La peur des conflits : qu'est-ce que c'est et comment nous affecte-t-elle ?

Les situations conflictuelles suscitent souvent de l'anxiété chez de nombreuses personnes. Par conséquent, vous avez tendance à vous taire ou à céder aux autres. À long terme, ce comportement nuit au bien-être général.
La peur des conflits : qu'est-ce que c'est et comment nous affecte-t-elle ?
Maria Alejandra Morgado Cusati

Rédigé et vérifié par la philosophe et psychologue Maria Alejandra Morgado Cusati.

Dernière mise à jour : 27 février, 2023

Trouvez-vous difficile de vous plaindre lorsque quelqu’un a été injuste envers vous ? Vous est-il impossible de dire « non » par peur de ce qu’ils penseront de vous ? Si vous avez répondu oui à ces questions, vous craignez probablement le conflit.

Les personnes ayant cette caractéristique éprouvent généralement beaucoup d’angoisse dans les situations de conflit, par conséquent, elles essaient de les éviter à tout prix. Cependant, la perpétuation de ce comportement finit par compromettre la santé physique et mentale. Si vous voulez en savoir plus sur les détails et comment le surmonter, nous vous invitons à continuer à lire.

Qu’est-ce que la peur des conflits ?

La peur des conflits consiste en l’expérience d’un malaise, d’anxiété ou d’horreur face à la possibilité de questionner ou de contredire les autres. Les personnes atteintes de ce problème ont tendance à se taire ou à céder plutôt qu’à exprimer leur opinion.

En général, ce sont des personnes qui craignent de perdre l’affection des autres, d’être rejetées, détestées ou violées. Par conséquent, lorsqu’elles ne se sentent pas à l’aise ou en accord avec leur entourage, elles sont incapables d’exprimer une idée qui les contrarie.

Cette attitude est caractéristique des personnes moins affirmées. Ne sachant pas exprimer adéquatement leur malaise, elles préfèrent fuir.

A court terme, cette façon de réagir peut paraître efficace. Cependant, l’évitement des conflits ne génère pas la tranquillité d’esprit. L’inconfort demeure et s’accumule jusqu’à ce qu’il cause des problèmes plus graves.

Quelles sont les causes ?

La peur des conflits est généralement cultivée dans l’enfance, l’étape où les premiers liens affectifs sont en gestation. Il est important de garder à l’esprit que les circonstances qui permettent le déploiement de ce problème varient d’une personne à l’autre. Les déclencheurs sont multiples et sont constitués de traits de personnalité, d’hérédité, d’expériences de vie, de styles parentaux et de socialisation.

Cependant, il est possible d’identifier certains schémas de causalité. Par exemple, les personnes qui suivent une thérapie avec ce problème ont généralement reçu une affection fortement conditionnée par le respect des règles et des attentes de leurs parents. Autrement dit, quand elles étaient enfants, elles ont appris que si elles accomplissaient ce qu’on attendait d’elles, alors elles recevraient de l’amour.

Ainsi, pour être récompensés, ces enfants essaient d’être bons, de répondre aux normes et aux attentes des adultes dont ils sont proches. Mais le plus grave, c’est qu’en parallèle, ils développent une angoisse à l’idée d’être mauvais. Ils croiront qu’ils seront rejetés s’ils n’atteignent pas ce qu’on attend d’eux.

Un autre scénario qui peut cultiver la peur du conflit est lorsque la parentalité se déroule dans un environnement familial conflictuel. C’est-à-dire lorsque les membres de la famille se disputent constamment et en présence de l’enfant.

Petite fille avec des parents qui se disputent.
Grandir dans des environnements avec des discussions constantes est l’une des causes de la génération de la peur des conflits.

Comment la peur du conflit nous affecte-t-elle ?

La peur des conflits nous fait les éviter à tout prix. L’évitement peut fonctionner pendant un certain temps, mais l’inconfort, la frustration et la colère que cela génère restent avec nous. Ces sentiments refoulés deviennent des tensions.

Imaginez un ballon rempli d’air. Cela a une limite. Lorsqu’il accumule un excès d’air, il éclate. C’est comme ça qu’on est quand on se tait et qu’on cède.

Cela étant dit, il est courant que la libération se produise par somatisation. Dans ce cas, le corps sera chargé d’exprimer les émotions qui n’ont pas été verbalisées. Par conséquent, des problèmes de santé récurrents surgiront, tels que les suivants :

De leur côté, nous pouvons aussi réagir par de violentes explosions de colère, notamment avec nos proches. Dans ce cas, il faut s’attendre à ce que nous perdions le contrôle et que nous nous en prenions agressivement aux autres.

Ce deuxième scénario génère généralement beaucoup de culpabilité. De plus, cela peut renforcer la conviction que les autres nous abandonneront si nous exprimons ce que nous ressentons ou pensons. Un cercle vicieux de complaisance est entretenu.

Enfin, le fait de se taire et de céder constamment aux besoins des autres nous éloigne de nous-mêmes et entrave la capacité d’identifier nos sentiments et nos besoins. On peut même être très dépendant des critères de l’autre.

Autrement dit, nous voulons être ce que les autres attendent de nous. Les conséquences de cette attitude sont les suivantes :

Comment faire face à cette peur

De nombreuses personnes qui ont peur des conflits sont conscientes qu’il n’est pas acceptable de se taire et de céder. Et elles le savent car cela leur cause un profond malaise. Cependant, il leur est impossible de se plaindre ou d’exprimer des idées.

Comme nous l’avons déjà dit, il s’agit généralement d’un problème acquis dans l’enfance, c’est donc un processus compliqué à inverser. Il faudra démanteler le cadre de croyances et d’émotions qui se formaient autour du conflit.

Cela ne se fait pas du jour au lendemain. Même beaucoup de ces croyances évoluent dans un registre inconscient et nécessitent que la personne en soit consciente pour pouvoir travailler dessus.

En outre, d’autres problèmes peuvent devoir être résolus, tels que la faible estime de soi, l’anxiété et la dépression. Par conséquent, la meilleure façon de surmonter cette peur est de suivre une psychothérapie. Le professionnel offrira les outils nécessaires.

Prise en charge psychologique par peur des conflits.
Grâce à un traitement psychologique, il est possible d’évaluer et d’aborder la peur des conflits pour trouver une solution.

Le conflit comme opportunité de progrès

Une bonne façon de gérer la peur des conflits est de supposer qu’ils sont nécessaires. Eh bien, ils représentent une opportunité de mettre fin à des situations qui ne peuvent pas être perpétuées.

De plus, ils laissent place au dialogue, au consensus, à la négociation et à l’intégration de différents points de vue. C’est ce qui rend possible le progrès de l’humanité. Si le conflit n’existait pas, alors il n’y aurait pas de réformes pour améliorer les conditions sociales, de travail, familiales et de couple.


Toutes les sources citées ont été examinées en profondeur par notre équipe pour garantir leur qualité, leur fiabilité, leur actualité et leur validité. La bibliographie de cet article a été considérée comme fiable et précise sur le plan académique ou scientifique



Ce texte est fourni à des fins d'information uniquement et ne remplace pas la consultation d'un professionnel. En cas de doute, consultez votre spécialiste.