La nifédipine : usages et effets secondaires

2 décembre 2019
Avant d'administrer la nifédipine, il faut prendre en compte un ensemble de situations dans lesquelles son utilisation est contre-indiquée. Elle peut effectivement entraîner des complications. Découvrez-en davantage sur ce médicament dans notre article.

La nifédipine est un médicament antagoniste du calcium qui appartient au groupe des dihydropyridines. Elle présente un effet vasodilatateur périphérique et hypotenseur, ainsi qu’un faible effet inotrope négatif.

Grâce à ces effets, ce médicament est indiqué pour le traitement de l’angine de poitrine ainsi que le traitement de l’hypertension artérielle. Les capsules à libération rapide s’utilisent également pour le traitement du syndrome de Raynaud.

Il s’agit d’un médicament qui peut s’administrer aussi bien par voie orale que par voie sublinguale. Lorsque les patients ont des difficultés à avaler correctement, on opte pour la deuxième voie d’administration, par exemple dans le cas des crises d’hypertension.

Néanmoins, l’administration par voie sublinguale peut être dangereuse. Elle n’est donc pas fortement recommandée. En effet, la réaction hypotensive induite peut devenir intense et difficile à contrôler.

Par ailleurs, il est important de souligner que la prise de nifédipine et de jus de pamplemousse ensemble, ainsi que d’autres substances inhibant le métabolisme du foie, est dangereuse. Effectivement, la concentration du médicament peut augmenter considérablement et produire un cadre toxique.

Qu’est-ce que le syndrome de Raynaud ?

Le syndrome de Raynaud peut être soigné grâce à la nifédipine

Il s’agit d’une maladie peu fréquente qui affecte les vaisseaux sanguins des doigts et des orteils. Elle se manifeste par un rétrécissement des vaisseaux lorsque la personne a froid ou se sent stressée.

Quand cela se produit, le sang ne parvient pas à circuler correctement à travers ces parties du corps en raison d’une vasoconstriction puissante. En conséquence, les parties touchées deviennent blanchâtres et bleues.

Une fois que la vasoconstriction disparaît, la peau rougit à nouveau et le patient peut sentir une sensation de palpitation et de picotement. Lorsque cette situation s’aggrave, des plaies peuvent se développer sur la peau, voire même entraîner la mort des tissus.

D’autre part, on ne connaît toujours pas les causes des attaques de Raynaud. En outre, il est important de faire la différence entre phénomènes de Raynaud primaires et secondaires. Effectivement, la forme primaire est plus fréquente et n’est pas la cause d’une maladie associée.

En revanche, les phénomènes de Raynaud secondaires sont causés par un problème non diagnostiqué. Bien qu’ils soient moins courants, il ont tendance à être plus graves. Parmi les maladies qui peuvent déclencher ce syndrome, on peut citer :

  • Maladies du tissu conjonctif
  • Maladies des artères
  • Syndrome du tunnel carpien
  • Tabagisme
  • Lésions dans les mains et les pieds

Découvrez également : Comment baisser l’hypertension artérielle sans utiliser de médicaments ?

Mécanisme d’action : comment fonctionne la nifédipine ?

Quelle est l'action de la nifédipine ?

Comme nous l’avons dit, la nifédipine appartient au groupe de médicaments antagonistes du calcium. Ce groupe thérapeutique réduit l’entrée de calcium dans les cellules du myocarde et des vaisseaux sanguins. Par conséquent, cela bloque les canaux calciques dépendants de la tension.

Par ailleurs, la nifédipine appartient plus particulièrement au groupe des dihydropyridines. Elle agit surtout sur la circulation périphérique en détendant la musculature vasculaire lisse et en entraînant une vasodilatation des artères à 2 niveaux :

  • Vasodilatation périphérique : elle diminue la résistance postcharge. C’est pour cette raison que la nifédipine est utile chez les patients souffrant d’hypertension artérielle et du syndrome de Raynaud
  • Vasodilatation coronaire : elle augmente le flux sanguin coronaire ainsi que l’oxygénation du myocarde. Par conséquent, elle est efficace pour le traitement de l’angine de poitrine.

En outre, la nifédipine est également capable de diminuer, bien que cela soit léger, la contractibilité et la conductivité cardiaque.

Lisez aussi : L’infarctus aiguë du myocarde

Contre-indications et réactions adverses de la nifédipine

 

Avant d’administrer ce médicament, il faut prendre en compte une série de situations dans lesquelles son usage est contre-indiqué à cause des complications qu’il peut générer. Concrètement, il ne faut pas prescrire de nifédipine si le patient est allergique à ce médicament.

De même, les femmes enceintes ou qui allaitent ne peuvent pas non plus prendre de nifédipine car elle pourrait affecter le bébé. Enfin, d’après les données disponibles sur les autres médicaments de cette famille, la nifédipine ne doit pas être administrée conjointement avec la rifamcipine.

D’autre part, comme tous les médicaments sur le marché, la nifédipine peut déclencher un ensemble d’effets indésirables qu’il faut connaître. Parmi eux, nous pouvons mentionner :

  • Problèmes vasculaires liés à la vasodilatation, comme les vertiges, les maux de tête ou les œdèmes périphériques
  • Troubles cardiaques, tels que les palpitations, l’hypotension ou l’insuffisance cardiaque
  • Troubles digestifs
  • Changements dans le système nerveux. Par exemple, des symptômes d’anxiété ou d’insomnie

Conclusion

La nifédipine est un médicament utilisé principalement pour traiter l’hypertension, le syndrome de Raynaud et l’angine de poitrine. En raison de ses effets très puissants, il faut être particulièrement prudent avec son administration.

Consultez le médecin ou le pharmacien face au moindre doute au sujet de ce médicament. Enfin, suivez toujours les instructions indiquées.

 

  • José Sandoval, M. S. (2003). Nifedipino versus ritodrina en la amenaza de parto pretermino.pdf. Revista Peruana Ginecología y Obstetricia.
  • Puigventós Latorre, F., Carrillo Guivernau, L., Ramis Barceló, M., Galán Ramos, N., González González, L., & Usandizaga Calparsoro, M. (2014). Estudio observacional de la efectividad y seguridad de nifedipino en la amenaza de parto prematuro. Progresos de Obstetricia y Ginecologia. https://doi.org/10.1016/j.pog.2014.07.003
  • Montes Santiago, J., Inaraja Bobo, M. T., & del Campo Fernández, V. (2003). Nifedipino oral o sublingual: Utilidad y efectividad a largo plazo de la educacin médica para disminuir su uso en la hipertensión. Revista Clinica Espanola. https://doi.org/10.1157/13042182