L'acide laurique aide-t-il à traiter l'acné ?

L'acide laurique peut aider à traiter l'acné. Apprenez-en plus ici sur ce composé présent dans la noix de coco.
L'acide laurique aide-t-il à traiter l'acné ?

Dernière mise à jour : 16 mai, 2022

Tant en cuisine qu’en cosmétique, les diverses utilisations et applications de l’huile de coco sont bien connues. Mais tout le monde ne sait pas que l’un de ses principaux ingrédients actifs, l’acide laurique, est également utilisé pour traiter l’acné.

Ainsi, en plus de fournir des avantages en tant qu’hydratant pour la peau et soin des cheveux, l’huile de noix de coco peut aider à traiter les affections cutanées. Mais ce n’est pas la seule source dudit acide gras, puisque l’ingrédient peut également être obtenu à partir d’huile de palme et de lait de vache ordinaire.

Qu’est-ce que l’acide laurique et où se trouve-t-il ?

Appelé aussi dodécanoïque (en raison du nombre de carbones présents dans sa formule), mais plus communément laurique, l’acide laurique est un acide gras saturé de longueur moyenne. Il est d’origine naturelle et est présent dans les tissus du corps humain sous une forme solide et insoluble.

On le trouve également dans divers aliments, tant d’origine animale que végétale, qui contiennent des graisses saturées. Parmi les sources les plus courantes, figurent les suivantes :

  • Huile de coco : c’est l’une des sources les plus riches, avec une teneur en acide laurique estimée à 40 %.
  • Huile de palmiste : cette huile est extraite du noyau du palmier Elaeis guineensis et la proportion d’acide est beaucoup plus élevée, proche de 80 %.
  • Lait de vache ou de chèvre : il contient environ 0,25 gramme par tasse. 3% de la matière grasse totale du lait correspond à de l’acide laurique.



Applications et bienfaits de l’acide laurique

L’huile de coco a une grande variété d’utilisations, allant des applications culinaires aux applications cosmétiques. Pour ce qui est de l’acide laurique, on considère qu’il possède diverses propriétés qui le rendent efficace face à certaines maladies.

L'huile de coco contient de l'acide laurique.
L’huile de coco est un produit de plus en plus demandé dans l’industrie cosmétique, en partie à cause de sa teneur en acide laurique.

Conservation des aliments

De par sa stabilité et le fait qu’elle soit insoluble dans l’eau, cette graisse saturée est ajoutée aux produits alimentaires, contribuant ainsi à leur conservation. Cependant, lorsqu’elle est raffinée, elle perd certaines de ses propriétés.

Utilisations cosmétiques

On prétend que cet acide possède des propriétés hydratantes, c’est pourquoi il est utilisé pour lutter contre la sécheresse cutanée, pour améliorer la fonction de la barrière lipidique et pour combattre la xérose.

Par ailleurs, c’est un ingrédient courant dans les crèmes et autres produits anti-âge. Selon une étude de 2013, le simple fait d’ajouter un peu d’huile de noix de coco vierge à la lotion utilisée sur la peau améliore l’hydratation ainsi que l’élasticité.

Maladies de la peau

L’huile de coco est également utilisée pour traiter certaines affections cutanées, telles que le psoriasis, grâce à ses propriétés hydratantes et anti-inflammatoires. Elle aide à contrôler les symptômes de cette pathologie.

Activité anti-microbienne

Dans le cadre de diverses investigations, l’acide laurique a montré sa capacité à inhiber le développement d’organismes pathogènes. Par conséquent, il peut aider au traitement et à la prévention de diverses infections, notamment le rhume et la grippe.

Lorsque nous l’ingérons, il se transforme en monolaurine, un composé à activité antimicrobienne à large spectre qui élimine même Staphylococcus aureus dans des conditions de laboratoire.

Autres bienfaits

L’utilisation de cet acide gras a été associée à d’autres avantages. Selon les recherches, les habitants de la Polynésie, où la noix de coco est largement consommée, sont en meilleure santé, présentant de faibles taux d’obésité et de diabète.

L’acide laurique aiderait également à perdre du poids plus facilement et pourrait être un facteur de protection contre la maladie d’Alzheimer. Mais nombre de ses applications sont encore à l’étude.



L’acide laurique pour l’acné : comment l’utiliser ?

On estime qu’il existe plusieurs facteurs qui contribuent à l’apparition ou au développement de l’acné. Parmi eux, figurent la production excessive de sébum, les pores obstrués par ladite graisse et par les cellules mortes, la présence de bactéries (Cutibacterium acnes) et l’inflammation.

Compte tenu de ses propriétés antibactériennes et anti-inflammatoires susmentionnées, l’acide laurique pourrait être utilisé pour traiter efficacement l’acné. C’est ce que montrent les résultats de diverses enquêtes.

Par exemple, une étude de 2009 a révélé que cet acide gras réduisait à la fois l’inflammation et le nombre de bactéries présentes sur la peau. Une autre enquête menée en 2016 a confirmé ces propriétés.

Cependant, il ne doit pas être appliqué directement. Il est conseilléd’utiliser un produit qui contient ce composé. En cas de problèmes d’hydratation cutanée ou de psoriasis, les risques sont moindres, il peut donc être utilisé plus librement.

Pour plus de sécurité, consultez un dermatologue. Ce professionnel de la santé de la peau peut vous prescrira la bonne dose.

Il n’y a pas d’estimation de la dose exacte.
Acné traitée à l'acide laurique.
L’acné ne peut pas être traitée avec une seule substance. Une consultation médicale déterminera l’approche combinée la plus efficace.

Effets secondaires possibles et contre-indications

Tout d’abord, il convient de noter que l’acide laurique est une substance qui peut être irritante, il ne doit donc pas être ingéré seul, mais sous forme d’huile de coco ou de noix de coco fraîche.

Cela dit, il n’y a pas beaucoup de données sur les effets qu’il peut générer. Il est conseillé de faire un test avant de l’utiliser par voie topique. S’il n’y a pas de réactions, il peut être utilisé avec parcimonie.

Pour sa part, la Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis a accordé à la monolaurine le statut de composé généralement sûr, mais sans préciser les directives posologiques. Néanmoins, les personnes ayant la peau sensible doivent l’utiliser avec prudence. De plus, les personnes allergiques à l’acide laurique, à l’huile de noix de coco ou de palme ou à l’un de ses composants doivent s’abstenir.

Enfin, il convient de rappeler qu’il existe certaines contre-indications à l’huile de coco. Sa consommation est déconseillée aux personnes souffrant d’hypercholestérolémie, d’hypertension ou ayant une propension à l’indigestion.

Consultez votre médecin

Malgré toutes les études en sa faveur, il n’a pas été élucidé si l’acide laurique agit par lui-même ou si ces bienfaits sont le résultat de l’action combinée de tous les autres composants présents.

Si vous considérez qu’il est bon d’inclure de l’huile de noix de coco ou de palme dans votre régime alimentaire pour traiter l’acné, rappelez-vous que vous devez tenir compte de la quantité de graisse totale que vous ingérez. Que vous le consommiez ou l’appliquez topiquement, consultez d’abord un dermatologue.

Cela pourrait vous intéresser ...
Les aliments et les habitudes qui aggravent l’acné
Améliore ta Santé
Lisez-le dans Améliore ta Santé
Les aliments et les habitudes qui aggravent l’acné

Vous souffrez d'acné ? Sachez que certains aliments et certaines habitudes aggravent l'acné. Nous vous invitons à les découvrir ici.



  • Dayrit F. The properties of lauric acid and their significance in coconut oil. J Am Oil Chem Soc. 2015; 92: 1–15. https://doi.org/10.1007/s11746-014-2562-7.
  • De Roos N, Schouten E, Katan M. Consumption of a solid fat rich in lauric acid results in a more favorable serum lipid profile in healthy men and women than consumption of a solid fat rich in trans-fatty acids. J Nutr. 2001; 131(2): 242-5.
  • Kabara J, Swieczkowski D, Conley A, Truant J. Fatty acids and derivatives as antimicrobial agents. Antimicrob Agents Chemother. 1972; 2(1): 23-8.
  • Noora N, Aziza A, Sarmidia M, Aziz R. The Effect of Virgin Coconut Oil Loaded Solid Lipid Particles (VCO-SLPs) on Skin Hydration and Skin Elasticity. Jurnal Teknologi. 2013; 62(1): 39-43.
  • Office of Food Additive Safety (HFS-CFSAN). Notification for mixture of monoaylglycerides. FDA, 2016. URL: https://www.fda.gov/media/99218/download.
  • Prior I, Davidson F, Salmond C, Czochanska. Cholesterol, coconuts, and diet on Polynesian atolls: a natural experiment: the Pukapuka and Tokelau Island studies. The American Journal of Clinical Nutrition. 1981; 34(8): 1552–1561.
  • Ruzin A, Novick RP. Equivalence of lauric acid and glycerol monolaurate as inhibitors of signal transduction in Staphylococcus aureus. J Bacteriol. 2000; 182(9): 2668-71.
  • Nakatsuji T, Kao M, Fang J, et al. Antimicrobial Property of Lauric Acid Against Propionibacterium Acnes: Its Therapeutic Potential for Inflammatory Acne Vulgaris. JID. 2009; 129(10): 2480-2488.
  • Thi-Quynh-Mai T, Hsieh M, Chang K, et al. Bactericidal Effect of Lauric Acid-Loaded PCL-PEG-PCL Nano-Sized Micelles on Skin Commensal Propionibacterium acnes. Polymers. 2016; 8(9). https://doi.org/10.3390/polym8090321.
  • Weber TM Kausch M, Rippke F, Schoelermann A, Filbry A. Treatment of xerosis with a topical formulation containing glyceryl glucoside, natural moisturizing factors, and ceramide. J Clin Aesthet Dermatol. 2012; 5(8): 29-39.