Les 7 endroits les plus sales de la maison et comment les désinfecter

Le nettoyage quotidien exclut souvent certains espaces où s'accumulent les micro-organismes. Découvrez lesquels.
Les 7 endroits les plus sales de la maison et comment les désinfecter

Dernière mise à jour : 27 mai, 2022

La cuisine et la salle de bains sont généralement les environnements les plus sales, bien qu’après les avoir désinfectés, ils ne soient pas toujours exempts de germes et de bactéries. C’est pourquoi nous avons préparé une liste des endroits les plus sales de la maison, ainsi que quelques conseils pour les désinfecter.

Lors du nettoyage de la maison, il est courant de négliger certains espaces et objets qui constituent un lieu parfait pour la prolifération de champignons et de bactéries pouvant être nocifs pour la santé humaine. Nous passons ces lieux en revue ci-dessous. Vous serez surpris !

1. Le lave-vaisselle, un des endroits les plus sales de la maison

Commençons par la cuisine, car c’est l’un des endroits les plus sales de la maison. Les assiettes, verres et couverts sortent étincelants du lave-vaisselle, mais savez-vous dans quel état se trouve la machine ?

Certaines études ont montré que le lave-vaisselle héberge des bactéries qui affectent la santé, en provoquant des empoisonnements et des infections dermatologiques. Pendant le lavage, les restes de nourriture libérés s’accumulent dans l’appareil et au cours du lavage ils circulent parmi les ustensiles.

Que peut-on donc faire ? De temps à autre, lavez tous les éléments du lave-vaisselle à l’eau tiède et au détergent à l’aide d’une brosse. Une fois que vous les rincez, laissez-les sécher.

Pour terminer le nettoyage, mettez une tasse contenant du vinaigre blanc dans le lave-vaisselle et lancez un programme qui utilise de l’eau chaude. Le vinaigre aidera à détacher les restes de graisse.

Ce nettoyage doit être fait une fois par semaine.
Femme qui nettoie le lave-vaisselle.
Si vous ne passez pas de temps à nettoyer le lave-vaisselle, la graisse accumulée sera un siège idéal pour les bactéries.

2. Les chiffons et éponges de cuisine

Il faut fréquemment renouveler les éponges et les torchons utilisés dans la cuisine. En effet, ce sont des éléments dans lesquels les agents pathogènes prolifèrent très facilement.

En plus de les remplacer fréquemment, nous vous suggérons de bien les vidanger une fois utilisés. Vous pouvez laisser les torchons tremper dans de l’eau hypochlorite pendant quelques heures pour les désinfecter.

3. L’évier fait partie des endroits les plus sales de la maison

Nous arrivons maintenant à l’évier, un endroit parfait pour la prolifération de micro-organismes qui peuvent être nocifs pour la santé. Lorsque la vaisselle s’accumule avec des restes de nourriture non lavés sur le moment, la multiplication des champignons et des bactéries est à l’ordre du jour.

La principale recommandation est de ne pas laisser de vaisselle sale et de laver l’évier après avoir lavé la vaisselle. Vous le savez : ne remettez pas à demain ce que vous pouvez faire aujourd’hui.



4. Le four

Pour en finir avec la cuisine, nous parlerons du four. S’il est vrai qu’il fonctionne à des températures élevées qui parviennent à tuer les bactéries, il doit être maintenu propre pour d’autres raisons.

Les restes de nourriture présentes dans le four brûlent et dégagent un arôme qui peut gâcher le prochain repas. Aussi, la graisse accumulée va produire une odeur plutôt désagréable.

5. Les toilettes figurent parmi les endroits les plus sales de la maison

Il est maintenant temps de parler de la salle de bains, une zone humide et le foyer de micro-organismes par excellence. Comment pourrait-il en être autrement ? Les toilettes sont en tête de liste des endroits qui accumulent le plus de germes.

Selon une étude, les toilettes abritent environ 50 bactéries tous les 2,5 cm. L’idéal est de le nettoyer avec un désinfectant à usage domestique et avec un chiffon exclusif à cet effet. L’intérieur peut être désinfecté avec la brosse classique prévue à cet effet.



6. Les brosses à dents et leur contenant

Différents micro-organismes sont transférés de la bouche à la brosse à dents. Parmi eux, nous pouvons citer les staphylocoques, les bactéries coliformes et encore les germes fécaux.

Arrêtons-nous sur ce dernier exemple. Lorsque les brosses à dents partagent l’espace avec les toilettes, la contamination des brosses à dents est un problème. Lorsque vous videz les toilettes, les microparticules qu’elles contiennent se répandent dans tout l’environnement et tombent sur différentes surfaces, dont les brosses à dents.

Pour réduire les risques de ce type de contamination, baissez le couvercle des toilettes avant de les vider et protégez les brosses avec un couvercle. Nous vous suggérons également de désinfecter quotidiennement les verres où sont rangées vos brosses à dents.

Les brosses à dents sont contaminées.
Les brosses à dents sont exposées à des particules en suspension dans l’air qui sortent des toilettes.

7. Les téléphones portables et ordinateurs

Des milliers de bactéries sont présentes sur les appareils technologiques, tels que les téléphones portables et les claviers d’ordinateur. Nous manipulons ces appareils plusieurs heures par jour, et pas toujours avec des mains propres.

Dans le cas des téléphones, nous devons reconnaître que dans de nombreux cas, nous les emmenons de la cuisine à la salle de bains sans aucun soin, de sorte que les champignons et les bactéries ne mettent pas longtemps à se reproduire et à se propager.

Quant aux claviers, si vous consommez de la nourriture tout en utilisant votre ordinateur, les débris alimentaires qui tombent peuvent favoriser la propagation de différents germes. De plus, si vous vous touchez le nez et la bouche, vous contribuerez à propager les micro-organismes.

Il est donc conseillé de désinfecter les téléphones portables une fois par jour. Dans le cas du clavier, l’idéal est de l’aspirer, puis de vaporiser dessus un spray désinfectant.

La liste des endroits les plus sales de la maison semble interminable…

Nous espérons que vous pourrez appliquer certaines de ces idées pour nettoyer et désinfecter ces espaces et éléments que nous avons tendance à oublier dans notre nettoyage quotidien. Il y a encore d’autres endroits et objets qui doivent être pris en compte : poignées de porte, robinets, jouets. Nous vous recommandons d’avoir toujours à portée de main un pulvérisateur avec un liquide désinfectant.

Cela pourrait vous intéresser ...
Comment nettoyer la salle de bain sans utiliser de produits chimiques
Améliore ta Santé
Lisez-le dans Améliore ta Santé
Comment nettoyer la salle de bain sans utiliser de produits chimiques

L'utilisation continue de produits chimiques peut être nocive. Nous partageons quelques astuces pour nettoyer votre salle de bain.



  • Gómez, D., Lavayén, S., Nario, F., Piquin, A., & Zotta, C. M. (2011). Detección de microorganismos potencialmente patógenos en hogares de Mar del Plata. Acta bioquímica clínica Latinoamericana45(3), 441-445.
  • Zárate, N., Cowan, C., Román, C., & Lombardo, G. (2020). Contaminación bacteriana de esponja de lavado y bachas de cocina de cantinas de escuelas de asunción y gran asunción. Pediatría (Asunción)47(2), 94-99.
  • ESPINOSA, A., & SORIA, C. ESTUDIOS SOBRE LA CONTAMINACIÓN BACTERIANA EN AMBIENTES DOMÉSTICOS DE CINCUENTA HOGARES EN LA CIUDAD DE QUITO. DE LA PONTIFICIA UNIVERSIDAD CATÓLICA DEL ECUADOR, 59.
  • Pérez Taco, O. P. (2017). Análisis microbiológico de los cepillos dentales en los estudiantes del primer semestre de la Carrera de Odontología de la Universidad Nacional de Chimborazo(Bachelor’s thesis, Universidad Nacional de Chimborazo, 2017).
  • Hodelín, Y. H., de los Reyes García, Z. L., Cumbá, G. H., & Salmon, M. B. (2016). Riesgos sobre tiempo prolongado frente a un ordenador. Revista Información Científica95(1), 175-190.
  • Yiyela Masó, M., Sesma, A. C., Pintado, S., Santolin, C., Luna, T. I., & Mangiaterra, S. M. (2020). Contaminación ambiental por microorganismos multirresistentes y el efecto de la limpieza y desinfección en una unidad de cuidados intensivos. Acta bioquímica clínica latinoamericana54(2), 145-150.