Lubrifiants maison : avantages et risques

2 juillet 2020
Même s'ils paraissent plus naturels et écologiques, les lubrifiants maison peuvent produire des réactions allergiques, des irritations, voire même la rupture du préservatif.

Vous avez déjà peut-être utilisé des lubrifiants maison. Soit à cause d’un problème de lubrification, soit parce que vous pensez que la pratique sera plus satisfaisante. Dans cet article, découvrez les avantages et les risques liés à l’usage de ce type de lubrifiants.

Les lubrifiants

La sécheresse vaginale est un problème très courant qui affecte de nombreuses femmes. Par ailleurs, les causes peuvent être multiples. Par exemple, des infections telles que la candidose, ou des états de stress qui empêchent une lubrification correcte de la zone vaginale, etc.

Dans tous les cas, la conséquence est la même : les relations sexuelles ne sont pas aussi agréables que nous le souhaiterions. C’est pourquoi l’utilisation de lubrifiants est conseillée dans le but de faciliter un rapport sexuel agréable, sans douleur et en toute sécurité.

D’autre part, l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a établi un ensemble de critères concernant les caractéristiques et les exigences auxquelles ces produits doivent répondre, en indiquant dans les grandes lignes que :

  • Ils ne doivent pas affecter l’intégrité du préservatif
  • Leur effet doit être durable

Par conséquent, les lubrifiants disponibles sur le marché répondent à ces exigences, ainsi qu’à d’autres. Leur usage est donc sûr. Mais est-ce aussi le cas des lubrifiants maison ?

Les lubrifiants maison

De nombreuses femmes préfèrent opter pour des lubrifiants maison plus abordables, naturels et écologiques. Voici une liste de quelques exemples :

  • Huile pour cuisiner
  • Infusions (camomille par exemple)
  • Aloe vera
  • Vaseline
  • Crèmes pour le corps
  • Salive
  • Yaourts
  • Oeufs

Toutefois, même si la plupart d’entre eux fournissent une lubrification temporaire qui permet une relation sexuelle satisfaisante, il faut savoir qu’ils ne sont pas sans risques.

En outre, il faut rappeler également que la zone vaginale est extrêmement sensible. A l’intérieur, il y a une microflore vaginale qui peut facilement se déséquilibrer, causant alors davantage de complications. Il faut donc garder à l’esprit que les lubrifiants maison peuvent altérer la santé du vagin.

Lisez aussi : 4 produits pour protéger votre santé sexuelle

Risques liés à l’utilisation de lubrifiants maison

L’hydratation et la lubrification sont deux choses différentes

Certaines femmes utilisent des crèmes pour le corps en tant que lubrifiants maison

De nombreuses femmes décident d’opter pour des crèmes corporelles hydratantes en pensant que leur texture pourra favoriser la pénétration ou la relation sans danger. Il s’agit néanmoins d’une grave erreur.

En effet, les crèmes hydratantes sont généralement rapidement absorbées par la peau et la lubrification ne dure qu’un temps minime. Une irritation peut même en découler. De plus, du fait de leur composition chimique, ces crèmes peuvent porter atteinte à l’intégrité du préservatif, endommager le latex et provoquer des ruptures.

Des irritations possibles

L’usage de la salive utilisée comme lubrifiant, par exemple, peut favoriser l’entrée des bactéries de la bouche dans la zone plus intime.

Par ailleurs, sachez que l’utilisation d’autres lubrifiants maison tels que les yaourts, les oeufs ou l’huile peut empêcher leur élimination totale après la relation sexuelle. Effectivement, malgré les soins d’hygiène post-relation, il peut y avoir des restes qui causent une infection.

Les lubrifiants maison peuvent rompre le préservatif

Attention, car certains lubrifiants maison peuvent rompre le préservatif

En général, les préservatifs sont conçus en latex qui, bien que très solide, peut être endommagé par l’usage d’autres produits.

Ainsi, tandis que les lubrifiants que l’on trouve sur le marché assurent l’intégrité du préservatif, nous ne pouvons en être aussi sûr avec les lubrifiants maison. Par exemple, l’utilisation d’huile ou de crèmes pour le corps peut engendrer la détérioration du latex et la rupture du préservatif.

D’autre part, la vaseline, également très connue et utilisée comme lubrifiant, présente de nombreux risques. Non seulement elle est fabriquée à partir de pétrole et peut donc entraîner la déchirure du préservatif, mais elle peut aussi provoquer des vaginoses bactériennes.

Les spermatozoïdes sont affectés

Souvent, les lubrifiants commerciaux affectent les spermatozoïdes. Ils ne sont donc pas recommandés pour les couples qui essaient d’avoir des enfants. En effet, leur composition et leurs caractéristiques chimiques (pH, osmolarité) peuvent être toxiques pour les spermatozoïdes.  Heureusement, il existe également des lubrifiants spécifiques qui favorisent la survie et la vitalité des spermatozoïdes.

Dans le cas des lubrifiants maison, nous ne pouvons pas être certains que leur composition ou leurs caractéristiques chimiques ne sont pas contre-productives pour la fécondation. De plus, leur texture est souvent assez épaisse, ce qui rend difficile le voyage des spermatozoïdes vers l’ovule.

Par conséquent, les lubrifiants maison altèrent la fécondation et ne sont pas conseillés pour les couples qui souhaitent avoir un enfant. 

Découvrez encore : 4 astuces pour booster votre fertilité

Prudence avec les réactions allergiques

Comme nous l’avons déjà souligné, le vagin est une zone réellement sensible. En ce sens, il faut faire très attention avant d’y appliquer un remède maison ou naturel. Effectivement, il peut facilement y avoir des réactions allergiques, provoquant davantage de gênes, de douleurs et d’irritations. 

Pour cette raison, il est vivement conseillé de consulter un médecin avant d’appliquer le moindre remède dans cette zone si délicate.

Pour résumer, il semble que les lubrifiants maison soient moins coûteux et plus naturels que ceux du commerce. Cependant, la zone du vagin étant hautement sensible, nous courons le risque d’infections, de réactions allergiques, d’irritations et d’autres déséquilibres. Sans compter le risque de la rupture du préservatif.

Enfin, pour toutes ces raisons, il est préférable d’éviter l’application de ces produits dont les effets indésirables sont méconnus dans une région aussi sensible et délicate. Il est donc toujours plus judicieux d’opter pour des produits scientifiquement prouvés.

 

  • Anne Z. Steiner et al. « Effect of Vaginal Lubricants on Natural Fertility », Obstet Gynecol. 2012 Jul; 120(1): 44–51.
  • Steiner, M., Piedrahita, C., Glover, L., Joanis, C., Spruyt, A., & Foldesy, R. (1994). The Impact of Lubricants on Latex Condoms during Vaginal Intercourse. International Journal of STD & AIDS, 5(1), 29–36. https://doi.org/10.1177/095646249400500108
  • Organización Mundial de la Salud, Programa para el uso del condón y los lubricantes, s.f. https://www.who.int/hiv/pub/sti/sex_worker_implementation/swit_4_es.pdf?ua=1