Les traitements les plus efficaces en physiothérapie

La physiothérapie est de plus en plus habituelle, non seulement pour les sportifs professionnels de haut niveau mais aussi pour ceux qui font du sport par passion. Découvrez les meilleurs traitements.
Les traitements les plus efficaces en physiothérapie

Dernière mise à jour : 10 août, 2021

Consulter un physiothérapeute est devenu une pratique habituelle chez les gens, surtout chez les sportifs amateurs et professionnels. Chez ces derniers, les exigences et le niveau d’entraînement frôlent parfois les limites, et c’est pourquoi accéder à des traitements en physiothérapie pour prévenir de possibles lésions ou pour récupérer le plus rapidement possible de ces dernières est une bonne idée.

Nous allons ici parler de physiothérapie sportive et des meilleurs traitements qui sont actuellement réalisés. Cependant, avant de commencer, il est important de préciser un point : il n’y a pas de réelle différence entre la physiothérapie que reçoit un sportif professionnel et celle que suivent les simples passionnés de sport.

Il est aujourd’hui possible d’affirmer qu’il existe des traitements de physiothérapie de qualité à la portée de tous. Le plus important est d’avoir un bon physiothérapeute qui soit au courant des dernières avancées, étudie, se forme en continu et utilise des thérapies qui soient appuyées par des évidences scientifiques et cliniques (en d’autres termes, qui soient valides et qui fonctionnent).

Y a-t-il des différences entre les lésions d’un sportif professionnel et celles d’un sportif amateur ?

Dans un premier temps, il faut bien garder à l’esprit que la principale raison expliquant l’apparition d’une blessure est un excès de charge sur un tissu (muscle, tendon, ligament, etc.) qui n’est pas capable de supporter cette tension. Ceci peut se produire de façon aiguë ou chronique, quand elle est moins intense mais dure dans le temps.

En plus de cet excès de charge, différentes choses peuvent avoir une influence : les biomécaniques, les techniques d’entraînement, la mauvaise préparation physique, le manque de repos, l’alimentation, entre autres. Ces facteurs ont tendance à aggraver le motif principal des lésions.

Par conséquent, si nous prenons tout cela en compte, nous pouvons dire qu’il n’y a pas de différence entre la lésion d’un sportif professionnel et celle d’un sportif amateur. La disparité entre les deux réside dans le besoin du sportif professionnel de rester actif et d’être en conditions pour participer aux compétitions. Ceci constitue même la partie la plus difficile et la plus déterminante dans la récupération. Le succès réside dans l’équilibre entre l’entraînement et le repos.

Au cours de ces vingt dernières années, la physiothérapie a évolué et a développé des traitements qui permettent d’accélérer la récupération des blessures, avec moins de séances et plus de garanties. La connaissance des blessures est plus développée, tout comme celle des mécanismes qui les provoquent.

Enfin, et c’est un point tout aussi important, le physiothérapeute a, à sa portée, des équipements d’écographie avec des outils d’évaluation et de traitement, ce qui suppose un progrès énorme dans la qualité et la sécurité des traitements qu’il réalise.

Tout cela marque un avant et un après dans la physiothérapie que nous connaissons. Beaucoup de gens pensent encore que cette discipline est synonyme de massages, d’infrarouge et de TENS, mais nous sommes au XXIe siècle et ceci a beaucoup changé.

Quels sont les traitements avancés qui existent aujourd’hui en physiothérapie ?

Les traitements de physiothérapie ont changé au fil du temps et se sont adaptés aux nouvelles technologies. Même si des thérapies manuelles sont encore pratiquées, elles ne constituent plus la seule option possible. Aujourd’hui, beaucoup de salles de rééducation disposent de nouvelles machines qui optimisent le travail du physiothérapeute. Voyons cela de plus près.

Écographie appliquée en physiothérapie

Le traitement de physiothérapie.

L’écographie appliquée en physiothérapie a facilité les interventions des physiothérapeutes, optimisant ainsi les résultats du traitement.

En réalité, l’écographie appliquée en physiothérapie n’est pas un traitement. Il s’agit plutôt d’un outil dont le physiothérapeute se sert en tant que complément pour l’évaluation physique et les tests. Plus concrètement, elle permet d’observer en temps réel la blessure du patient et son évolution.

De cette façon, on obtient des informations plus précises sur le type de lésion, l’endroit où elle se trouve, les durées de récupération, si ce sportif peut jouer ou non, et déterminer le traitement qui convient le mieux.

Si l’écographie représente les yeux du professionnel, les aiguilles (type acupuncture) sont devenues le complément de ses mains. Elle permet d’accéder à n’importe quelle zone blessée et d’utiliser l’aiguille en tant que traitement ou électrode pour appliquer une forme d’électrothérapie dans des zones concrètes.

La somme de ces deux outils, écographie et aiguilles, aide à obtenir des résultats pertinents en quelques séances. La seconde doit toujours aller de pair avec la première pour garantir un travail sûr, précis, et avec les plus grandes garanties pour le patient.

Électrolyse percutanée intra-tissulaire

L’électrolyse percutanée intra-tissulaire (EPI) a été créée en Espagne il y a 20 ans par le physiothérapeute José Manuel Sánchez. Cette technique a révolutionné la physiothérapie. Elle raccourcit en effet les délais de récupération et la symptomatologie des sportifs qui sont atteints de lésions du tendon.

Ces lésions se produisent généralement à cause de changements dégénératifs dans les fibres de collagène car le processus de régénération du tendon ne se fait pas. L’EPI permet de réduire les symptômes dans la zone blessée, de modifier le pH et de favoriser le processus inflammatoire à la source de la lésion, et donc la récupération.

Ce traitement s’utilise aussi pour des blessures musculaires, dans les ligaments, les bourses et les ganglions. Il consiste à placer une aiguille guidée à travers l’écographie juste dans la zone de la blessure, pour ainsi appliquer un courant continu ou galvanique et obtenir les effets précédemment mentionnés.

Neuromodulation fonctionnelle

Peu de gens savent en quoi consiste cette technique. Cependant, dans quelques années, elle fera beaucoup parler d’elle car elle est en train de changer la façon de travailler des physiothérapeutes ainsi que les traitements, surtout chez les sportifs. La neuromodulation permet d’améliorer le rendement sportif de ces derniers et de prévenir des lésions. Il s’agit d’une technique valide pour n’importe quel patient.

Ce traitement a été développé par le Dr. Alejandro Elorriaga, médecin du sport espagnol. Il consiste à stimuler différents points du système nerveux périphérique avec un courant, à travers des aiguilles. C’est une intervention indolore qui permet de générer des changements durables – et en temps réel – sur la capacité de contraction musculaire.

En outre, il contribue à moduler les informations sensibles pour réduire la douleur et intervient sur le système nerveux autonome. En d’autres termes, c’est un traitement qui touche le système nerveux, chargé de diriger les fonctions du corps.

Ponction sèche

La ponction sèche est une technique de physiothérapie avec plusieurs années d’histoire. C’est souvent celle que les patients connaissent le mieux, surtout grâce à ses bons résultats. Cette technique développée par les Drs. Travell et Simons a été introduite en Espagne par le physiothérapeute Orlando Mayoral il y a plus de 30 ans.

Pour ceux qui n’en ont jamais entendu parler, elle consiste à utiliser une aiguille de type acupuncture dans la zone du muscle où l’on a localisé les points gâchettes ou trigger points (que nous pourrions appeler « contractures »). Son application permet de réduire la tension de ces fibres musculaires, de retrouver une mobilité et d’éliminer la douleur des points gâchettes actifs.

Exercice et thérapie manuelle

La physiothérapie du genou.

L’exercice et la thérapie manuelle jouent encore un rôle important dans les traitements de physiothérapie.

Bien évidemment, il faut aussi souligner deux outils qui sont encore indispensables en physiothérapie : la thérapie manuelle et l’exercice thérapeutique. La thérapie manuelle est adaptée pour la stimulation du système circulatoire. Elle aide à faire circuler le sang vers les tissus et favorise la récupération. De la même façon, elle mobilise les structures blessées et donne une flexibilité aux articulations qui en ont besoin.

Comme nous le mentionnions au début, l’exercice consistera à réadapter ces tissus blessés à des charges de travail plus intenses qu’ils pourraient tolérer. Entre autres choses, il sera essentiel pour la prévention de futures lésions.

Que faut-il retenir au sujet des traitements de physiothérapie ?

Les techniques que nous avons décrites font partie de celles qui offrent actuellement les meilleurs résultats en physiothérapie. Il existe néanmoins beaucoup d’autres options valides. Le choix entre un traitement ou un autre dépendra, dans une large mesure, du type de blessure et de l’évaluation du professionnel. Il n’y a pas de technique parfaite qui convienne à tous les patients.

Le plus important est que le physiothérapeute ait un bon raisonnement et procède à une bonne évaluation de la situation pour pouvoir décider et appliquer la combinaison de techniques qui conviennent le mieux, selon le patient.

Cela pourrait vous intéresser ...
Qu’est-ce que la physiothérapie pédiatrique ?
Améliore ta SantéLisez-le dans Améliore ta Santé
Qu’est-ce que la physiothérapie pédiatrique ?

La physiothérapie pédiatrique consiste à traiter des enfants qui présentent des retards de développement ou des troubles du mouvement.



  • Aicale R, Tarantino D, Maffulli N. Overuse injuries in sport: a comprehensive overview. J Orthop Surg Res. 2018 Dec 5;13(1):309. doi: 10.1186/s13018-018-1017-5. PMID: 30518382; PMCID: PMC6282309.
  • Owens JG, Rauzi MR, Kittelson A, et al. How New Technology Is Improving Physical Therapy. Curr Rev Musculoskelet Med. 2020;13(2):200-211. doi:10.1007/s12178-020-09610-6
  • Whittaker JL, Ellis R, Hodges PW, et al. Imaging with ultrasound in physical therapy: What is the PT’s scope of practice? A competency-based educational model and training recommendations. Br J Sports Med. 2019;53(23):1447-1453. doi:10.1136/bjsports-2018-100193
  • Abat F, Diesel WJ, Gelber PE, Polidori F, Monllau JC, Sanchez-Ibañez JM. Effectiveness of the Intratissue Percutaneous Electrolysis (EPI®) technique and isoinertial eccentric exercise in the treatment of patellar tendinopathy at two years follow-up. Muscles Ligaments Tendons J. 2014 Jul 14;4(2):188-93. PMID: 25332934; PMCID: PMC4187605.
  • Fishman MA, Antony A, Esposito M, Deer T, Levy R. The Evolution of Neuromodulation in the Treatment of Chronic Pain: Forward-Looking Perspectives. Pain Med. 2019;20(Suppl 1):S58-S68. doi:10.1093/pm/pnz074
  • Dunning J, Butts R, Mourad F, Young I, Flannagan S, Perreault T. Dry needling: a literature review with implications for clinical practice guidelines. Phys Ther Rev. 2014;19(4):252-265. doi:10.1179/108331913X13844245102034
  • Bernal-Utrera C, Gonzalez-Gerez JJ, Anarte-Lazo E, Rodriguez-Blanco C. Manual therapy versus therapeutic exercise in non-specific chronic neck pain: a randomized controlled trial. Trials. 2020;21(1):682. Published 2020 Jul 28. doi:10.1186/s13063-020-04610-w