L’épaule gelée : tout ce que vous devez savoir

2 février 2021
Plusieurs auteurs ont suggéré que l'étiologie de l'épaule gelée était auto-immune. Or, les tests sérologiques ne confirment pas cette théorie. Que sait-on à ce sujet ? Découvrez-le dans cet article.

L’épaule gelée, aussi connue sous le nom de capsulite rétractile, se définit comme la perte progressive de la mobilité passive de l’épaule. Cette perte de mobilité s’accompagne d’une douleur diffuse qui prédomine dans la zone antérolatérale de l’épaule.

Plusieurs auteurs ont décrit de possibles causes et changements pathologiques qui se produisent dans la capsule articulaire gléno-humérale et dans les tissus autour. Son développement est insidieux, progressif et, dans la majorité des cas, autolimitant.

Cette lésion se produit plus fréquemment chez les personnes qui ont entre 40 et 70 ans. Par ailleurs, elle est plus commune chez les femmes et les patients qui présentent des altérations dans les glandes thyroïdes ou un diabète.

En outre, comme nous le verrons un peu plus tard, l’objectif du traitement est de récupérer la mobilité de l’articulation ainsi que sa fonctionnalité. Il visera aussi à diminuer la douleur à travers l’administration de médicaments ou, en dernier recours, à travers une opération.

Anatomie de l’épaule

Anatomie de l'épaule.

L’épaule est une articulation formée par l’union des extrémités de la clavicule, la scapula et l’humérus.

L’épaule est la partie du corps où le bras s’unit au reste du corps. Il s’agit de l’articulation du corps humain ayant la plus grande amplitude de mouvement. Cette articulation est formée de l’union des extrémités de trois os :

  • Clavicule.
  • Scapula.
  • Humérus.

Ces trois os sont unis par des muscles, des ligaments et des tendons, qui permettent leur mobilité. La principale articulation de l’épaule est celle qui unit la tête de l’humérus à la scapula.

Cette articulation est l’articulation scapulo-humérale. Elle se compose de deux surfaces articulaires : l’une d’elles correspond à la tête de l’humérus, qui a une forme semi-sphérique, et l’autre est la cavité glénoïde de la scapula. Ces deux surfaces sont recouvertes de cartilage, ce qui permet un mouvement fluide et indolore.

L’ensemble de muscles et de tendons qui s’unissent aux surfaces des os rendent possible, comme nous l’avons vu, la mobilité de l’articulation. Par exemple, la coiffe des rotateurs se forme de quatre muscles qui fournissent une mobilité et une stabilité à l’épaule.

Découvrez aussi : Douleurs à l’épaule : conseils et remèdes naturels

Causes de l’épaule gelée

Plusieurs auteurs ont suggéré que l’étiologie de cette lésion était auto-immune. Néanmoins, les tests sérologiques ne confirment pas cette théorie. D’autres suggèrent qu’il s’agit d’une variante de dystrophie sympathique réflexe. Cette théorie n’a pas non plus été accepté car, s’il s’agit d’une dystrophie, la capsulite rétractile ne s’améliore pas.

De Palma, un autre spécialiste, a affirmé que la principale cause de l’apparition de cette lésion était l’inactivité musculaire. Les causes d’un manque de mobilité scapulo-humérale incluent :

  • Ténosynovite bicipitale.
  • Tendinite calcifiante.
  • Contusions.
  • Fractures.
  • Cicatrices capsulaires suite à des lésions ou des opérations.

Lisez aussi : 7 exercices pour renforcer vos épaules

Traitement de l’épaule gelée

Le traitement de l'épaule gelée.

L’épaule gelée affecte la mobilité de l’articulation. Par conséquent, le traitement aura pour but de générer le plus grand rang de mouvement possible.

Comme nous l’avons mentionné au début de l’article, l’objectif du traitement est de restaurer aussi bien la mobilité que la fonctionnalité de l’épaule.

Par ailleurs, on administrera une série de médicaments, comme des anti-inflammatoires ou des stéroïdes, dans le but de calmer la douleur causée par la lésion. Dans les cas les plus graves, on peut soumettre le patient à une arthroscopie.

Par conséquent, étant donné que cette pathologie a deux phases très marquées, l’une au cours de laquelle la douleur prédomine et l’autre où la rigidité domine, le traitement par physiothérapie est différent.

Lors de la première phase de douleur, celle-ci est très marquée et apparaît même quand le patient est au repos. Le traitement aura donc pour objectif de contrôler cette douleur et de faire en sorte que le patient atteigne le plus grand rang de mouvement possible dans l’articulation de l’épaule.

Au fur et à mesure que le patient progressera dans cette direction, le traitement se concentrera sur l’augmentation du rang articulaire. On commencera également à réaliser une série d’exercices qui incluent la coiffe des rotateurs car elle est impliquée avec la capsule articulaire.

Enfin, et il s’agit d’un point tout aussi important, il faut expliquer au patient quelles sont les autres parties du corps qui peuvent être affectées par l’épaule gelée car, étant donné que celle-ci présente une douleur et une mobilité réduite, il est normal qu’on essaie de compenser avec d’autres muscles.

Ainsi, une douleur peut apparaître au niveau des cervicales ou des lombaires à cause du stress que les tissus de ces zones reçoivent lors de mouvements incorrects.

Conclusion

L’épaule gelée ou capsulite rétractile est une lésion qui se produit, comme son nom l’indique, dans l’articulation de l’épaule. Quand elle se produit, cette articulation perd de façon considérable sa mobilité et sa fonctionnalité. Une douleur surgit également, qui peut être très gênante.

Parlez avec un professionnel des traitements les plus recommandés pour votre situation et de tous les doutes que vous pourriez avoir à propos de cette lésion.

  • Salvatore, M., Latte, C., Milano, G., & Grasso, A. (2014). Adhesive capsulitis. In Shoulder Arthroscopy: Principles and Practice. https://doi.org/10.1007/978-1-4471-5427-3_29
  • Hsu, J. E., Anakwenze, O. A., Warrender, W. J., & Abboud, J. A. (2011). Current review of adhesive capsulitis. Journal of Shoulder and Elbow Surgery. https://doi.org/10.1016/j.jse.2010.08.023
  • Neviaser, A. S., & Neviaser, R. J. (2011). Adhesive capsulitis of the shoulder. Journal of the American Academy of Orthopaedic Surgeons. https://doi.org/10.5435/00124635-201109000-00004