Le microbiote intestinal

Le microbiote intestinal a une grande influence sur la santé et le bien-être d'une personne. Il est comme une trace d'identité car il est différent chez chaque sujet. Beaucoup de questions restent encore sans réponses à son sujet mais les recherches se poursuivent.
Le microbiote intestinal

Dernière mise à jour : 09 février, 2021

Quand on parle de microbiote, on fait toujours allusion à un groupe de micro-organismes. Ceux-ci peuvent habiter différentes parties du corps comme la peau, la bouche, le vagin, entre autres. Par conséquent, le terme de microbiote intestinal fait référence à l’ensemble de micro-organismes qui vivent dans l’intestin.

On donnait auparavant le nom de « flore intestinale » ou de « microflore intestinale » au microbiote intestinal. Beaucoup d’experts le considèrent comme un « nouvel organe », qui réalise des fonctions clés pour le maintien d’une bonne santé. Pour le moment, on sait qu’il est étroitement lié à la croissance, à l’immunité et à la nutrition.

On pense que les altérations du microbiote intestinal pourraient faire la lumière sur des thèmes aussi complexes que l’obésité et l’asthme. Il y a aussi des indices indiquant son lien avec des troubles gastro-intestinaux comme le syndrome de l’intestin irritable et la maladie cœliaque.

Qu’est-ce que le microbiote intestinal ?

Le microbiote en image.

Le microbiote intestinal est l’ensemble des micro-organismes vivants qui habitent l’intestin. Ses fonctions sont déterminantes pour la santé.

Comme nous l’avons déjà précisé, le microbiote intestinal est la population de microbes qui sont logés dans l’intestin. Il comprend 100 billions de micro-organismes, parmi lesquels nous retrouvons environ 1000 espèces de bactéries. Celles-ci ont à peu près 3 millions de gènes.

Le microbiote intestinal peut peser jusqu’à 2 kilogrammes. Seul un tiers du microbiote est commun aux êtres humains. Les deux tiers restants sont spécifiques à chaque personne. Le projet Microbiote Humain n’a identifié que 30 % du microbiote intestinal.

Les altérations du microbiote portent le nom de « dysbioses » et sont associées à différentes maladies. Actuellement, beaucoup de scientifiques du monde entier travaillent pour déchiffrer le génome du microbiote et comprendre jusqu’où va l’influence de ce nouvel organe.

Origine et développement

Le microbiote commence à se développer dès la naissance car l’intestin du fœtus est stérile dans l’utérus maternel. La composition du microbiote chez le bébé dépend directement de la façon dont il est nourri. On pense que son développement se stabilise vers les 3 ans.

Le microbiote intestinal continue à évoluer tout au long de la vie. Son équilibre peut être affecté par de multiples facteurs et c’est pour cela que le microbiote d’une personne âgée est considérablement différent de celui d’un jeune adulte ou d’un enfant.

Différentes études ont démontré que les prébiotiques et probiotiques exerçaient une influence positive sur le microbiote. Ils favorisent la croissance et l’activité de certaines bonnes bactéries car ils agissent comme des nutriments pour ces dernières. Les prébiotiques, tout comme les probiotiques, se trouvent dans les aliments fermentés.

L’importance du microbiote intestinal

Le microbiote dans les intestins.

Le microbiote intestinal intervient dans les fonctions de la nutrition ainsi que dans le système immunitaire. C’est pour cela qu’on continue aujourd’hui à l’étudier.

Beaucoup d’experts considèrent le microbiote intestinal comme un « organe métabolique » en raison de l’influence qu’il exerce sur les fonctions de nutrition, la régulation du système immunitaire et l’inflammation systémique. Toutes ces fonctions sont actuellement des objets d’étude.

On a pu vérifier que le microbiote aidait le corps à digérer certaines substances que l’intestin grêle et le gros intestin n’étaient pas capables d’assimiler. Par ailleurs, il influe sur la production de certaines substances importantes comme les vitamines B et K et contribue à maintenir l’intégrité de la muqueuse intestinale.

En outre, le microbiote agit comme une barrière naturelle contre les agents pathogènes : il est donc fondamental dans le fonctionnement du système immunitaire. On pense aussi qu’il existe un lien étroit entre son déséquilibre et la maladie de Crohn.

Ceci peut vous intéresser : Qu’est-ce qu’un microbiote normal ?

Autres données d’intérêt

Les caractéristiques de l’alimentation et les facteurs génétiques influent de façon décisive sur la composition du microbiote intestinal. Une étude réalisée sur des souris a montré qu’un seul jour de changement dans l’alimentation transformait le microbiote des animaux. En général, les souris soumises à un régime occidental ont rapidement pris du poids.

Au début de la vie, on retrouve une différence significative entre le microbiote des bébés nourris au lait maternel et ceux qui reçoivent du lait artificiel. Tout indique que ce facteur a une incidence importante sur le développement et l’équilibre du microbiote dans le futur.

Lors des deux premières années de vie, les bifidobactéries prédominent. À partir de 3 ans, le microbiote commence à se diversifier et atteint sa complexité maximale dans l’organisme adulte.

En 1989, Strachan a montré qu’il y avait une réduction de la charge microbienne dans les pays développés à causes des standards d’hygiène. On pense que cela précipite la hausse des maladies auto-immunes.

Cela pourrait vous intéresser ...
Les bonnes habitudes qui renforcent la flore intestinale
Améliore ta SantéLisez-le dans Améliore ta Santé
Les bonnes habitudes qui renforcent la flore intestinale

Prendre soin de la flore intestinale est essentiel au bon fonctionnement de l'organisme. Ainsi, de bonnes habitudes qui renforcent la flore intestinale



  • Cani, P. D. (2018, September 1). Human gut microbiome: Hopes, threats and promises. Gut. BMJ Publishing Group. https://doi.org/10.1136/gutjnl-2018-316723
  • Icaza-Chávez, ME (2013). Microbiota intestinal en la salud y la enfermedad. Revista de Gastroenterología de México, 78 (4), 240–248. https://doi.org/10.1016/j.rgmx.2013.04.004
  • Instituto Nacional de Investigación del Genoma Humano. (2012). “El Proyecto de Microbioma Humano de los NIH define la composición bacteriana normal del cuerpo”. Consultado en línea en: https://www.genome.gov/27549144/2012-release-nih-human-microbiome-project-defines-normal-bacterial-makeup-of-the-body
  • J. Peterson, S. Garges, M. Giovanni, et al. (2009) NIH HMP Working Group. The NIH human microbiome project Genome Res, 19 (2009), pp. 2317-2323
  • Markowiak, P. y Śliżewska, K. (2017). Efectos de los probióticos, prebióticos y simbióticos en la salud humana. Nutrientes , 9 (9), 1021. https://doi.org/10.3390/nu9091021
  • Rinninella E, Raoul P, Cintoni M, et al. (2019). What is the Healthy Gut Microbiota Composition? A Changing Ecosystem across Age, Environment, Diet, and Diseases. Microorganisms. 2019;7(1):14. Published 2019 Jan 10. doi:10.3390/microorganisms7010014
  • Turnbaugh PJ, Ridaura VK, Faith JJ, Rey FE, Knight R, Gordon JI. (2009). The effect of diet on the human gut microbiome: a metagenomic analysis in humanized gnotobiotic mice. Sci Transl Med. 2009;1(6):6ra14. doi:10.1126/scitranslmed.3000322