Les relations sexuelles après une hystérectomie

21 octobre 2020
Comment seront les relations sexuelles après une hystérectomie ? Il s'agit d'une question que les femmes se posent souvent dans cette situation. En plus du soulagement des symptômes, le plaisir peut être retrouvé et même augmenté. Découvrez-en plus à ce sujet.

Étant donné les conséquences qu’implique la chirurgie sur le plan physique et le plan psychologique, les relations sexuelles après une hystérectomie sont une question qui préoccupent souvent les couples.

Cependant, avec la qualité de vie de la femme qui augmente, les ébats intimes n’ont aucune raison de mal se passer. Bien au contraire : le plaisir peut être retrouvé et les relations encore plus appréciées qu’avant. Tout ne doit donc pas être négatif après l’hystérectomie ou encore moins supposer la “fin” de la vie sexuelle.

Qu’est-ce qu’une hystérectomie ?

Un médecin expliquant le test de Papanicolaou.

La réalisation d’un test de Papanicolaou est encore nécessaire chez les femmes qui vont subir une hystérectomie partielle.

L’hystérectomie est une intervention chirurgicale au cours de laquelle on retire une partie ou l’ensemble de l’utérus. Dans certains cas, on extrait aussi les ovaires ou les trompes de Fallope.

En fonction des organes affectés, les séquelles physiques peuvent varier. Certaines des plus notables sont :

  • Infertilité en cas d’extraction de l’utérus.
  • Ménopause (ou fin des règles) et sécheresse vaginale, qui ont lieu si l’on retire les ovaires.
  • Incontinence urinaire, étant donné que la morphologie de la zone change après l’opération. Les exercices de renforcement du plancher pelvien sont ici particulièrement utiles, comme le signale une étude du Dr Chantale Dumoulin et d’autres auteurs.

Le retrait d’une partie aussi importante du système reproducteur peut également avoir des effets psychologiques sur la femme. En effet, l’infertilité ou la ménopause avant l’heure peuvent nuire à l’estime de soi ou provoquer des symptômes de dépression. Ces sentiments peuvent être encore plus aigus si la femme est en âge d’avoir des enfants.

De récents travaux comme l’étude développée par un groupe de scientifiques du Queensland (Australie) apportent des preuves allant dans ce sens. Par conséquent, il ne faut pas sous-estimer l’impact psychologique de la chirurgie chez la femme.

Comment seront les relations sexuelles après une hystérectomie ?

Les conséquences physiques et psychologiques déjà mentionnées ont parfois une répercussion sur la vie sexuelle. Il ne faut cependant pas penser que l’érotisme est terminé ; après l’intervention, il faut bien se dire que le sexe peut redevenir un plaisir.

En revanche, il est évident que l’aide et la compréhension du conjoint ainsi que les conseils d’un spécialiste seront des éléments fondamentaux pour surmonter les difficultés sur le chemin de la récupération.

Penchons-nous maintenant sur quelques-unes de ces situations.

1. Dyspareunie ou douleur lors des relations

La dyspareunie dans un couple.

Six ou huit semaines après l’opération, les relations sexuelles peuvent reprendre. Il est malgré tout possible que la femme ait mal (dyspareunie) au cours de ces dernières.

Parmi les raisons qui expliquent ces douleurs, nous retrouvons la sécheresse et le raccourcissement du vagin, selon la méthode d’hystérectomie appliquée.

Face à cela, l’utilisation de lubrifiants est une alternative qui facilite le contact, même s’il est vrai que le sexe va bien au-delà de la pénétration.

Par conséquent, il est peut-être temps de se concentrer sur d’autres aspects qui permettent de ressentir du plaisir et de connaître de nouvelles sensations. Il s’agit là d’une opportunité pour d’autres formes de plaisir jusqu’à ce que la pénétration se fasse sans causer de douleurs.

Poursuivez votre lecture : Dyspareunie ou coïtalgie : causes et traitements

2. Diminution du plaisir sexuel

Certaines femmes font état d’une satisfaction moins marquée au niveau de leurs relations après une hystérectomie. Face à l’absence d’utérus, il s’agit néanmoins d’une occasion pour atteindre l’orgasme par d’autres voies.

Par exemple, la stimulation du clitoris permet aussi d’atteindre l’orgasme et de vivre ces ébats de manière intense.

Il est temps de renforcer les préliminaires, le lien personnel, les caresses et les baisers. Tout comme il est temps d’explorer les zones érogènes de chacun et d’autres types de pratiques qui feront monter au septième ciel.

Ceci peut vous intéresser : 5 types d’orgasmes et comment les atteindre

3. Baisse du désir sexuel

Les relations sexuelles après une hystérectomie.

Une autre des séquelles de cette intervention est la baisse du désir sexuel. Cependant, face à ces changements hormonaux, nous pouvons compter sur l’aide de traitements pharmacologiques avec des effets sur la libido.

Même si davantage d’études sont nécessaires pour prouver les bénéfices de ce type de thérapie, les résultats sont, en principe, positifs. C’est ce qu’indique l’essai clinique dirigé par l’équipe de Shalender Bhasin (Faculté de Médecine de l’Université de Boston).

Quelques réflexions sur les relations sexuelles après une hystérectomie

Les moments intimes ne disparaissent pas avec le retrait de l’utérus ou d’autres organes : ils connaissent seulement une nouvelle étape.

Cette phase peut même supposer une vie sexuelle plus active et agréable car des maladies sont prévenues (le cancer, par exemple) et les problèmes de saignement et de douleur que l’on connaissait auparavant sont soulagés.

Au-delà d’une perte de la féminité ou des jeux érotiques, il s’agit d’un moment pour découvrir et expérimenter différentes formes de plaisir.

Souvenez-vous que lors de tout ce processus, la consultation médicale et les conseils psychologiques seront des soutiens indispensables pour affronter les possibles gênes et difficultés.

 

  • Dumoulin, C., Cacciari, L. P., & Hay-Smith, E. (2018). Pelvic floor muscle training versus no treatment, or inactive control treatments, for urinary incontinence in women. The Cochrane Database of Systematic Reviews, 10(10), CD005654. https://doi.org/10.1002/14651858.CD005654.pub4
  • Froeding, L. P., Ottosen, C., Rung‐Hansen, H., Svane, D., Mosgaard, B. J., & Jensen, P. T. (2014). Sexual Functioning and Vaginal Changes after Radical Vaginal Trachelectomy in Early Stage Cervical Cancer Patients: A Longitudinal Study. The Journal of Sexual Medicine, 11(2), 595–604. https://doi.org/10.1111/jsm.12399
  • Huang, G., Basaria, S., Travison, T. G., Ho, M. H., Davda, M., Mazer, N. A., Miciek, R., Knapp, P. E., Zhang, A., Collins, L., Ursino, M., Appleman, E., Dzekov, C., Stroh, H., Ouellette, M., Rundell, T., Baby, M., Bhatia, N. N., Khorram, O., Friedman, T., … Bhasin, S. (2014). Testosterone dose-response relationships in hysterectomized women with or without oophorectomy: effects on sexual function, body composition, muscle performance and physical function in a randomized trial. Menopause (New York, N.Y.)21(6), 612–623. https://doi.org/10.1097/GME.0000000000000093; texto completo
  • Lonnée-Hoffmann, R., & Pinas, I. (2014). Effects of Hysterectomy on Sexual Function. Current Sexual Health Reports6(4), 244–251. https://doi.org/10.1007/s11930-014-0029-3
  • Wilson, L., Pandeya, N., Byles, J., & Mishra, G. (2018). Hysterectomy and incidence of depressive symptoms in midlife women: the Australian Longitudinal Study on Women’s Health. Epidemiology and Psychiatric Sciences27(4), 381–392. https://doi.org/10.1017/S2045796016001220; texto completo
  • Ye, S., Yang, J., Cao, D., Zhu, L., Lang, J., Chuang, L. T., & Shen, K. (2014). Quality of Life and Sexual Function of Patients Following Radical Hysterectomy and Vaginal Extension. The Journal of Sexual Medicine, 11(5), 1334–1342. https://doi.org/10.1111/jsm.12498