L’asthénospermie : de quoi s’agit-il et comment la détecter ?

23 novembre 2020
L'asthénospermie peut trouver son origine dans l'alimentation ou dans certaines habitudes toxiques. Il est important d'exclure toutes les causes possibles afin de résoudre ce problème qui fait baisser la fertilité de l'homme.

On parle de l’asthénospermie lorsqu’il y a une diminution du nombre de spermatozoïdes mobiles. En d’autres termes, il s’agit d’un problème lié au manque de mobilité des spermatozoïdes. Elle est également connue sous le nom d’asthénozooospermie.

Cette pathologie, souvent appelée « syndrome du spermatozoïde paresseux », est un motif de consultation pour infertilité masculine courant. Dans cet article, nous allons vous expliquer de quoi il s’agit exactement et comment la détecter.

Qu’est-ce que l’asthénospermie ?

Etymologiquement, le mot asthénospermie signifie en grec, “un manque de force des spermatozoïdes”. En effet, le préfixe “a” signifie l’absence. Le suffixe “sthéno” quant à lui se réfère à la force.

Selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), l’asthénospermie survient lorsque moins de 40 % de spermatozoïdes sont mobiles dans l’éjaculat. C’est alors une cause de stérilité. En effet, privé de capacité à se mouvoir, les spermatozoïdes sont incapables d’atteindre l’ovocyte et de le féconder. Par conséquent, la femme ne peut pas tomber enceinte.

Quelles sont ses causes ?

Les causes exactes de l’asthénospermie ne sont pas connues. Toutefois, un certain nombre de facteurs peuvent influencer la mobilité des spermatozoïdes :

  • Une altération des spermatozoïdes. Il existe des modifications génétiques qui affectent le flagelle des spermatozoïdes. Par conséquent, cela affecte leur mobilité. En fait, dans certains cas, ce type de modification peut même provoquer une asthénospermie totale.
  • Une altération des voies éjaculatoires. Un changement au niveau des testicules, de l’épididyme ou encore des canaux déférents peut aussi affecter la mobilité des spermatozoïdes.
  • La varicocèle. Il s’agit de la présence de varices sur les vaisseaux sanguins qui alimentent les testicules.
  • Des substances toxiques. Le tabac, l’alcool ou les drogues peuvent aussi avoir une influence. De même, l’exposition aux engrais ou aux pesticides peut également avoir un impact.
  • Des traitements oncologiques. La radiothérapie et la chimiothérapie sont des techniques agressives pour les spermatozoïdes.

De même, l’âge et le régime alimentaire sont des facteurs très importants. Ainsi, il a été démontré que la mobilité des spermatozoïdes diminue après l’âge de 50 ans. De plus, manger de manière équilibrée et saine permet parfois d’éviter ce type de difficulté. Enfin, l’absence de vitamines et d’antioxydants peut être liée à l’asthénospermie.

La température du corps est également un facteur déterminant. Les testicules doivent être à deux degrés de moins que le reste du corps. La mobilité des spermatozoïdes peut en être réduite lorsque cette température optimale n’est pas respectée. Le port de vêtements très serrés ou encore l’utilisation de sauna peut causer ce type de problème.

Vous aimeriez peut-être lire : Comment augmenter la fertilité chez les femmes

Comment détecter l’asthénospermie ?

Des spermatozoïdes en image.

La méthode d’analyse du sperme s’appelle le spermogramme. Cet examen permet d’observer les mouvement des spermatozoïdes. Pour diagnostiquer l’asthénospermie, au moins deux spermogramme sont nécessaires. Au cours du spermogramme, on évalue deux types de mobilité :

  1. La mobilité totale. On se réfère alors à tous les spermatozoïdes qui montrent des signes de mouvement. Autrement dit, cela inclut aussi ceux qui ne se déplacent pas mais qui bougent.
  2. La mobilité progressive. On ne prend alors en compte que les spermatozoïdes qui sont capables de se déplacer.

A l’issue de ces deux mesures, on diagnostique l’asthénospermie lorsque moins de 32% des spermatozoïdes ont une mobilité progressive. Mais aussi lorsque moins de 40% d’entre-eux ont une mobilité totale.

Cependant, il convient également de faire un examen physique approprié. En outre, on effectue aussi généralement des analyses hormonales. En effet, connaître les taux de FSH, de LH et de testostérone peut guider le médecin dans son diagnostic.

Être père malgré l’asthénospermie

L’asthénospermie était une cause d’infertilité. Cependant, aujourd’hui, il existe des traitements qui permettent d’être père malgré ce trouble. Pour cela, il est nécessaire d’obtenir un échantillon de spermatozoïdes dont la mobilité est suffisante pour féconder l’ovule. Cela est dorénavant possible grâce aux techniques de procréation assistée.

Une femme avec un microscope.

Il existe différents traitements en fonction du degré d’asthénospermie. Le plus commun est l’ICSI (l’injection intra-cytoplasmique de spermatozoïde). Cela consiste à introduire un spermatozoïde dans chaque ovocyte. Ainsi, les chances de fécondation augmentent.

Il existe aussi d’autres méthodes qui visent à améliorer la mobilité à proprement dit des spermatozoïdes. On travaille alors sur l’amélioration du régime alimentaire. Il s’agit d’ingérer des aliments riches en acides aminés tels que la L-carnitine et des antioxydants.

Idéalement, on cherche à isoler et à corriger la cause de l’asthénozoospermie. Cependant, ce n’est pas toujours possible. Dans ce cas, on peut alors se tourner vers d’autres techniques. Par exemple, la fécondation in vitro ou encore l’insémination artificielle.

Cela pourrait aussi vous intéresser : Qu’est-ce que la fécondation in vitro ?

En conclusion

L’asthénospermie est un trouble qui réduit la fertilité chez l’homme. Par conséquent, il est nécessaire de connaître les facteurs qui peuvent être la cause de cette difficulté afin de changer ses habitudes et remédier à ce problème. Enfin, c’est seulement en prenant conscience de l’importance de cette pathologie pour certains hommes que l’on pourra réduire son impact sur eux et sur leur estime de soi.

  • Ortega, C., Verheyen, G., Raick, D., Camus, M., Devroey, P., & Tournaye, H. (2011, September). Absolute asthenozoospermia and ICSI: What are the options? Human Reproduction Update. https://doi.org/10.1093/humupd/dmr018
  • Curi, S. M., Ariagno, J. I., Chenlo, P. H., Mendeluk, G. R., Pugliese, M. N., Sardi Segovia, L. M., … Blanco, A. M. (2003). Asthenozoospermia: Analysis of a large population. Archives of Andrology49(5), 343–349. https://doi.org/10.1080/01485010390219656
  • Eslamian, G., Amirjannati, N., Rashidkhani, B., Sadeghi, M. R., Baghestani, A. R., & Hekmatdoost, A. (2015). Dietary fatty acid intakes and asthenozoospermia: A case-control study. Fertility and Sterility103(1), 190–198. https://doi.org/10.1016/j.fertnstert.2014.10.010