Les types de boulimie

18 novembre 2020
La boulimie est un trouble du comportement alimentaire qui inclut une grande absorption de nourriture et des comportements compensatoires. Elle peut se présenter de deux façons. Vous voulez en savoir plus à ce sujet ?

Saviez-vous qu’il existait différents types de boulimie ? Beaucoup de personnes ont entendu parler de cette maladie mais les manières dont elle peut se présenter ne sont pas forcément claires.

Quoi qu’il en soit, comme l’exposent certains articles scientifiquesce trouble alimentaire est l’un des plus fréquents chez les adolescents, surtout du sexe féminin.

Ses symptômes et les facteurs associés à son apparition sont variés. On la relie fréquemment à la pression sociale qui pousse à avoir la silhouette idéale. Pour en savoir plus à ce sujet, nous vous invitons à poursuivre votre lecture.

Qu’est-ce que la boulimie ?

La boulimie, aussi appelée « boulimie nerveuse », est un trouble du comportement alimentaire (TCA) qui se caractérise par la présence d’une absorption élevée de nourriture en une période limitée et de méthodes compensatoires comme les vomissements provoqués, l’abus de laxatifs, le jeun ou l’exercice intense. Son principal objectif est d’éviter la prise de poids.

Le diagnostic de cette pathologie apparaît souvent quand cette situation se produit deux fois par semaine pendant une période de trois mois. Il est important de la différencier de l’hyperphagie car, dans ce dernier, il n’y a pas de mécanismes de compensation.

Avec la boulimie, les altérations du modèle d’ingestion et des comportements obsessifs vis-à-vis du contrôle du poids produisent une détérioration physique et psychosociale. On voit se développer un état de malnutrition qui compromet les fonctions les plus importantes de l’organisme, surtout dans le cerveau.

Même si la population féminine est la plus touchée, la boulimie existe aussi chez les hommes, les enfants et les pré-adolescents des deux sexes. En général, les crises commencent après une période de régime diététique ; par ailleurs, cette maladie peut être chronique ou intermittente, avec des périodes de rémission constante.

Un article publié par l’Association Espagnole de Pédiatrie explique que le risque d’en souffrir est plus élevé chez ceux/celles qui pratiquent des activités comme le mannequinat, la danse, l’athlétisme et la gymnastique rythmique.

Une crise de boulimie.

La boulimie est l’un des troubles du comportement alimentaire les plus fréquents. Les cas les plus communs se produisent chez les adolescentes.

Quels types de boulimie existent ?

Dans la boulimie, on observe une préoccupation constante pour la forme du corps et le poids corporel. Les personnes qui en souffrent ont un modèle d’ingestion délimité qui inclut des interdictions alimentaires et des régimes extrêmes. On peut distinguer deux catégories de boulimie, que nous allons vous présenter.

Boulimie de type purgatif

Dans la boulimie de type purgatif, la personne consomme généralement des laxatifs, des diurétiques et d’autres médicaments ayant des effets sur le métabolisme. De la même façon, elle a recours à l’auto-provocation du vomissement, à l’utilisation de lavements et à d’autres méthodes qui lui permettent « d’inverser » les ingestions excessives.

Une caractéristique distinctive de ceux qui souffrent de cette forme du trouble est qu’ils ont l’habitude d’effectuer leur purge en privé. Cependant, avec le temps, l’organisme souffre d’altérations qui vont des dommages dans la gorge jusqu’aux problèmes dentaires ou dans le tube digestif, entre autres.

Boulimie de type non purgatif

Contrairement à la forme antérieure, dans ce type de boulimie, il n’y a pas de purge mais un comportement compensatoire. Ici, on se dit que la nourriture que l’on a ingérée va être digérée et que le corps va l’absorber. On n’a donc pas recours aux vomissements, aux diurétiques ou aux laxatifs.

Au lieu de cela, on s’appuie sur des actions qui « compensent l’ingestion », comme faire de l’exercice exténuant ou jeûner pendant des périodes prolongées.

Quels sont les risques de ce trouble ?

Souffrir d’un des types de boulimie implique des risques importants pour la santé. Quand la maladie se prolonge dans le temps ou est récurrente, les conséquences peuvent être les suivantes :

  • Insuffisance rénale.
  • Déséquilibres électrolytiques ou chimiques.
  • Caries dentaires.
  • Problèmes digestifs ou constipation.
  • Déshydratation.
  • Carences en nutriments.
  • Problèmes de cœur.
  • Maladie des gencives.
Des maux d'estomac chez une femme.

Les différents types de boulimie entraînent des risques pour la santé. Ils affectent plus particulièrement la digestion, l’absorption de nutriments et les fonctions des organes vitaux comme les reins.

Comment se traitent les types de boulimie nerveuse ?

Le traitement pour la boulimie nerveuse peut varier selon chaque personne, selon la manière dont elle se présente. Néanmoins, étant donné qu’il s’agit d’un trouble avec une origine psychologique, les évidences scientifiques suggèrent que le traitement doit non seulement se centrer sur l’éducation alimentaire et nutritionnelle mais aussi sur la santé mentale.

L’un des principaux objectifs est de développer une vision saine de soi et une relation bienveillante avec la nourriture. Pour cela, il est possible de mettre en place :

  • La prise d’antidépresseurs, mais uniquement si le médecin les recommande.
  • Une thérapie psychologique, individuelle et familiale.
  • Une éducation nutritionnelle par un professionnel spécialisé.
  • En cas de complications, une hospitalisation peut être requise.

Il existe d’ailleurs des centres spéciaux et des programmes dans lesquels les patients reçoivent des soins et du soutien 24/24h.

Lisez aussi : Troubles de l’alimentation chez les enfants autistes

Tous les types de boulimie requièrent une attention professionnelle

La boulimie, indépendamment de la façon dont elle se présente, requiert une intervention opportune de la part des professionnels. Ce trouble ne guérit pas de lui-même et a tendance à s’aggraver au fil du temps. Un diagnostic précoce est donc fondamental.

Par conséquent, n’importe quel symptôme d’alerte doit être pris en compte pour une consultation. Les médecins, nutritionnistes et psychologues peuvent orienter la personne vers des pratiques saines pour guérir.

 

  • Glazer, K. B., Sonneville, K. R., Micali, N., Swanson, S. A., Crosby, R., Horton, N. J., … & Field, A. E. (2019). The course of eating disorders involving bingeing and purging among adolescent girls: Prevalence, stability, and transitions. Journal of Adolescent Health64(2), 165-171.
  • Nagl, M., Jacobi, C., Paul, M., Beesdo-Baum, K., Höfler, M., Lieb, R., & Wittchen, H. U. (2016). Prevalence, incidence, and natural course of anorexia and bulimia nervosa among adolescents and young adults. European child & adolescent psychiatry25(8), 903-918.
  • Acerete, D. M., Trabazo, R. L., & Ferri, N. L. (2013). Trastornos del comportamiento alimentario: Anorexia nerviosa y bulimia nerviosa. Protocolo AEPED. Capítulo7.
  • Rava, M. F., & Silber, T. J. (2004). Bulimia nerviosa (Parte 1): Historia. Definición, epidemiología, cuadro clínico y complicaciones. Archivos argentinos de pediatría102(5), 353-363.
  • Puentes, M. S. (2005). La bulimia nerviosa y sus subtipos. Diversitas1(1), 79-87.