Le sucralose : est-ce un édulcorant sain ?

Le sucralose est un édulcorant sûr, même si l'on ne doit pas en abuser ; il n'est pas efficace pour perdre du poids car il peut modifier le microbiote. C'est pour cela qu'il est recommandé de l'utiliser avec précaution.
Le sucralose : est-ce un édulcorant sain ?

Dernière mise à jour : 02 mars, 2021

Le sucralose, comme le reste des édulcorants, est souvent en ligne de mire car on se demande s’il est bon ou non pour la santé. De plus en plus de produits se composent de sucralose pour remplacer le sucre et nous pouvons donc penser que cet aliment est plus sain, mais est-ce vraiment le cas ?

Les édulcorants artificiels ont gagné en importance au cours de ces dernières années. Néanmoins, il faut être vigilant en ce qui concerne leur consommation. Les effets qu’ils entraînent à long terme ne sont en effet pas toujours clairs.

Qu’est-ce que le sucralose ?

Le sucralose (E955) est un édulcorant artificiel non nutritif, 600 fois plus sucrant que le saccharose ou le sucre blanc. Il a été approuvé par la FDA en 1999 pour être utilisé dans les aliments, les boissons, les produits pharmaceutiques, diététiques et les compléments vitaminiques.

Le sucralose a été découvert par hasard en 1976 par un étudiant en chimie d’une université de Londres. Ce dernier a eu l’idée de tester un composé obtenu en remplaçant trois groupes d’hydrogène-oxygène dans la molécule du saccharose par trois atomes de chlore.

Le principal avantage du sucralose est qu’on n’a besoin que de doses très faibles pour avoir un effet sucrant. Par ailleurs, il n’apporte quasiment pas de calories car la majeure partie ne se métabolise pas mais s’expulse par les selles. Seule une petite partie s’absorbe dans l’intestin mais s’expulse par l’urine, sauf 20-30 % qui se métabolise vraiment.

Des édulcorants dans une tasse.

Il n’est pas cancérigène

Plusieurs études ont été publiées, dans lesquelles on affirmait que le sucralose pouvait produire des effets toxiques lorsqu’on le chauffait à des hautes températures. On y écrivait que, si on le chauffait à des températures supérieures à 120 °C, il se décomposait et interagissait avec des composés gras, générant des agents nocifs du nom de chloropropanoles, qui augmentent le risque de cancer.

Or, de récentes études ont confirmé que cela était faux et que le sucralose n’avait pas d’effets cancérigènes. Sa consommation est donc sûre. La FDA a d’ailleurs établi qu’une dose de 500 mg/kg par poids corporel/jour était sans danger.

Le sucralose fait-il grossir ?

Comme nous l’avons dit, il s’agit d’un édulcorant acalorique, qui est pratiquement expulsé du corps dans sa totalité. Néanmoins, on ne l’associe pas à une perte de poids : pourquoi ?

Une étude publiée dans Obesity a observé un lien entre la consommation d’édulcorants artificiels et une augmentation du poids corporel. Ceci peut s’expliquer par différentes causes :

  • Un édulcorant ne rassasie pas. Douze femmes en bonne santé ont été sélectionnées pour une étude ; on leur a fait passer des IRM pendant qu’elles consommaient de petites doses de saccharose et de sucralose. On a ainsi découvert que, tandis que le saccharose stimulait les zones d’activité dopaminergique, le sucralose ne le faisait pas.

Même si l’esprit conscient ne fait pas la différence entre un sucre naturel et un édulcorant, notre cerveau n’active les neurotransmetteurs du plaisir que lorsqu’il détecte le sucre, ignorant ainsi l’existence du sucralose.

  • La réponse neuronale-hormonale générée par la saveur sucrée peut s’altérer. Par conséquent, on sécrète davantage d’insuline par le pancréas, ce qui pourrait donner lieu à des déséquilibres physiologiques.
Du sucre et des édulcorants.

Altère-t-il le microbiote intestinal ?

Au cours de ces dernières années, on a étudié plus en profondeur l’effet qu’avaient les édulcorants sur le microbiote intestinal car ils pourraient changer les bactéries bénéfiques en bactéries plus nocives.

Dans une étude publiée dans le Journal of Toxicology and Environmental Health, à la suite d’une expérience avec des souris, on a découvert un lien entre la consommation de sucralose et une réduction des bifidobactéries, des micro-organismes qui sont essentiels dans la stabilité bactérienne intestinale.

On a aussi pu voir que le sucralose déclenchait l’intolérance au glucose, un symptôme typique des personnes prédiabétiques.

Il faut bien prendre en compte que ces études sont faites sur des souris. En effet, chez les humains, il n’a pas été clairement démontré que les édulcorants affectaient le microbiote. On sait néanmoins que la flore intestinale des personnes obèses est différente de celles des personnes avec un poids plus sain.

Quoi qu’il en soit, les derniers articles suggèrent qu’il pourrait existe un lien entre la réduction de la biodiversité du microbiote et l’ingestion régulière d’édulcorants.

Le sucralose, un édulcorant controversé

Le sucralose est un édulcorant sûr, même si on a pu voir de nombreux doutes surgir à son sujet. Il convient de ne pas abuser du sucralose – ni d’autres édulcorants –car on ne connaît pas encore très bien les effets qu’ils peuvent produire sur notre santé à long terme.

Il faut surtout bien se dire qu’il ne s’agit pas d’une bonne alternative pour perdre du poids. La meilleure option pour sucrer la nourriture est à travers des sucres naturels, comme les fruits, les fruits séchés ou des épices comme la cannelle.

Souvenez-vous aussi que réduire sa consommation de sucre simple est essentiel pour améliorer son état de santé. Cet ingrédient est en effet capable d’augmenter la résistance à l’insuline et de favoriser l’apparition de pathologies à caractère métabolique qui peuvent conditionner le style de vie de la personne qui en souffre.

Cela pourrait vous intéresser ...
Les sodas sans sucre nous font-ils grossir ?
Améliore ta SantéLisez-le dans Améliore ta Santé
Les sodas sans sucre nous font-ils grossir ?

Les sodas sans sucre ont envahi les tables du monde entier. Mais, sont-ils inoffensifs pour autant ? Peuvent-ils nous faire grossir ?



  • Berry, C., Brusick, D., Cohen, S. M., Hardisty, J. F., Grotz, V. L., & Williams, G. M. (2016). Sucralose Non-Carcinogenicity: A Review of the Scientific and Regulatory Rationale. Nutrition and cancer68(8), 1247–1261. doi:10.1080/01635581.2016.1224366
  • Fowler, S. P., Williams, K., Resendez, R. G., Hunt, K. J., Hazuda, H. P., & Stern, M. P. (2008). Fueling the obesity epidemic? Artificially sweetened beverage use and long‐term weight gain. Obesity16(8), 1894-1900.
  • Abou-Donia, M. B., El-Masry, E. M., Abdel-Rahman, A. A., McLendon, R. E., & Schiffman, S. S. (2008). Splenda alters gut microflora and increases intestinal p-glycoprotein and cytochrome p-450 in male rats. Journal of Toxicology and Environmental Health, Part A71(21), 1415-1429.