Les différents types de sarcome

17 septembre 2020
Le sarcome est un cancer qui a lieu dans les tissus mous et les os. En fonction de la région de croissance de la tumeur, il existe différents types de manifestations cliniques.

Le sarcome est une pathologie très diverse qui se manifeste par différents types de présentations cliniques. Il s’agit parfois de bosses sous la peau, d’autres fois de douleur dans les os ou de distension abdominale, voire même une perte de poids, parmi d’autres symptômes.

Selon la Société Américaine du Cancer, cette maladie répond à une variante oncologique qui prolifère dans les tissus mous et osseux, depuis le tissu adipeux (graisse) jusqu’au tissu nerveux, en passant par les os et les muscles.

Les sarcomes ne sont pas très communs. Diverses études signalent par exemple que, l’ostéosarcome (tumeur dans le squelette) représente seulement 0,2% de tous les cancers malins. Cela se traduit par une incidence de trois cas pour un million de personnes chaque année.

A propos du cancer et de son importance…

Il est difficile de parler des différents types de sarcome sans connaître au préalable quelques données fondamentales sur le cancer. Cette maladie se caractérise par une prolifération cellulaire incontrôlée dans certaines zones du corps. Cela donne lieu à des tumeurs qui, si elles se propagent ailleurs, entraînent les fameuses métastases.

La Société Espagnole d’Oncologie Médicale publie des données actualisées sur la situation mondiale du cancer :

  • En 2018, plus de 18 millions de cancers ont été détectés dans tout le monde.
  • Parmi eux, 11,6% correspondaient à des processus de tumeurs malignes dans le poumon.
  • Le diagnostic le plus faible est celui du cancer de l’utérus (2,1%), bien que 24,6% des cancers soient d’origine moins commune (non comptabilisés comme des types uniques).
  • En 2019, un total de 277 234 cas ont été diagnostiqués en Espagne.
  • On observe une augmentation annuelle du nombre de cas dans le monde puisqu’on estime qu’en 2040, près de 30 millions de patients supplémentaires atteints de tumeurs malignes seront détectés (63% de plus qu’en 2018).

Comme nous pouvons l’observer, les chiffres sont alarmants. Par conséquent, il est intéressant de connaître parfaitement chacun des types, aussi rares soient-ils, afin de sauver des vies dans le monde entier.

Ruban rose pour la lutte contre le cancer.

“La lutte contre le cancer inclut les sarcomes, qui, bien que difficiles à prévenir, peuvent comprendre des campagnes de détection précoce.”

Lisez également : Alimentation pour les personnes atteintes d’un cancer

Types de sarcome

Tel que nous l’avons mentionné auparavant, tous les types de sarcome sont des tumeurs malignes qui prennent naissance dans les tissus mous et osseux. Selon les statistiques, ils représentent 20 % des cancers solides détectés en pédiatrie et moins de 1% chez les adultes.

La prédisposition à souffrir de cette pathologie dépend de facteurs génétiques, environnementaux, et d’une interaction entre les deux. Malgré cela, les causes concrètes restent floues. Selon un article d’une revue publié sur le site scientifique ScienceDirect en 2007, il existe plusieurs types de sarcome. Nous les détaillons ci-dessous.

Liposarcome

Il s’agit du sous-type le plus commun puisqu’il représente 20 % des cas des sarcomes aux Etats-Unis. Ce cancer se développe dans les cellules adipeuses de tout le corps. Mais, dans la plupart des cas, il se produit dans le tissu adipeux des membres ou de l’abdomen.

Il est très frappant. En effet, quand il se développe dans les jambes et les bras, on peut observer une bosse grandir sous la peau, ainsi qu’une douleur et une faiblesse du membre affecté. Dans le cas des tumeurs abdominales, les symptômes les plus courants comprennent la constipation, les ballonnements et les douleurs.

Dans la plupart des cas, l’extraction de la tumeur et la radiothérapie sont les thérapies à suivre. Même s’il existe plusieurs types de liposarcome en fonction de leur morphologie, ils ne provoquent généralement pas de métastases et se résorbent avec la seule intervention chirurgicale.

Léiomyosarcome

Selon l’organisation sarcomahelp.org, le léiomyosarcome se définit comme un dérivé des cellules musculaires lisses, en général de l’utérus ou du tissu gastrique. Parmi tous les sarcomes du tissu mou, ce type représente 5 à 10%, ce qui le rend très commun également.

Il n’existe pas de caractéristiques spécifiques pour le diagnostic de cette pathologie. Cependant, les sources citées ci-dessus indiquent qu’elle est plus fréquente chez les personnes de plus de 50 ou 60 ans et qu’elle affecte davantage les femmes. Diverses études montrent que le traitement à la gemcitabine donne de bons résultats chez plus de 50% patients.

Sarcome synovial

Le sarcome synovial est moins fréquent et apparaît généralement près des articulations (surtout les genoux) chez les jeunes adultes. Il se caractérise par une masse profonde à croissance lente qui peut être sensible ou douloureuse au toucher.

Des recherches démontrent que ce type de cancer est corrélé à des variations chromosomiques. Sa composante génétique est donc très importante. Comme pour le liposarcome, l’extraction chirurgicale est la meilleure option.

Radiographie des membres inférieurs.

“Les ostéosarcomes et les sarcomes synoviaux sont des tumeurs malignes des os qui surviennent souvent près des genoux.”

Autres types de sarcome

En plus des trois que nous venons de détailler, il existe d’autres types de sarcome qu’il est important de mentionner. En voici quelques-uns :

  • Angiosarcome : il se développe dans la paroi des vaisseaux sanguins ou lymphatiques.
  • Sarcome de Kaposi : il produit des nodules rosâtres sous la peau ou, plus rarement, sur la muqueuse buccale. Il est courant chez les personnes immunodéprimées, comme les malades du SIDA.
  • Rhabdomyosarcome : c’est une tumeur maligne du muscle strié. Il s’agit du type de sarcome le plus commun dans l’enfance, avec une incidence de quatre enfants affectés pour un million d’enfants en bonne santé.
  • Ostéosarcome : cancer des os.

En bref, il y a autant de sarcome que de tissus dans le corps humain. La liste est donc longue. Ce qu’il faut retenir, c’est que nous avons affaire à une tumeur maligne avec de multiples variations en fonction de sa localisation.

Découvrez aussi : 5 symptômes du cancer des os primaire à connaître

Types de sarcome : que faut-il retenir ?

Les sarcomes sont des cancers qui se développent dans les tissus mous et osseux. C’est pourquoi, il existe de multiples types qui présentent des symptômes spécifiques en fonction de l’endroit où la tumeur se développe.

Enfin, comme pour tous les types de cancers, le temps de détection est la clé pour la survie du patient. Par conséquent, en cas de grosseur suspecte ou de douleur, une consultation chez le médecin est la meilleure option.

  • ¿Qué es el sarcoma de tejidos blandos? Sociedad Americana del Cáncer. Recogido a 21 de julio en https://www.cancer.org/es/cancer/sarcoma-de-tejidos-blandos/acerca/sarcoma-de-tejidos-blandos.html
  • Picci, P. (2007). Osteosarcoma (osteogenic sarcoma). Orphanet journal of rare diseases2(1), 6.
  • Cifras del cáncer, SEOM. Recogido a 21 de julio en https://seom.org/seomcms/images/stories/recursos/Cifras_del_cancer_2020.pdf
  • Burningham, Z., Hashibe, M., Spector, L., & Schiffman, J. D. (2012). The epidemiology of sarcoma. Clinical sarcoma research2(1), 14.
  • Skubitz, K. M., & D’Adamo, D. R. (2007, November). Sarcoma. In Mayo Clinic Proceedings (Vol. 82, No. 11, pp. 1409-1432). Elsevier.
  • Leiomiosarcoma: Diagnóstico y tratamiento. Recogido a 21 de julio en http://sarcomahelp.org/translate/es-leiomiosarcoma.html#:~:text=El%20leiomiosarcoma%20es%20un%20sarcoma,en%20l%C3%ADneas%20de%20c%C3%A9lulas%20mesenquimales.
  • Hensley, M. L., Maki, R., Venkatraman, E., Geller, G., Lovegren, M., Aghajanian, C., … & Spriggs, D. R. (2002). Gemcitabine and docetaxel in patients with unresectable leiomyosarcoma: results of a phase II trial. Journal of Clinical Oncology20(12), 2824-2831.
  • Sánchez, Juan Segura, et al. “Liposarcomas. Aspectos clínico-patológicos y moleculares.” Revista Española de Patología 39.3 (2006): 135-148.