L’ictère chez les nouveaux-nés : que faut-il savoir ?

7 octobre 2019
L'ictère chez les nouveaux-nés n'est pas nécessairement une maladie grave. Il s'agit plutôt d'un processus normal.

Lors des premiers jours de la vie d’un nourrisson, les peurs et les doutes des parents sont si importants que n’importe quel symptôme ou signe inconnu peut générer de l’angoisse. On considère l’ictère chez les nouveaux-nés comme un processus normal, bien qu’il nécessite une surveillance afin de ne pas devenir un cadre extrême.

Dans cet article, vous trouverez toutes les informations nécessaires pour en savoir davantage sur les raisons de l’ictère chez les nouveaux-nés. Nous vous donnons également quelques conseils sur la façon d’agir pour prévenir l’aggravation de cette condition.

Pourquoi l’ictère survient-il chez les nourrissons ?

L’ictère se définit comme une coloration jaunâtre de la peau et des muqueuses. Sa cause est la bilirubine, une substance qui apparaît lorsque les globules rouges se détériorent. Pour connaître les valeurs exactes de ces globules rouges, il faut procéder à une analyse sanguine.

Toutefois, la coloration jaunâtre chez le bébé n’est pas considérée comme une situation grave si les taux de bilirubine ne sont pas extrêmement élevés. Lorsque les niveaux sont très importants dans le sang, on parle d’hyperbilirubinémie. Cela nécessite alors un contrôle et un suivi hospitalier.

2 ou 3 jours après la naissance, il est courant de voir une coloration jaunâtre sur la peau du nourrisson. Le foie est l’organe chargé d’éliminer l’excès de bilirubine, mais il lui est difficile de commencer sa fonction après la naissance.

Lisez également : Remèdes naturels pour lutter contre l’inflammation du foie

Quels sont les meilleurs soins pour un nouveau-né ?

Une fois que nous savons que l’ictère chez les nouveaux-nés n’est pas forcément une maladie grave, il est important de savoir comment agir afin de minimiser au maximum les risques d’aggravation. Pour cela, il existe des soins de base que tous les parents peuvent effectuer :

  • Surveiller la bonne nutrition du bébé : s’il se nourrit via l’allaitement maternel, cela est plus compliqué d’assurer la prise alimentaire. Il existe un ictère associé à l’allaitement qui est peu fréquent et survient généralement après une semaine de vie. Seul le pédiatre, après l’examen du nourrisson, peut indiquer s’il est nécessaire d’interrompre l’allaitement pendant un ou plusieurs jours
  • La photothérapie à domicile : il s’agit d’une technique utilisée dans les unités de néonatalogie pour traiter l’hyperbilirubinémie. Elle peut également avoir lieu à domicile. Cette technique consiste à placer le nouveau-né pendant 10 minutes à la lumière du soleil, avec une couche et les yeux couverts. Choisissez alors un moment où l’ensoleillement n’est pas trop fort et si possible avant 9h du matin
Un enfant souffrant d'un ictère lors d'une séance de photothérapie

Identifier les situations de risque possible liées à l’ictère

Comme nous l’avons commenté auparavant, le plus fréquent est de voir un ictère chez le nouveau-né qui n’est pas associé à des situations graves. Néanmoins, il est primordial de connaître certains signes qui requièrent une évaluation médicale :

  • Apparition précoce de l’ictère chez le bébé : si la coloration apparaît dès le premier jour de vie, le pédiatre demandera une prise de sang afin de pouvoir évaluer le résultat exact
  • L’ictère est toujours présent après 2 semaines de vie : il s’agit du temps dont le foie a besoin pour mettre en route ses fonctions et éliminer les excès

Complications de l’ictère chez le nouveau-né

Lorsque la bilirubine dans le sang dépasse les valeurs extrêmes, elle peut se déposer dans les cellules du cerveau et altérer le métabolisme et la fonction des neurones. On parle alors d’ictère nucléaire.

Pour éviter de connaître cette situation, il faut demander une consultation chez le pédiatre lorsque l’on détecte une coloration jaunâtre du bébé après une semaine de vie.

Le pédiatre réalisera alors les examens appropriés pour estimer les taux de bilirubine. Dans le cas où les valeurs sont proches des paramètres extrêmes, il prescrira une hospitalisation ainsi qu’un traitement avec photothérapie et des soins dans une unité de néonatalogie.

Découvrez aussi: Plagiocéphalie du bébé : prévention et traitement

En quoi consiste la photothérapie hospitalière ?

L'hospitalisation d'un nouveau-né suite à un ictère

Un nouveau-né qui a besoin d’une photothérapie devra être hospitalisé pendant plusieurs jours. Aujourd’hui, la plupart des hôpitaux permettent aux parents de rester 24h/24h avec leur bébé. Même s’il est conseillé qu’ils se reposent chez eux.

Le personnel infirmier des unités de néonatalogie est formé pour effectuer les soins de base nécessaires aux nouveaux-nés atteints d’hyperbilirubinémie. Il est donc important de suivre les recommandations du personnel spécialisé.

Si vous allaitez, il est conseillé d’interrompre pendant un moment. Il vaut mieux suivre les indications des professionnels de l’hôpital concernant l’alimentation du nourrisson.

Conclusion…

La peau du nouveau-né présente des changements pendant les premiers jours de vie et l’ictère est l’un des plus courants. Par conséquent, il est fondamental de recevoir les informations adéquates sur les soins de base de chacune des altérations les plus communes.

 

  • Cifuentes Recondo, J. (2012). Ictericia en el recién nacido. Medwave. https://doi.org/10.5867/medwave.2006.05.1984
  • García-Alix, A., Martínez Biarge, M., Arnaez, J., Valverde, E., & Quero, J. (2008). Protocolos de Neonatología. In Nenonatología Protocolos AEP.
  • Neil, K., & Zieve, D. (2018). Ictericia del recién nacido. MedlinePlus.