Le cholestérol VLDL est-il nocif ?

Pour ralentir la vitesse d'oxydation des lipoprotéines VLDL, il est nécessaire de garantir l'apport d'antioxydants par l'alimentation.
Le cholestérol VLDL est-il nocif ?

Dernière mise à jour : 05 juin, 2022

Le cholestérol VLDL est composé de lipoprotéines de très basse densité qui peuvent être nocives pour la santé. On le trouve en faible proportion par rapport au cholestérol total, puisqu’il constitue une fraction du cholestérol LDL.

Le VLDL est produit et libéré par le foie, tout comme les autres formes de cholestérol. Contrairement aux LDL classiques, il transporte les triglycérides vers les tissus périphériques pour être stockés ou utilisés comme source d’énergie, comme en témoignent des études. En général, les LDL et VLDL sont considérés comme des « mauvais » cholestérols, car ils favorisent la formation de plaques d’athérosclérose.

Les experts considèrent aujourd’hui l’augmentation du taux d’oxydation de ces lipoprotéines comme dangereuse. Pour cette raison, il est nécessaire de mettre en place une série de stratégies visant à moduler le profil lipidique et à réduire le taux d’oxydation de cette lipoprotéine.

Les valeurs VLDL normales

Actuellement, il n’existe aucun moyen direct de mesurer la concentration de VLDL dans le sang. Cependant, il est possible d’estimer ses niveaux à partir de la concentration de cholestérol total et de triglycérides. Les VLDL correspondent généralement à un cinquième du taux de triglycérides.

Les valeurs normales de VLDL vont de 2 à 30 milligrammes par décilitre. Cette fourchette dépend du laboratoire, de l’âge et de l’état général du patient. Des valeurs supérieures à la normale augmentent le risque d’athérosclérose et d’accident vasculaire cérébral.

Il est nécessaire d’empêcher l’oxydation du cholestérol VLDL

Comme le précise un article publié dans la revue Current Medicinal Chemistry, l’oxydation des VLDL pourrait augmenter le risque de formation de plaques d’athérosclérose, nocives et dangereuses pour la santé cardiovasculaire.

Afin de réduire le taux d’oxydation de ces lipoprotéines, il est nécessaire d’apporter certains changements alimentaires. Le premier d’entre eux consiste à augmenter la consommation d’aliments du règne végétal. Beaucoup de ces produits contiennent des substances à caractère antioxydant marqué.

Un exemple est le lycopène des tomates. Ce nutriment réduit la formation de radicaux libres, ainsi que le taux d’oxydation des lipoprotéines qui composent le cholestérol total, comme en témoigne un article publié dans la revue Atherosclerosis ; la consommation régulière de tomate est liée à la réduction du risque cardiovasculaire.



Certains aliments aident à moduler le profil lipidique

Il existe dans l’alimentation des produits capables de moduler positivement le profil lipidique. Ces aliments parviennent à augmenter la proportion de cholestérol HDL et donc à réduire celle de LDL et VLDL.

Les acides gras mono et polyinsaturés remplissent cette fonction. Ils peuvent être trouvés dans les huiles végétales, les poissons gras et les noix, entre autres. En général, il est recommandé d’ajouter les aliments suivants à l’alimentation pour réduire les VLDL :

  • Poulet et dinde sans peau
  • Fromages faibles en gras
  • Noix, légumineuses et légumes
  • Graines de lin, de chia et de tournesol

Les fibres sont également capables d’influencer le taux de cholestérol. Ce nutriment a même été associé à la réduction du risque cardiovasculaire. C’est le cas du riz brun, des patates douces et du pain de blé entier. L’une des hypothèses avancées pour étayer cette affirmation est qu’il influencerait positivement la réduction de l’oxydation des lipoprotéines VLDL.

Oméga-3 et régime méditerranéen.



Il faut restreindre certains aliments pour éviter l’oxydation des VLDL

Tout comme il existe des aliments dans l’alimentation qui sont capables de moduler le profil lipidique et de réduire le taux d’oxydation, il en existe d’autres qui ont l’effet inverse. C’est le cas des produits transformés, riches en gras trans et en sucres simples.

Les lipides trans, issus de la soumission des huiles à des températures élevées, ont des effets inflammatoires et favorisent l’oxydation. Il existe d’autres lipides aux propriétés inflammatoires, comme les acides gras oméga-6. Or, ceux-ci sont indispensables à l’alimentation humaine. Il suffit de garantir une relation équilibrée par rapport aux acides oméga-3.

Il est conseillé de réduire la consommation des aliments suivants :

  • Viande rouge
  • Aliments frits et transformés.
  • Fromages gras, comme le cheddar
  • Lait entier
  • Saucisses
  • Sodas et autres boissons sucrées
  • Riz blanc, pâtes et pain blanc

D’autres substances comme l’alcool contribuent à favoriser les effets de l’oxydation et augmentent le risque cardiovasculaire. À défaut, il est préférable de consommer de l’eau pétillante, par exemple.

Homme qui boit de l'alcool.

Le cholestérol peut être mauvais

Bien que la totalité du cholestérol total ait traditionnellement été associée au risque cardiovasculaire, il a maintenant été démontré que ce n’est pas le cas.

C’est l’oxydation d’une petite fraction du cholestérol LDL, les lipoprotéines VLDL, qui pourrait être responsable du risque accru de formation de plaques d’athérosclérose.

Pour minimiser cette situation, il est indispensable de mener à bien certaines stratégies diététiques. Beaucoup d’entre elles impliquent d’augmenter la consommation de légumes, des aliments contiennent des vitamines antioxydantes et des phytonutriments.

Il est également bénéfique d’augmenter l’apport en acides gras oméga-3, car ils sont capables de moduler positivement le profil lipidique de l’individu.

Enfin, il convient de souligner la nécessité de réduire la consommation de tous les aliments susceptibles de favoriser les processus d’oxydation et inflammatoires. Par exemple : les aliments transformés, riche en acides gras trans et additifs. Une alimentation saine donne toujours la priorité aux aliments frais par rapport aux aliments industriels.

Un autre cas caractéristique est celui de l’alcool. Cette substance est capable d’augmenter le risque cardiovasculaire et d’aggraver les marqueurs liés à la santé. Par conséquent, il devrait être évité.

De plus, un contrôle adéquat du poids corporel doit être maintenu et une activité physique régulière doit être pratiquée, au moins 3 à 4 fois par semaine. Les consultations annuelles chez un spécialiste sont indispensables chez les personnes âgées et les personnes à risque cardiovasculaire accru.

Cela pourrait vous intéresser ...
8 choses que vous devriez faire pour réduire votre cholestérol en 30 jours
Améliore ta Santé
Lisez-le dans Améliore ta Santé
8 choses que vous devriez faire pour réduire votre cholestérol en 30 jours

Nous vous donnons 7 bons conseils pour vous aider à réduire votre cholestérol de manière significative en 30 jours. Découvrez-les !



  • Kattoor AJ., Kanuri SH., Mehta JL., Role of Ox LDL and LOX 1 in atherogenesis. Curr Med Chem, 2019. 26 (9): 1693-1700.
  • Ming Cheng H., Koutsidis G., Lodge JK., Ashor A., et al., Tomato and lycopene supplementation and cardiovascular risk factors: a systematic review and meta analysis. Atherosclerosis, 2017. 257: 100-108.
  • Millán, J., Hernández-Mijares, A., Ascaso, J. F., Blasco, M., Brea, A., Díaz, Á., … & Pintó, X. (2016). La auténtica dimensión del colesterol-no-HDL: colesterol aterogénico. Clínica e Investigación en Arteriosclerosis28(6), 265-270.
  • Errico T, Chen X, Martin J, Julve J. Mecanismo básicos: estructura, función y metabolismo de las lipoproteínas plasmáticas. Clínica e Investigación en Arteriosclerosis. 2013; 25 (2): 98-103.