Le coronavirus pourrait provoquer des accidents vasculaires cérébraux chez les jeunes adultes

7 mai 2020
De récents rapports en provenance de New York font craindre que le coronavirus puisse provoquer des accidents vasculaires cérébraux, en particulier chez les jeunes adultes. Des cas ont déjà été signalés, et plusieurs hypothèses ont été émises.

La pandémie de COVID-19 a débuté à Wuhan, en Chine, fin 2019. Aujourd’hui, elle ravage aujourd’hui le monde entier. Dans ce contexte, de nouvelles données sur la maladie ne cessent d’apparaître. Les équipes sanitaires sont de plus en plus attentives aux manifestations. Et elles semblent découvrir de nouveaux effets secondaires du virus. Notamment la possibilité d’accidents vasculaires cérébraux.

Dans un article publié dans le Washington Post, les médecins américains font état d’une augmentation des accidents vasculaires cérébraux, en particulier chez les jeunes infectés par le coronavirus.

Cela s’ajoute aux rapports en provenance de Chine, où les neurologues de Wuhan ont découvert que jusqu’à 36 % des patients hospitalisés en raison du SARS-CoV-2 présentaient certains symptômes neurologiques. Cela dénote une certaine implication de fond liée au cerveau et aux neurones.

Les théories sur l’augmentation des accidents vasculaires cérébraux chez les patients atteints de coronavirus se concentrent sur trois mécanismes possibles :

  • Le neurotropisme du virus, qui peut infecter les neurones et, dans ce cadre, générer des changements dans le système nerveux central qui conduisent à des symptômes neurologiques, compromettant le cerveau
  • Les coagulopathies dérivées de l’infection par des défaillances au niveau des plaquettes et des facteurs de coagulation
  • Le choc cytokinique consiste en une réaction abrupte du système immunitaire du fait de sa lutte contre l’infection. Il a présente des effets secondaires qui incluent des changements dans la coagulation

Le coronavirus infecte-t-il le cerveau ?

Nous savons que le coronavirus cible principalement les cellules et les alvéoles pulmonaires. Il y pénètre par la protéine ACE2, qui fonctionne comme un récepteur pour leurs spicules de surface.

Mais comme ces récepteurs se trouvent également sur d’autres cellules, les chercheurs soupçonnent que le SARS-CoV-2 puisse pénétrer dans d’autres tissus, comme il le fait dans les poumons.

En ce qui concerne les neurones, l’entrée n’est pas entièrement prouvée scientifiquement par des essais, mais comme dans le cas des reins, les symptômes des patients pointent dans cette direction.

La présence d’accidents vasculaires cérébraux chez les jeunes atteints de coronavirus pourrait s’inclure dans la liste des symptômes et des troubles neurologiques enregistrés chez les patients. Nous devrions bien sûr inclure l’anosmie. En effet, il ne fait guère de doute qu’elle est un signe neurologique initial chez les personnes asymptomatiques.

La perte d'odorat chez les patients atteints de coronavirus

Lisez également : La perte de l’odorat et du goût, des symptômes possibles de l’infection au coronavirus

Accidents vasculaires cérébraux et défaillances de la coagulation par le coronavirus

Des rapports datant de moins d’une semaine montrent qu’il y a des cas où les patients atteints de COVID-19 ont des défaillances dans leur système de coagulation. Ces défaillances concernent les coagulopathies et la détection des anticorps anti-phospholipides.

Lorsqu’une personne présente ces défaillances, quelle que soit sa maladie sous-jacente, elle court un risque élevé d’infecter un de ses organes vitaux. Vous pouvez avoir une récepteur ou un accident vasculaire cérébral, par exemple.

La possibilité d’un accident vasculaire cérébral chez les patients atteints de coronavirus, même s’ils sont jeunes, n’est pas loin. Malgré un système immunitaire robuste, un adulte de 30 ou 40 ans ne peut pas faire grand chose pour empêcher une cascade de coagulation de se produire dans son sang.

N’oubliez pas que les accidents vasculaires cérébraux peuvent être de deux types : ischémique et hémorragique.

Dans le premier type, les vaisseaux sanguins se bouchent avec des caillots et une zone du cerveau cesse d’être irriguée. Dans ce dernier, un vaisseau se rompt, le résultat étant similaire au précédent.

Choc cytokinique

Le coronavirus pourrait entraîner des accidents vasculaires cérébraux chez de jeunes adultes

Le choc cytokinique est un terme utilisé en médecine pour désigner un processus courant chez les patients atteints de septicémie. Ce sont des personnes qui ont une infection répandue dans leur corps, ainsi qu’une réponse incontrôlée du système immunitaire.

Les cytokines sont des substances utilisées par système immunitaire humain pour communiquer. Les cellules de défense fabriquent ces cytokines pour envoyer un message à d’autres cellules plus éloignées, ou pour activer des protéines et des récepteurs. Si ce moyen de communication surproduit des messages en raison d’une infection puissante, il conduit à une activation inflammatoire énorme.

La tempête de cytokines est sévère et difficile à contrôler avec des médicaments. Elle est étroitement liée aux cas mortels de COVID-19. Et une grande partie des recherches menées pour trouver des médicaments pointent vers les inhibiteurs de cytokines.

Dans un scénario de choc cytokinique, une atteinte neurologique et des accidents vasculaires cérébraux sont possibles en raison du coronavirus. Même si vous êtes jeune, si un choc cytokinique survient, votre corps n’est pas en mesure de l’arrêter facilement.

Découvrez en plus : 8 avertissements que votre corps vous envoie avant un infarctus cérébral

Les jeunes doivent-ils s’inquiéter des accidents vasculaires cérébraux dus au coronavirus ?

La préoccupation porte sur la détection précoce. Les médecins qui ont parlé avec le Washington Post ont dit que beaucoup d’entre eux avaient consulté tardivement parce qu’ils ne voulaient pas se rendre dans des centres et attraper le coronavirus. Le problème était qu’ils étaient déjà infectés.

Si vous avez des symptômes qui correspondent à un accident vasculaire cérébral, vous ne pouvez pas retarder votre viste. En cas de maux de tête importants, d’altérations de la vision, de fourmillements et de paralysie du visage ou de la moitié des membres, il faut avertir les services d’urgence.

 

  • Mao, Ling, et al. « Neurological manifestations of hospitalized patients with COVID-19 in Wuhan, China: a retrospective case series study. » (2020).
  • Hoffmann, Markus, et al. « The novel coronavirus 2019 (2019-nCoV) uses the SARS-coronavirus receptor ACE2 and the cellular protease TMPRSS2 for entry into target cells. » BioRxiv (2020).
  • Castellón, Roberto León, Juan Enrique Bender del Busto, and Luis C. Velázquez Pérez. « Afectación del sistema nervioso por la COVID-19. » Anales de la Academia de Ciencias de Cuba 10.2 (2020).
  • Han, Huan, et al. « Prominent changes in blood coagulation of patients with SARS-CoV-2 infection. » Clinical Chemistry and Laboratory Medicine (CCLM) 1.ahead-of-print (2020).
  • Zhang, Yan, et al. « Coagulopathy and antiphospholipid antibodies in patients with Covid-19. » New England Journal of Medicine (2020).
  • Mehta, Puja, et al. « COVID-19: consider cytokine storm syndromes and immunosuppression. » The Lancet 395.10229 (2020): 1033-1034.