Le coronavirus peut-il affecter les hommes plus que les femmes ?

22 mai 2020
Les statistiques sur la pandémie sont mises à jour quotidiennement et des données ont été recueillies, ce qui a permis de déterminer si le coronavirus peut affecter les hommes plus que les femmes. Dans cet article, nous vous dirons ce que l'on sait à ce sujet.

Pour savoir si le coronavirus peut affecter les hommes plus que les femmes, il faut se référer aux statistiques. Tous les pays touchés sont en train de compléter les données en temps réel afin de comprendre le comportement de l’infection au sein de leurs populations.

La Chine a été le premier pays à connaître l’épidémie de COVID-19, et également le premier à publier les premières données sur le profil épidémiologique de l’infection. Les autres États ont ensuite apporté petit à petit leurs statistiques locales.

La plupart d’entre elles ont convenu que les hommes sont plus touchés par le coronavirus que les femmes. Mais cela n’a rien à voir avec la contagiosité, mais plutôt avec la létalité.

La différence entre les hommes infectés par le SRAS-CoV-2 et les femmes infectées est minime. Presque toutes les zones géographiques présentent des différences de 2 à 4 % entre les sexes. Ce n’est pas une valeur significative.

  • Lorsque l’on analyse l’effet agressif et mortel du coronavirus, on peut affirmer qu’il touche davantage les hommes que les femmes
  • En moyenne, les femmes sont moins infectées que les hommes
  • Contrairement aux hommes, les femmes infectées ont nécessité moins d’hospitalisations et moins de lits de soins intensifs

Des conditions antérieures expliquent pourquoi le coronavirus peut affecter davantage les hommes

Les statistiques mondiales s’accordent à dire que le coronavirus peut affecter les hommes plus que les femmes. Cette information se reproduit sur tous les continents.

Le point de basculement est que les hommes meurent plus que les femmes des coronavirus. Et on spécule que l’issue fatale est liée à des comorbidités.

Nous savons déjà que les groupes à risque pour les formes graves de la maladie sont ceux qui souffrent de maladies chroniques telles que l’hypertension, l’insuffisance cardiaque, les maladies pulmonaires obstructives chroniques et le diabète. De même, les patients atteints de cancer et les patients immunodéprimés sont plus exposés.

Il s’avère qu’en général, les hommes sont plus touchés par l’hypertension et les autres maladies cardiovasculaires que les femmes. Si l’on regarde les statistiques européennes, près de 50 % des hommes sont hypertendus, alors que chez les femmes, ce chiffre tombe à 37 %.

Quelque chose de similaire se produit avec les pathologies respiratoires, en ajoutant le tabagisme, qui est une habitude plus courante chez les hommes. Cela correspond au fait que la bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO) est plus de deux fois plus fréquente chez les hommes que chez les femmes.

Un homme souffrant du coronavirus

Lire la suite : Les personnes atteintes du VIH sont-elles plus exposées au coronavirus ?

La théorie des hormones

Outre la composition par âge des groupes concernés, il existe une théorie qui s’appuie sur le profil hormonal. Selon cette hypothèse, les œstrogènes pourraient expliquer pourquoi le coronavirus peut affecter les hommes plus que les femmes.

Suite aux épidémies de SRAS et de MERS, deux coronavirus qui ont affecté l’humanité au cours des vingt dernières années, des études scientifiques ont été menées sur ces virus. Certaines de ces études ont montré que les souris femelles étaient plus résistantes au coronavirus que les mâles.

Pour poursuivre l’étude, les chercheurs sont passés à une deuxième phase où ils ont retiré les ovaires des souris. Ainsi, ils ont cessé de produire des hormones féminines telles que l’œstrogène. À ce moment-là, les femelles ont atteint le taux d’infection des mâles.

Bien qu’il s’agisse d’une étude chez l’animal, et avec une variété de coronavirus qui n’est pas la plus courante, elle permet de supposer l’association. D’autres recherches seraient nécessaires, mais au moins elles génèrent un champ d’étude à poursuivre.

Un médecin prenant la tension d'un homme

En savoir plus : Le coronavirus chez les enfants : tout ce que vous devez savoir

Le problème du genre dans la pandémie de coronavirus

Au-delà du fait que le coronavirus peut affecter les hommes plus que les femmes, la question des différences entre les sexes provoquées par la pandémie est importante. Tant sur le plan économique qu’en termes d’exposition au virus dans les hôpitaux et les cliniques.

Les femmes peuvent voir leur activité économique fortement diminuée lorsqu’elles se déclarent en confinement. Un exemple classique de ces situations est celui des travailleurs domestiques, qui ne peuvent pas se rendre à leur travail.

Dans le même temps, de nombreuses personnes travaillant en première ligne dans les équipes de santé sont des femmes. L’expérience passée avec l’épidémie d’Ebola, par exemple, entre 2014 et 2016, a montré clairement que les infirmières étaient fortement exposées au virus car elles étaient plus impliquées dans les soins infirmiers que les hommes.

A considérer

La différence entre les hommes et les femmes ne doit pas être une raison pour changer les pratiques générales de prévention. Les hommes et les femmes doivent maintenir leur isolement social, se laver fréquemment les mains avec du savon et surveiller les symptômes compatibles avec le coronavirus.

  • Cruz, M. Palacios, et al. « COVID-19, una emergencia de salud pública mundial. » Revista Clínica Española (2020).
  • Alemán, J. F., and Beatriz Rueda. « Influence of gender on protective and vulnerability factors, adherence and quality of life in patients with cardiovascular disease. » Atencion primaria 51.9 (2018): 529-535.
  • Zou, Lirong, et al. « SARS-CoV-2 viral load in upper respiratory specimens of infected patients. » New England Journal of Medicine 382.12 (2020): 1177-1179.
  • Jin, Jian-Min, et al. « Gender differences in patients with COVID-19: Focus on severity and mortality. » medRxiv (2020).
  • Cai, Hua. « Sex difference and smoking predisposition in patients with COVID-19. » The Lancet Respiratory Medicine (2020).