Quel impact ont les coups légers sur le cerveau ?

26 mars 2014
Même s'ils sont petits, les coups sur la tête peuvent entraîner un changement significatif dans la structure cérébrale, ce qui peut aboutir à une perte de mémoire ou à des problèmes de concentration.

Selon plusieurs études, les coups que reçoit notre crâne pourraient influencer l’état du cerveau, et la mémoire pourrait également être affectée, un constat valable même dans le cas où il s’agit de coups légers.

Les dernières études qui ont été réalisées sur des joueurs de football américain et sur ceux de hockey sur glace (les sportifs portaient des casques dans les deux sports) ont démontré qu’aucun joueur ne souffrait de commotion durant la période où ces études ont été réalisées. Leurs casques spéciaux collectaient des données chaque fois que l’un des joueurs recevait un coup sur la tête lors d’une partie. Les accéléromètres qui se trouvaient sur chaque casque permettaient de mesurer la fréquence et l’intensité des coups.

Quel impact sur la mémoire et la capacité d’apprentissage ont les coups légers ?

Les scientifiques ont remarqué un grand changement dans la matière blanche du cerveau sur les personnes qui ont enregistré les plus mauvais résultats au cours des tests de mémoire et d’apprentissage. La matière blanche est celle qui se charge de  transporter les messages entre les différents endroits du cerveau.

cerveau2

Ce test ne s’applique pas seulement aux personnes touchées par des commotions cérébrales durant l’étude, mais également aux sportifs à qui on n’avait rien diagnostiqué durant ce même moment. Néanmoins, il existe un sous-groupe qui était plus enclin et sensible aux impacts des coups, ce qui fait que l’on devra en apprendre plus sur ces commotions et les changements enregistrés, leur durée et leur fréquence.

Quelles sont les conséquences et les symptômes d’une lésion cérébrale ?

Les commotions sont des lésions cérébrales traumatiques qui ne représentent pas une grande gravité et qui peuvent être causées par des coups répétés au niveau de la tête ou du corps. Les symptômes peuvent être des maux de tête, des troubles de la vision et une difficulté à dormir ou à penser correctement.

cerveau3

Le docteur McAllister, qui a mené cette étude, a procédé à la comparaison entre 80 joueurs de football américain et de hockey sur glace qui ne souffraient d’aucune commotion cérébrale et qui portaient des casque spéciaux, avec d’autres sportifs qui pratiquaient une activité où il n’existait aucun type de contact. L’étude consistait à faire des tests avant/après et à utiliser des scanners cérébraux durant les test d’apprentissage et de mémoire.

Résultats : 20% de joueurs qui pratiquaient un sport de contact contre 11% de ceux qui pratiquaient un sport sans aucun contact ont obtenu de mauvais résultats durant les tests de mémoire et d’apprentissage. Ceux qui ont eu de faibles résultats ont présenté quelques changements significatifs dans la zone calleuses du cerveau.

Les scientifiques chargés de l’étude ont affirmé ne pas être très surpris par les résultats obtenus, tout en avouant que certains coups enregistrés sur des personnes à qui on avait diagnostiqué une commotion pouvaient produire des dommages qui ne présentent pas de symptômes.

Les scientifiques ont déclaré que lors d’autres tests dans le futur, ils pourraient travailler avec des casques spéciaux capables de mesurer la circulation sanguine et la pression sur le cerveau au moment où ce dernier recevra des coups.

Conclusion…

Au cas où des changements ont lieu dans le cerveau sans que ce dernier n’ait reçu de coups violents, il faut s’inquiéter, car l’on doit comprendre qu’il existe un risque significatif que même les plus légers coups reçus sur la tête de manière répétée provoquent un impact important sur la  structure cérébrale. Ce phénomène peut provoquer une perte de mémoire, des difficulté à se concentrer et des problèmes d’apprentissage.

A découvrir aussi