Les 13 virus les plus dangereux pour l'homme

Les infections sont une cause fréquente de maladie chez les humains. Il existe divers agents responsables et, parmi ceux-ci, figurent les virus. Certains d'entre eux peuvent générer des conditions graves.
Les 13 virus les plus dangereux pour l'homme
Maryel Alvarado Nieto

Rédigé et vérifié par le médecin Maryel Alvarado Nieto.

Dernière mise à jour : 30 décembre, 2022

Les virus sont la principale cause d’infections dans le monde, provoquant des tableaux cliniques très variés et produisant différents degrés de maladie. Ces minuscules particules sont considérées comme des parasites intracellulaires obligatoires, car la seule façon pour elles de se répliquer est d’utiliser la machinerie des cellules qu’elles envahissent. Bien qu’il en existe un large éventail de virus, nous nous concentrerons ici sur les virus les plus dangereux pour l’homme.

La définition du danger ne peut être réduite à une mortalité élevée due à l’infection, mais doit également couvrir les virus associés à des séquelles graves chez l’homme. Pour cette raison, nous regrouperons ces agents infectieux selon la manière dont ils provoquent la maladie.

Les infections congénitales, des virus dangereux pour l’homme pendant la grossesse

Certaines infections sont considérées comme dangereuses pendant la grossesse, car elles interfèrent avec le développement normal du produit de conception. De même, la transmission pendant l’accouchement comporte un risque pour le nouveau-né.

Un bon contrôle prénatal est donc nécessaire pour les détecter. Parmi les agents responsables de ces infections, figurent des virus responsables des situations suivantes :

  • Avortement
  • Mort fœtale
  • Accouchement prématuré
  • Faible poids de naissance
  • Malformations congénitales

La littérature regroupe généralement ces infections sous l’acronyme TORCH, qui regroupe les principaux agents responsables des maladies transmissibles néonatales. La recherche des infections TORCH est courante pour déterminer la présence de ces pathogènes en réalisant des sérologies pendant la grossesse.

1. Virus de la rubéole

Le syndrome de rubéole congénitale est une affection grave évitable, dans laquelle le nouveau-né présente des malformations dans divers organes. Parmi les modifications les plus courantes, figurent les suivantes :

  • Surdité
  • Microcéphalie
  • Microophtalmie
  • Cataracte congénitale
  • Anomalies cardiaques

Le principal facteur de risque est l’infection de la mère par le virus de la rubéole au cours du premier trimestre de la grossesse. Cependant, l’infection aux stades ultérieurs du développement du fœtus n’est pas considérée comme inoffensive.



[/atomik-lire-aussi]

2. Cytomégalovirus (CMV)

Bien que le CMV soit la principale cause d’infection congénitale, ses effets dépendent de l’âge gestationnel auquel l’infection survient. Il est considéré comme dangereux pendant la grossesse, car il peut entraîner le développement de déficits neurologiques importants.

Parmi eux, figurent les suivants :

  • Différents degrés de perte auditive
  • Développement psychomoteur retardé
  • Troubles visuels
  • Paralysie cérébrale
  • Épilepsie
Cytomégalovirus.
Les mères peuvent transmettre le cytomégalovirus à leurs enfants, qui est la forme de présentation la plus grave.

3. L’herpès simplex, un virus dangereux pour le nouveau-né

L’infection congénitale à herpès simplex est rare, mais le tableau clinique qu’elle produit est considéré comme grave. En général, le nouveau-né est infecté par le canal génital, développant des lésions caractéristiques dans les jours qui suivent la naissance.

Plus de la moitié des bébés ont un compromis neurologique à la suite de l’infection du système nerveux central, tandis que dans d’autres cas, il peut y avoir une image disséminée. Il a été démontré que la mise en place d’un traitement antiviral réduit la mortalité associée à cette infection congénitale.



[/atomik -lu-aussi ]

Virus dangereux pour provoquer des infections qui peuvent être mortelles

Il existe des infections virales associées à une létalité élevée, c’est-à-dire que leur contagion peut être considérée presque comme un synonyme de mort. Cependant, ce sont des maladies assez rares, car elles ne correspondent pas à des infections humaines.

De plus, comme les zones géographiques de diffusion sont bien définies et que l’application de mesures préventives est possible, le risque de contagion peut être réduit. Cependant, il existe encore des populations vulnérables à ces virus mortels.

4. Rage

La rage est une encéphalite d’origine virale typique de certains animaux, dont la propagation à l’homme est due au contact avec la salive du patient. Cela se produit généralement par des morsures.

Bien que la distribution soit mondiale, la plupart des cas sont concentrés en Afrique et en Asie. Les principaux réservoirs de ces virus dangereux sont les chauves-souris et les renards, mais il est plus courant que les humains se propagent par les chiens et les chats.

La rage est considérée comme ayant un risque de mortalité proche de 100 %. Cependant, la prophylaxie post-exposition au virus permet de réduire la mortalité, ce qui en fait une maladie évitable.

Il est important de noter qu’une fois que les symptômes neurologiques commencent, les chances d’amélioration sont presque nulles. En revanche, la vaccination systématique des animaux domestiques prévient leur contagion.



[/atomik -lu-aussi ]

5. Ébola

Un autre virus dont le réservoir n’est pas humain est Ebola, qui provoque une maladie grave, avec un tableau clinique et une défaillance subséquente de plusieurs organes qui entraîne la mort de 50 % des patients. La maladie à virus Ebola se caractérise par une atteinte gastro-intestinale, responsable de diverses épidémies en Afrique.

Des enquêtes ultérieures ont permis de déterminer le premier cas d’infection dans la plupart de ces foyers. Cependant, le réservoir causal n’a pas été établi.

Vaccin contre Ebola.
La recherche d’un vaccin contre Ebola progresse, mais il n’y a toujours pas assez de financement pour de telles recherches.

6. Marburg

Comme Ebola, le virus de Marburg appartient à la famille des Filovirus et produit un tableau gastro-intestinal similaire. Cependant, la létalité décrite pour ces patients concerne 90% des cas.

Actuellement, il existe divers prototypes de vaccins dans différentes phases de recherche qui visent à accorder une immunité contre ces types de virus. Bien que les résultats semblent prometteurs, d’autres études sont nécessaires à cet égard.

Infections virales chroniques associées au développement du cancer

Certains virus, bien qu’ils provoquent des infections sous-diagnostiquées, sont liés au développement du cancer ; cela a été scientifiquement prouvé. Dans certains cas, les mécanismes par lesquels ces virus sont considérés comme oncogènes n’ont pas été entièrement décrits, mais l’association a été démontrée.

7. Virus du papillome humain (VPH)

Le VPH est l’infection sexuellement transmissible (IST) la plus répandue dans le monde. Il existe plus de 170 génotypes différents de ce virus ; certains d’entre eux sont la cause des verrues génitales.

D’autres, en revanche, ont tendance à passer inaperçues, car ils ne produisent pas de manifestations cliniques évidentes. Cependant, parmi ce dernier groupe se trouvent plusieurs sérotypes impliqués dans le développement du cancer du col de l’utérus.

Parmi ceux-ci, les types 16 et 18 se distinguent, car ce sont ceux qui sont le plus fréquemment présents dans les lésions précurseurs du cancer du col de l’utérus. Il est important de souligner que, comme il s’agit d’une IST, l’infection au VPH peut être évitée grâce à l’utilisation de méthodes barrières et à l’administration du vaccin.

De la même manière, la détection précoce des changements cellulaires évocateurs d’infection est possible grâce à une cytologie périodique.



[/atomik-read-too ]

8. Hépatites B et C : pourquoi sont-ils considérés comme des virus dangereux ?

D’autre part, les virus des hépatites B et C sont également considérés comme des infections sexuellement transmissibles, car il s’agit de leur principale forme de contagion. Les deux agents sont impliqués dans le développement du carcinome hépatocellulaire, qui est la quatrième cause de décès par cancer dans le monde.

Il est important de rappeler qu’il existe des schémas de vaccination qui préviennent efficacement l’infection par l’hépatite B. De plus, il existe actuellement un traitement antiviral capable de prévenir la progression vers la cirrhose dans les infections chroniques par l’hépatite C, réduisant ainsi l’incidence du développement de l’hépatite C.

Foie avec cirrhose du virus dangereux.
La cirrhose est un stade post-infectieux qui pourrait favoriser la transition vers un cancer du foie.

9. Famille des coronavirus : causes des alertes mondiales

Bien que les coronavirus soient connus pour provoquer des maladies bénignes chez l’homme depuis les années 1970, il est également vrai qu’au cours de ce 21e siècle, ils ont été responsables de certaines alertes épidémiologiques dans le monde. En 2002, le SRAS-CoV-1 est apparu, provoquant un syndrome respiratoire aigu sévère ou sévère (SRAS) qui a touché près de 10 000 personnes dans 32 pays différents.

Puis, en 2012, le MERS-CoV est apparu en Arabie saoudite, infectant plus de 2 500 personnes dans 27 pays. Et depuis 2019, le SRAS-CoV-2 est apparu en Chine, producteur de la maladie appelée COVID-19, à forte transmission par les sécrétions respiratoires.

En raison du taux de contagion élevé, la maladie s’est propagée rapidement sur tous les continents, étant déclarée pandémie en mars 2020.

Autres virus dangereux

Divers virus ont la capacité de produire des maladies fébriles, qui sont généralement suivies d’une phase caractérisée par l’apparition de manifestations hémorragiques. Chez ces patients, le traitement est généralement de soutien, avec des mesures visant à prévenir la propagation de l’infection à d’autres personnes.

Parmi ces virus, figurent les suivants :

  • Fièvre hémorragique de Crimée-Congo (CCF) : une maladie causée par un Nairovirus, dont la principale forme de transmission est la piqûre d’une tique infectée. La létalité du FHCC varie de 3% à 30%.
  • Virus Guanarito : il cause de la fièvre hémorragique vénézuélienne, une maladie endémique au centre du pays associée à une létalité pouvant atteindre 30 %.
  • Fièvre hémorragique bolivienne : elle est produite par le virus Machupo, dont le réservoir est un rongeur, et affecte les populations du nord de la Bolivie. Sa létalité atteint 20 %.
  • Virus Junín : il cause de la fièvre hémorragique argentine, et est fréquent dans les zones rurales de ce pays. Sa létalité oscille entre 10 % et 20 %.

La vaccination comme moyen d’éliminer les virus dangereux

Le meilleur exemple pour montrer l’importance de la mise en place des programmes de vaccination est la variole. Ce virus a causé des effets dévastateurs dans les populations vulnérables pendant des siècles, laissant des séquelles à des degrés divers chez les survivants.

Cependant, grâce au développement du vaccin et des protocoles de vaccination de masse, la variole chez l’homme a été éradiquée en 1980. Peut-on répéter l’histoire avec l’un de ces virus dangereux pour l’homme ?

Cela pourrait vous intéresser ...
90 % des Espagnols sont porteurs du virus varicelle-zona
Améliore ta Santé
Lisez-le dans Améliore ta Santé
90 % des Espagnols sont porteurs du virus varicelle-zona

Le virus varicelle-zona a une large distribution. En Espagne, on estime que jusqu'à 90 % de la population a été infectée.



  • Cofre, F.; Delpiano, L.; Labrana, Y.; Reyes, A.; Sandovaly, A.; Izquierdo, G.; Síndrome de TORCH: enfoque racional del diagnóstico y tratamiento Pre y Postnatal. Recomendaciones del Comité Consultivo de Infecciones Neonatales Sociedad Chilena de Infectología; Revista Chilena de Infectología; 33 (2): 191 – 216; 2016.
  • Collados, R.; Casado, J.; Infección Congénita por Citomegalovirus: la Gran Desconocida; Medicina de Familia SEMERGEN; 37 (10): 549 – 553; 2011.
  • Domarus, A.; Farreras, P.; Rozman, C.; Cardelach, F.; Nicolás, J; Cervera, R.; Farreras Rozman. Medicina Interna; 19na Edición; Elsevier; 2020.
  • Frantchez, V.; Medina, J; Rabia: 99.9% Mortal, 100% Prevenible; Revista Médica del Uruguay; 34 (3): 164 – 171; 2018.
  • Jacob, S.; Crozier, I.; Fischer, W.; Hewlett, A.; Kraft, C.; de la Vega, M.; Soka, M.; Wahl, V.; Griffiths, A.; Bollinger, L.; Kuhn, J.; Ebola Virus Disease; Nature Reviews Disease Primers; 6 (13); 2020.
  • Mandell, J.; Dolin, R. Blaser, M.; Enfermedades Infecciosas. Principios y Práctica; Octava Edición; Elsevier Sanders; 2015.
  • Melcon, Mario O., Manuel J. Somoza, and Carlos Mario Melcon. “Fiebre hemorrágica argentina: complicaciones neurológicas.” Neurología Argentina 14.1 (2022): 13-25.
  • Poot, M.; Reyes, B.; Torres, M.; Virus Rabia: ¿Sentencia de Muerte?; Universidad Autónoma de Yucatán; Brain Awareness Week; 2019.
  • Pyle, Jesse D., and Sean PJ Whelan. “Isolation of reconstructed functional ribonucleoprotein complexes of Machupo virus.” Journal of virology 95.22 (2021): e01054-21.
  • Sampedro, A.; Aliaga, L.; Mazuela, P.; Rodríguez, J.; Diagnóstico de Infección Congénita; Enfermedades Infecciosas y Microbiología Clínica; 29 (Suplemento 5): 15 – 20; 2011.
  • Solano, A.; Solano, A.; Gamboa, C.; Actualización de Prevención y Detección de Cáncer de Cérvix; Revista Médica Sinergia; 5 (3): e395; 2020.
  • Zapata, L.; Prevención y Eliminación del Síndrome de Rubeola Congénita; Revista de Obstetricia y Ginecología de Venezuela; 66 (3); 2006.
  • Zhao, F.; He, Y.; Lu, H.; Marburg Virus Disease: A Deadly Rare Virus is Coming; BioScience Trends; 16 (4): 312 – 316; 2022.

Le contenu de cette publication est uniquement destiné à des fins d'information. À aucun moment, il ne peut servir à faciliter ou à remplacer les diagnostics, les traitements ou les recommandations d'un professionnel. Consultez votre spécialiste de confiance si vous avez des doutes et demandez-lui son accord avant de commencer toute procédure.