladie de Parkinson : comment détecter les signes précoces

5 juin 2020
La journée mondiale de la maladie de Parkinson est le 11 avril. Cette journée invite à la réflexion au sujet de cette maladie et incite à la mise en place d'actions en vue d'alerter la population sur les signes précoces de la maladie.

La journée mondiale de la maladie de Parkinson existe depuis 1997. L’Organisation mondiale de la santé a instauré cette journée en reconnaissance du travail de James Parkinson, un neurologue anglais qui a donné son nom à la maladie.

En 1817, James Parkison publie le premier ouvrage qui parle de la maladie de Parkinson décrite comme une paralysie agitante. Cet ouvrage représente le début de la recherche scientifique sur la maladie.

La prévalence mondiale de la maladie de Parkinson s’élève à 0,3 % parmi la population générale, et passe à 1 % chez les personnes âgées de plus de 60 ans. Cela veut dire que, au-delà de l’âge de 60 ans, 1 personne sur 100 peut présenter les symptômes de la maladie.

Cette maladie touche plus fréquemment les hommes que les femmes. La science ignore encore quelle est la raison derrière cette observation, mais il se pourrait que les œstrogènes jouent un rôle protecteur important. Pour le moment, ce n’est qu’une hypothèse.

Une forme de la maladie de Parkinson affecte les jeunes, à savoir les adultes âgés de moins de 40 ans. La mutation d’un gène est à l’origine de cette forme du trouble. Elle concerne environ 5 % des personnes affectées par la maladie.

La maladie de Parkinson, qu’est-ce que c’est ?

La maladie de Parkinson a beau être une maladie très connue, la journée mondiale de la maladie de Parkinson est tout de même importante. Cette journée permet de diffuser des informations importantes sur la maladie et de la rendre plus visible. Cela est important dans la mesure où il s’agit d’une maladie relativement fréquente.

La maladie de Parkinson correspond à un processus de dégénérescence neuronale. Il s’agit d’un changement négatif qui se produit dans le système nerveux. Ce changement est progressif : la situation s’aggrave au fil du temps.

La neurodégénérescence affecte tout d’abord les mouvements. Le symptôme phare de la maladie est le tremblement. Nous verrons un peu plus loin dans cet article quels sont les autres symptômes auxquels il faut être attentif.

Les personnes atteintes de la maladie présentent des altérations au niveau des neurones présents dans la substantia nigra, une zone du cerveau. Les changements qui affectent ces neurones diminuent la quantité de dopamine présente dans le corps. La dopamine étant un neurotransmetteur qui envoie des signaux au sein du système nerveux pour coordonner les mouvements, cela explique pourquoi la maladie affecte essentiellement les mouvements.

Les neurones dans la maladie de Parkinson

Cet article peut également vous intéresser : 7 signaux qui vous aideront à savoir si vous avez des risques de souffrir de la maladie de Parkinson

La journée mondiale de la maladie de Parkinson permet de faire connaître les signes précoces de la maladie

Cette année, plusieurs organisations liées à la maladie ont proposé de profiter de cette journée pour diffuser les signes précoces de la maladie. Cette journée permet à certaines personnes de découvrir suffisamment tôt qu’elles souffrent de la maladie et à celles qui en souffrent déjà de disposer de plus d’outils.

Comme nous le disions plus haut, le tremblement est le symptôme par excellence de la maladie. Ce symptôme affecte généralement les extrémités, notamment lorsque la personne est en repos. Mais il y a d’autres symptômes :

  • Une écriture plus petite
    • Le manque de contrôle sur les mouvements fait que la personne écrit de manière différente : son écriture est généralement plus petite
  • Des mouvements en plein sommeil
    • Les mouvements spontanés pendant la nuit, voire même des coups de poing, peuvent être un signe précoce de la maladie de Parkinson si cela se produit de manière répétée
  • L’altération de l’odorat
    • Les personnes atteintes de la maladie perdent souvent leur odorat
  • La constipation 
    • L’altération au niveau de la transmission neuronale affecte également l’intestin et son réseau de neurones qui régule les rythmes défécatoires. La constipation peut donc indiquer la maladie
  • Le manque d’expressions 
    • Le visage n’est pas épargné par la dégénérescence neuronale. Typiquement, une personne atteinte de la maladie perd sa gestuelle et ses expressions du visage telles que le rire ou la tristesse, raison pour laquelle on le visage est comparé à un masque
  • Un changement au niveau du volume de la voix
    • La voix devient plus rauque ou perd en volume. Cela s’explique par une altération au niveau de la transmission des cordes vocales et des mouvements de la caisse de résonnance

Cet article peut également vous intéresser : L’auriculothérapie pour traiter la maladie de Parkinson

Le diagnostic

Une personne qui souffre de la maladie de Parkinson

Si l’objectif de la journée mondiale de la maladie de Parkinson est de diffuser les signes précoces de la maladie, c’est pour inviter la population à consulter un médecin en cas de présence des signaux d’alerte cités. Un diagnostic précoce permet d’instaurer rapidement des mesures de soutien qui amélioreront la qualité du vie du patient.

Le diagnostic est essentiellement clinique. Il n’existe aucune étude ponctuelle pouvant être réalisée et apporter des résultats de manière immédiate. Seul un neurologue peut déterminer la présence ou non de la maladie.

Le processus diagnostique est parfois complété par une tomographie spéciale qui détecte la présence de dopamine dans le système nerveux central. C’est une aide pour compléter le diagnostic en cas de doute, mais cet examen n’est pas toujours indiqué.

Une journée mondiale pour détecter les signes précoces de la maladie de Parkinson

Cette année, la Journée mondiale de la maladie de Parkinson s’est centrée sur la diffusion des symptômes qui peuvent passer inaperçus. Les personnes âgées de plus de 60 ans doivent particulièrement prêter attention aux signaux d’alerte cités. Ces changement peuvent indiquer un trouble neurologique. Plus tôt le diagnostic est établi, meilleure sera le pronostic.

 

  • Velseboer, D. C. « Non-dopaminergic symptoms in Parkinson’s disease. » (2019).
  • Khoo, Tien K., et al. « The spectrum of nonmotor symptoms in early Parkinson disease. » Neurology 80.3 (2013): 276-281.
  • Mantri, Sneha, James F. Morley, and Andrew D. Siderowf. « The importance of preclinical diagnostics in Parkinson disease. » Parkinsonism & related disorders 64 (2019): 20-28.
  • Martínez-Fernández, Raúl, et al. « Actualización en la enfermedad de Parkinson. » Revista Médica Clínica Las Condes 27.3 (2016): 363-379.
  • Grimes, David, et al. « Canadian guideline for Parkinson disease. » CMAJ 191.36 (2019): E989-E1004.