Les mythes sur la nutrition sportive

Les substances qui promettent d'augmenter la testostérone ne semblent pas avoir de tels effets chez l'homme d'après les recherches. Connaissez-vous d'autres mythes sur la nutrition sportive ? Nous les détaillons ici.
Les mythes sur la nutrition sportive

Dernière mise à jour : 18 septembre, 2021

La nutrition sportive est entourée de nombreux mythes. À de nombreuses occasions, ceux-ci peuvent mettre en danger la santé de l’athlète ou promettent des effets qu’ils ne sont pas en mesure de produire.

L’avancée de la science démystifie les vieilles croyances pour les adapter aux tendances actuelles. Que devez-vous savoir à ce sujet ? Ci-dessous, nous passons en revue en détail certains de ces mythes.

Les mythes courants sur la nutrition sportive

La nutrition sportive a toujours été entourée de mythes. Ces dernières années, de nombreux chercheurs se sont penchés sur ces mythes. Aujourd’hui, nous savons plus précisément quelles sont ces fausses croyances.

La charge en glucides

Effectuer une charge en glucides peut être intéressant dans de nombreux sports. Cependant, jusqu’à il y a quelques années, la façon de le faire n’était pas la plus appropriée.

La façon traditionnelle d’effectuer une charge ou une surcharge de glycogène était de produire un appauvrissement complet des dépôts en cas de surabsorption ultérieure de ce nutriment. Les études actuelles indiquent que cette méthode est erronée.

Il n’est pas nécessaire de varier le modèle d’alimentation pour produire une saturation des dépôts de glycogène. Il suffit de réduire la charge d’entraînement et d’améliorer le repos dans les jours précédant l’exercice. Cette découverte facilite la charge en glucides, sans risque de provoquer un déséquilibre calorique et sans compromettre la fonctionnalité musculaire.

Conseils sur la nutrition sportive.
La recherche a déterminé qu’il n’est pas nécessaire de varier le modèle d’alimentation pour générer une saturation des dépôts de glycogène.

Les suppléments

Il existe de nombreuses substances sur le marché qui prétendent avoir la capacité d’augmenter les performances sportives. Cependant, peu y parviennent.

Un exemple très clair est celui des substances qui promettent d’augmenter la combustion des graisses. Bien qu’une dose adéquate de vitamine C puisse améliorer l’oxydation de ce nutriment pendant l’exercice, selon certaines études, peu de substances ont un impact sur la perte de poids.

Parmi les rares substances qui pourraient aider à améliorer la composition corporelle figurent la caféine, la créatine et le hmb. Cependant, l’effet n’est pas miraculeux et leur utilisation doit être encadrée, et associée à une activité physique régulière et à une alimentation saine.

Vous pourriez être intéressé : La créatine est-elle sans danger pour les reins ?

Le cas particulier des amplificateurs de testostérone

L’un des plus grands mythes en matière de nutrition sportive est l’utilisation de substances naturelles qui peuvent augmenter les niveaux de testostérone. Le gingembre, le tribulus terrestris, l’acide aspartique, etc., sont tous des substances qui promettent d’augmenter naturellement les niveaux de cette hormone, améliorant ainsi les performances et la fonction musculaire.

La réalité est qu’aucune étude chez l’homme ne prouve ce fait. La plupart des études menées à cet égard utilisent des animaux et, dans de nombreux cas, on observe seulement une amélioration de la qualité du sperme.

Chez l’homme, tous les essais qui ont été menés ont conclu qu’il peut s’agir de substances dont l’apport améliore le désir sexuel dans des circonstances de faibles niveaux de testostérone. Cependant, aucune relation n’a été trouvée avec la synthèse des protéines, l’augmentation de la masse ou la fonction musculaire.

Suppléments et nutrition sportive.
Il n’y a aucune preuve des effets supposés des suppléments naturels pour augmenter les niveaux de testostérone.

Le moment pour commencer à boire est quand la soif apparaît

La déshydratation commence à se produire avant que le mécanisme de soif ne soit activé, surtout dans les climats chauds et humides. Et la perte d’eau et de sels minéraux peut nuire à la performance et à la santé.

Il est donc intéressant de se réapprovisionner en eau régulièrement, avec un premier réapprovisionnement 20 minutes après le début de l’exercice physique. La littérature scientifique souligne l’importance d’une bonne hydratation pour éviter les chutes dans les performances sportives.

En outre, dans certains cas, l’utilisation de boissons pour sportifs avec des sels minéraux ou certaines quantités de glucose peut être nécessaire pour retarder l’apparition de la fatigue et, de cette façon, améliorer les performances.

Attention aux mythes autour de la nutrition sportive !

La nutrition sportive est pleine de mythes qui prétendent améliorer les performances. Cependant, la clé du succès réside dans la planification correcte des entraînements et dans une alimentation variée et équilibrée.

Réduire la consommation de produits transformés et augmenter la consommation de fruits et légumes, ainsi qu’un bon repos et une hydratation correcte, permettront de maintenir une bonne performance. Ne vous laissez pas avoir par le marketing qui incite à une surconsommation de suppléments qui, en réalité, n’ont aucun effet approuvé par la communauté scientifique.

De plus, lors du choix d’un supplément, il est important d’opter pour une marque capable de certifier l’absence de substances dopantes dans sa composition. Gardez cela à l’esprit.

Cela pourrait vous intéresser ...
Les phases de la respiration
Améliore ta Santé
Lisez-le dans Améliore ta Santé
Les phases de la respiration

Les phases de la respiration sont essentielles à connaître si nous voulons pouvoir mieux la maîtriser. Nous en parlons ici !



  • Murray B., Rosenbloom C., Fundamentals of glycogen metabolism for coaches and athletes. Nutr Rev, 2018. 76 (4): 243-259.
  • Johnston CS., Corte C., Swan PD., Marginal vitamin C status is associated with reduced fat oxidation during submaximal exercise in young adults. Nutr Metab (Lond), 2006.
  • Nuccio RP., Barnes KA., Carter JM., Baker LB., Fluid balance in team sport athletes and the effect of hypohydration on cognitive, technical and physical performance. Sports Med, 2017. 47 (10): 1951-1982.
  • Stoll S. Common Misconceptions in the Nutritional Management of Athletes. Am J Lifestyle Med. 2018;12(5):387–390. Published 2018 Apr 21. doi:10.1177/1559827618766484