Les parasites alimentaires les plus communs

Les parasites alimentaires sont une cause fréquente d'intoxication par les aliments. Quels sont les plus communs ? Nous allons vous les détailler dans cet article et vous donner quelques stratégies pour les éviter.
Les parasites alimentaires les plus communs

Dernière mise à jour : 16 décembre, 2020

Les parasites alimentaires sont une série de micro-organismes qui peuvent mettre la santé des humains en danger. Ils s’ingèrent à travers l’alimentation et ont la capacité de coloniser certaines parties du tractus intestinal ou de générer des toxines nocives. Il est donc important de connaître les plus communs et les mesures nécessaires pour éviter leur consommation.

Il convient de souligner que l’une des causes les plus fréquentes de consultation aux urgences est l’intoxication alimentaire. Cette situation naît généralement de mauvaises pratiques d’hygiène, ce qui aboutit à l’ingestion d’agents pathogènes qui créent des problèmes de type digestif.

Cependant, certains d’entre eux peuvent développer des processus allergiques et toucher d’autres organes vitaux, comme le foie. Quels autres dangers peuvent-ils causer ? Nous allons vous en dire plus à ce sujet.

Les dangers des parasites alimentaires

Bien souvent, les parasites alimentaires se consomment sans que la personne ne soit consciente de leur présence dans les aliments, à cause de leur petite taille. Il est aussi possible que le produit ne contienne que les œufs de l’agent pathogène, qui écloront dans les zones du tractus intestinal et pourront causer des dommages à court terme.

Il s’agit peut-être de l’un des cas les plus compliqués à traiter car le parasite s’installe dans le sujet et crée un problème de santé constant. Soulignons ici que cette série d’organismes peut se développer dans des aliments très divers. Ils peuvent apparaître dans des produits frais, mais aussi dans des aliments en conserve.

Il est relativement habituel de les retrouver dans les viandes qui n’ont pas été traitées de façon adéquate, et même dans certains poissons. Une fois qu’ils se développent à l’intérieur de l’organisme, ils peuvent finir par se transmettre par simple contact, surtout si l’hygiène des mains est déficiente.

Les parasites intestinaux.

La présence de parasites dans les aliments est une cause habituelle d’intoxication alimentaire.

Principaux parasites alimentaires

Un article publié dans Advances in Food and Nutrition Research expose que les parasites transmis par les aliments constituent l’un des groupes d’agents pathogènes les plus ignorés, en raison de leur complexité et de leur grande prévalence dans des populations marginales. Néanmoins, au cours de ces dernières années, ils se sont répandus dans d’autres populations et ont été liés à des symptômes inattendus.

Quels sont les parasites les plus communs ? Comment réduire le risque de contamination ? Répondre à ces questions est très important. Nous allons donc vous en dire plus à ce sujet.

Taenia solium

On le connaît aussi sous le nom de « ténia du porc ». Il s’agit d’un micro-organisme qui se trouve surtout dans la viande de porc qui n’a pas été correctement traitée ou assainie au cours du processus qui a lieu à l’abattoir.

À partir de la consommation d’aliments contaminés, il est possible de voir se développer des ténias à l’intérieur de l’intestin. Ils ressemblent à des vers et sont capables d’ingérer les nutriments que l’on consomme à travers les aliments.

Selon une étude publiée dans la revue Parasite Immunologyce parasite peut aboutir à une perte de poids progressive chez l’humain, avec l’état de dénutrition qui suit.

Echinoccoccus granulosus

En général, il s’agit d’un parasite qui vit dans l’intestin des chiens. Cependant, il a été démontré qu’il pouvait être transmis aux humains à partir de la consommation de viande contaminée d’autres animaux, comme celle venant du porc.

Il s’agit d’un organisme avec une forme de ténia, même s’il est plus petit. Il génère une consommation protéique qui réduit la biodisponibilité des acides aminés dont les humains tirent profit et nuit donc significativement à la santé.

Toxoplasma gondii

Ce protozoaire peut causer la toxoplasmose chez les humains. Il s’agit d’un micro-organisme qui vit fondamentalement à l’intérieur des chats. Sa transmission aux femmes enceintes entraîne de graves conséquences pour le fœtus.

Pour le traitement, il est nécessaire d’avoir recours à une série de médicaments qui parviennent à agir sur la synthèse d’acide folique. En faisant cela, on génère un impact négatif sur le cycle vital et reproductif du parasite.

Dans le cadre clinique de la toxoplasmose, nous pouvons souligner des symptômes grippaux comme la fièvre. Cette maladie peut même être mortelle chez les personnes immunodéprimées.

Certaines recherches assurent par ailleurs que l’infection par ce pathogène peut augmenter le risque de développer une schizophrénie à moyen terme.

Stratégies pour réduire les risques

L’un des mécanismes les plus efficaces pour réduire le risque de développer une infection par des parasites alimentaires est de renforcer les mesures d’hygiène alimentaire. Il faut donc bien laver les produits frais que nous allons consommer, sauf dans le cas des viandes.

Il faut aussi veiller à atteindre une température interne élevée dans les aliments pendant leur cuisson car ce mécanisme est très efficace pour exterminer les agents pathogènes qui peuvent s’y trouver.

On ne doit pas non plus utiliser les mêmes ustensiles pour manipuler les aliments crus et les aliments cuits. Il est important de bien laver les couverts et de se laver les mains avant de toucher des produits comestibles.

Enfin, si l’on a congelé un aliment, il est recommandé de toujours procéder à la décongélation dans le réfrigérateur et d’éviter de laisser le produit à température ambiante car cela pourrait favoriser l’éclosion des œufs qu’il contient (ou qui se trouvent à sa surface).

Des aliments avec des protéines.

Une bonne manipulation des aliments est déterminante pour éviter une intoxication par des parasites alimentaires.

Ceci peut également vous intéresser : 5 conseils pour éliminer les parasites intestinaux

Attention avec les parasites alimentaires

Contracter une infection causée par des parasites alimentaires est relativement fréquent et il s’agit d’un problème qui peut sérieusement engager la santé humaine. Les parasites ne font pas qu’affecter le métabolisme des nutriments ou leur disponibilité : ils peuvent aussi générer des dommages hépatiques et même une réaction d’hypersensibilité qui conditionne la vie.

Dans le cas des femmes enceintes, certaines intoxications sont très dangereuses car elles peuvent mettre la vie du fœtus en danger. Nous vous conseillons donc de toujours acheter des aliments de première qualité, qui ont bien passé les contrôles sanitaires et qui présentent la certification opportune.

Par ailleurs, il est primordial que vous cuisiez complètement les aliments pour vous assurer que les possibles agents pathogènes qu’ils contiennent soient détruits. En ce qui concerne la conservation des produits, utilisez des méthodes sûres qui maintiennent les produits en bon état pour éviter la reproduction des parasites.

Cela pourrait vous intéresser ...
Allergie, intolérance, dégoût et intoxication alimentaire : quelles différences ?
Améliore ta SantéLisez-le dans Améliore ta Santé
Allergie, intolérance, dégoût et intoxication alimentaire : quelles différences ?

Allergie, intolérance, dégoût, intoxication alimentaire... Connaissez-vous les différences entre ces 4 situations ? Nous vous les présentons ici.



  • Gonzales I., Rivera JT., Garcia HH., et al., Pathogenesis of taenia solium taeniasis and cysticercosis. Parasite immunol, 2016. 38 (3): 136-46.
  • Robertson, L. J. (2018). Parasites in Food: From a Neglected Position to an Emerging Issue. In Biological Emerging Risks in Foods (pp. 71–113). Elsevier. https://doi.org/10.1016/bs.afnr.2018.04.003
  • Almulhim AM., John S., Echinococcus granulosus. StatPerals, 2020.
  • Xiao J., Prandovszky E., Kannan G., Pletnikov MV., et al., Toxoplasma gondii: biological parameters of the connection to schizophrenia. Schizophr Bull, 2018. 44 (5): 983-992.