Les mythes et les réalités des méthodes de planification

· 2 novembre 2018
La planification familiale est un concept qui a suscité de nombreuses controverses au sein de la société. Dans cet article, nous vous présentons quelques mythes et vérités sur les méthodes de planification les plus utilisées.

 

De nos jours, grâce à l’éducation sexuelle et aux nombreuses informations disponibles, les hommes et les femmes peuvent évaluer les méthodes de planification qui leur permettent de profiter de la vie de couple et de projeter en même temps leurs projets familiaux de la meilleure façon possible.

Auparavant, on envisageait la planification familiale comme un droit humain et une possibilité éthique de liberté qui constituerait une stratégie permettant aux familles de prendre des mesures quant au nombre et à l’écart des enfants que le couple pourrait et voudrait avoir.

Au fil des années, la situation mondiale a changé et les programmes de planification familiale se sont axés sur le thème de la santé. Éviter les grossesses précoces, augmenter l’écart entre les enfants et réduire les accouchements. Cela était considéré comme des points d’une importance primordiale.

Aujourd’hui, on cherche à atteindre les mêmes objectifs mais dans une optique différente. On vise dorénavant à améliorer la santé sexuelle et reproductive des personnes, leur éducation et à réduire la pauvreté. Ces objectifs incluent, indirectement, la protection de l’environnement et la promotion du développement économique.

Cependant, s’il existe de nombreuses politiques et informations sur la planification familiale, pourquoi en existe-t-il pour autant des mythes ?

Pourquoi les mythes sont-ils apparus ?

 

Les mythes sont des croyances non fondées largement répandues dans la société qui tentent d’expliquer des sujets peu connus. Il y a même certaines opinions qui proviennent de données scientifiques mais qui, avec le temps, sont déformées.

Bien que les mythes soient compris dans de nombreux thèmes, la sexualité et la reproduction sont deux domaines prolifiques. Les doutes grandissent en raison d’un manque d’éducation sexuelle et des moeurs du moment, mais aussi, en raison des préjugés liés au sexe et à la sexualité.

Découvrez : Peut-on tomber enceinte sans ovulation ?

Quelques mythes sur les méthodes de planification

Il existe des mythes sur la planification familiale car on connaît très peu de choses sur le fonctionnement du corps humain et des méthodes de contraception.

De fait, dans le manuel Mythes et croyances sur la planification familiale, des distorsions concernant les sujets suivants sont exposées :

  • Éviter l’utilisation constante des méthodes contraceptives.
  • Déterminer que l’utilisation des contraceptifs est seulement réservée aux adultes.
  • Entraver l’accès aux méthodes de contraception modernes.
  • Associer aux contraceptifs des effets indésirables non fondés et inexistants.
  • Soutenir que les femmes doivent avoir des enfants pour garantir leur santé et leur développement.

Bien que le sujet soit profond et qu’il y ait un réel besoin de connaître les cycles de reproduction des hommes et des femmes, nous avons choisi de vous présenter dans l’article suivant quelques mythes et vérités sur les méthodes de planification familiale de manière simple et brève.

Les mythes sur les dispositifs intra-utérins (DIU)

1. Les dispositifs intra-utérins occasionnent des avortements

méthodes de planification

Faux. Le but du stérilet est d’empêcher la fécondation. Le dispositif intra-utérin au cuivre empêche le passage des spermatozoïdes car sa matière est toxique pour eux. En outre, les dispositifs libérant du lévonorgestrel empêchent le passage des spermatozoïdes, et donc, la fécondation de l’ovule.

Découvrez : Pouvez-vous tomber enceinte d’un seul ovaire ?

2. Ils provoquent l’infertilité et des maladies inflammatoires pelviennes (MID)

Faux. Le stérilet ne provoque pas de risques significatifs d’infertilité. En ce qui concerne les MIP, il est possible que, lors de la procédure d’introduction du dispositif, les bactéries présentes dans le système reproducteur se mobilisent et infectent l’utérus, les ovaires ou les trompes de Fallope.

Par conséquent, il est très important de détecter les infections cervicales ou le risque de maladies sexuellement transmissibles pour les traiter au préalable et éviter des complications. D’ailleurs, l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) contre-indique l’utilisation du stérilet si la personne a contracté certaines des infections mentionnées ci-dessus.

3. Les dispositifs intra-utérins provoquent le cancer du col de l’utérus

 

Faux. Pour l’instant, aucune preuve n’indique un tel effet. D’ailleurs, parmi les facteurs développant le cancer cervical, il y a le virus du papillome humain (VPH) qui affecte particulièrement les femmes dont le système immunitaire est affaibli, les membres d’une famille ayant des antécédents de cancer du col de l’utérus, etc.

4. Le stérilet se bloque dans l’utérus

Cela arrive rarement. Cependant, si cela se produit, l’opération consistant à retirer le DIU se fait sans effets négatifs sur la santé de la femme.

Les mythes sur les contraceptifs hormonaux

1. Ils causent l’infertilité

méthodes de planification et moyens de contraception

Faux.Cette inquiétude est générée par les perturbations des saignements menstruels.Cependant, elles constituent des effets secondaires normaux et n’affectent ni la santé ni la fertilité de la femme.

Plusieurs étudesont montré que chez certains groupes de femmes, le temps nécessaire pour rétablir leur fertilité pouvait être retardé. Cependant, la grande majorité des femmes récupèrent rapidement.

2. L’implant peut causer le cancer du sein

Il n’y a aucune preuve scientifique à ce sujet. Cependant, lorsqu’il y a des cas de cancer du sein dans la famille, il est recommandé de faire attention avec l’utilisation des contraceptifs hormonaux.De même, son utilisation prolongée est fortement déconseillée.

3. Les pilules produisent de l’acné et des poils sur le corps

Faux. Il y a d’ailleurs certains contraceptifs qui contiennent des quantités d’hormones encore plus faibles qui profitent à la peau et à son entretien. D’autre part, ils aident également à réguler le cycle menstruel.

Conclusion

Le sujet des méthodes de planification familiale est une question sensible et associée à de multiples mythes. Par conséquent, il est essentiel de rechercher suffisamment d’informations pour adopter le contraceptif le moins conventionnel en fonction de nos besoins et de nos préférences.