La réadaptation cardiaque : revenir à la vie active après une intervention

29 décembre 2019
La réadaptation cardiaque est un accompagnement que l'on propose au patient qui a souffert d'une crise cardiaque pour l'aider à se réinsérer dans ses activités quotidiennes. Dans cet article, nous vous disons qui y a recours, et comment.

La réadaptation cardiaque est une forme établie de suivi actif. Elle se destine aux personnes qui ont souffert d’un infarctus du myocarde, ou qui ont subi une opération du coeur. Chaque cas particulier bénéficie de différents programmes.

Fondamentalement, la réadaptation cardiaque consiste en une éducation pour la santé et en des exercices ainsi que d’un accompagnement émotionnel. On poursuit l’objectif d’améliorer la qualité de vie du patient cardiaque afin qu’il puisse mener à bien ses activités de la manière la plus normale possible.

De plus, on cherche également à ce que la personne prenne conscience des habitudes de vie qu’elle doit changer pour ne pas encore tomber dans un épisode cardiaque. On pourrait dire que dans le cadre de la réadaptation cardiaque, l’éducation est plus importante que les exercices en eux-mêmes.

Les associations de cardiologie des pays du monde entier recommandent les programmes de réadaptation cardiaque. Leur efficacité ne fait pas l’ombre d’un doute. Et des études scientifiques ont prouvé qu’ils peuvent diminuer le risque d’angines de poitrine et d’infarctus de ces patients.

Qui bénéficie de la réadaptation cardiaque ?

Les programmes de réadaptation cardiaque ne peuvent pas s’appliquer directement à n’importe quel patient qui souffre de cardiopathie ischémique. En réalité, on sélectionne ceux qui à qui le programme bénéficierait le plus.

Quoi qu’il en soit, il existe un consensus au sujet des patients qui ont souffert ou qui souffrent de :

  • Insuffisance cardiaque : c’est une pathologie dans le cadre de laquelle le coeur n’a pas suffisamment de force pour envoyer le sang dans le système circulatoire. Les patients qui en souffrent voient leur vie quotidienne très affectée. En effet, la maladie complique la réalisation des activités de tous les jours

Lisez aussi : 7 causes potentielles de l’insuffisance cardiaque

  • Angine de poitrine : il s’agit de la douleur récurrente au niveau du thorax provoquée par la moindre arrivée de sang vers le muscle du coeur. La réadaptation cardiaque est fondamentale pour éviter la survenue d’un infarctus aigu du myocarde
  • Infarctus aigu du myocarde : c’est la pathologie cardiaque grave et mortelle par excellence. Elle entraîne la mort des cellules cardiaques du fait de la grande diminution du flux de sang vers le coeur
  • Maladie artérielle périphérique : quand l’artériosclérose bouche les artères dans les membres supérieurs et inférieurs, apparaît la maladie artérielle périphérique. Les facteurs de risque sont similaires à ceux de la cardiopathie ischémique
  • Opérations cardiologiques : quand aucune autre solution n’a pu être envisageable que l’intervention chirurgicale, le patient est ensuite accompagné de la réadaptation cardiaque dans la société ainsi que dans son environnement de vie
  • Transplantation cardiaque : il s’agit du dernier recours à la pathologie cardiaque. Si elle n’est pas très fréquente, les progrès scientifiques permettent de plus en plus de la considérer comme une option chez les patients gravement atteints qui n’ont pas d’autres alternatives

A voir : Un coeur artificiel qui promet d’aider ceux qui n’ont pas de donneur

Quelles pathologies impliquent la recours à la réadaptation cardiaque ?

Phases et équipe médicale

La réadaptation cardiaque se compose de 3 phases, parmi lesquelles les 2 dernières sont celles qui correspondent au programme d’exercices et d’éducation. Ces phases sont :

  • Admission ou diagnostic : la première phase consiste en la caractérisation du patient. Après les examens et l’évaluation de l’équipe médicale, on détermine si oui ou non la personne peut bénéficier du programme de réadaptation
  • Programme actif : le patient intègre la réadaptation cardiaque et commence son plan d’entraînement, ses consultations psychologiques, l’éducation pour la santé et le suivi médical pour contrôle pharmacologique. Cette phase dure autant que nécessaire selon le cas
  • Autorisation de sortie : la troisième phase est un processus d’autorisation de sortie, quand l’équipe de réadaptation comprend que le patient est capable de continuer à changer par lui-même son style de vie

Ces phases s’accompagnent et sont guidées par une équipe soignante multidisciplinaire. Les professionnels qui interviennent généralement sont :

  • Médecin cardiologue : ce sera lui qui définira le plan et qui décidera du traitement
  • Infirmier : généralement, le service infirmier guide le quotidien du programme
  • Kinésiologue/physiothérapeute : il sera chargé des exercices et de leur supervision
  • Médecin naturopathe : avec le physiothérapeute, il développe les exercices
  • Psychologue : il s’occupe du facteur émotionnel du patient en réadaptation cardiaque
La réadaptation cardiaque pour lutter contre l'infarctus

Qu’inclut la réadaptation cardiaque ?

Comme nous vous le disions au début de cet article, la réadaptation cardiaque n’est pas seulement un programme d’exercices kinésiologiques, mais plutôt une éducation pour la santé. C’est pourquoi elle se divise en diverses zones, parmi lesquelles :

  • Evaluation médicale : le corps médical détermine quelle réadaptation est la bonne et quels médicaments doit accompagner le processus postérieur aux évènements cardiaques pour améliorer les paramètres internes
  • Exercices : dans le cadre de la réadaptation cardiaque, on programme des exercices que le patient peut réaliser. Et qui améliorent le muscle cardiaque. Ils sont variés, allant du vélo stationnaire à la levée de poids contrôlée
  • Education pour la santé : le pilier du programme est que le patient change son style de vie. Pour cela, on lui apprend les bonnes habitudes alimentaires et les activités physiques adéquates. On lui apprend également à gérer le stress, à savoir quand consulter à temps, quelles pratiques sont nocives, et à connaître d’autres maladies qui peuvent provoquer des complications

 

  • Gómez-González, A., et al. « Recomendaciones sobre rehabilitación cardíaca en la cardiopatía isquémica de la Sociedad de Rehabilitación Cardio-Respiratoria (SORECAR). » Rehabilitación 49.2 (2015): 102-124.
  • Campos González, Víctor. « Fisioterapia en la Prevención Secundaria de la Rehabilitación Cardiaca Revisión bibliográfica narrativa. » (2017).
  • Centeno, Erika Hütt, and Juliana Salas Segura. « Rehabilitación cardíaca para el médico general. » Revista Clínica de la Escuela de Medicina de la Universidad de Costa Rica 5.2 (2015): 30-36.