L'importance de parler de suicide et quelques conseils

Parler du suicide peut sauver des vies, car cela jette des ponts vers ceux qui ne trouvent pas d'issue. Découvrez comment centrer correctement une conversation sur le sujet.
L'importance de parler de suicide et quelques conseils

Dernière mise à jour : 16 septembre, 2022

Le suicide est l’une des principales causes de décès dans le monde. Chaque année, près d’un million de personnes se suicident et bien d’autres essaient de le faire. Malgré cela, il y a toujours un climat de silence et de stigmatisation autour de la question. Pour cette raison, et à l’occasion de la Journée mondiale de prévention du suicide, qui est célébrée le 10 septembre, nous voulons vous parler de l’importance de parler du suicide.

Lorsqu’une personne décide de se suicider, elle fait face à une souffrance difficile à comprendre pour ceux qui ne sont pas à sa place. Cependant, il est courant que ces personnes soient contraintes d’affronter leur douleur en silence et en secret. Au niveau social, on a tendance à éviter le sujet ou à juger ceux qui ont ce type d’idées.

Cependant, parler de suicide peut sauver des vies et prévenir la dévastation qui touche des familles entières. Explorons l’importance de commencer à le faire et quelques clés à ce sujet.

L’importance de parler du suicide

Il existe une croyance répandue selon laquelle parler de suicide incite à le commettre. C’est pour la même raison qu’il est à peine évoqué dans les médias et que les personnes préfèrent ne pas en parler avec leurs proches qui en souffrent. Or, il faut en parler.

Cette croyance vient du soi-disant effet de contagion ou effet Werther, selon laquelle les personnes ont tendance à se suicider après avoir entendu parler d’un suicide dans les médias. Or, on sait que cela ne se produit qu’à la suite d’une faute professionnelle journalistique ; le sujet est abordé d’une manière sensationnelle et peu profonde.

Abordé consciemment, sans détails précis ou morbides, sans glorification, et en se concentrant sur les pistes d’aide disponibles, le résultat est le contraire. En normalisant le suicide, les personnes ayant ce type d’idéation peuvent se sentir comprises, écoutées et avoir des alternatives à leur portée.

Parler de ces pensées est libérateur. Cela produit une catharsis et élimine le sentiment de solitude et d’isolement qui est souvent ressenti et qui ne fait qu’augmenter l’inconfort. De plus, cela permet aux arrivants de prêter attention aux signes avant-coureurs et d’agir à temps, en offrant le soutien et l’aide nécessaires.



Quelques conseils pour parler de suicide

Faire face à une conversation sur le suicide n’est facile pour aucune des parties. Cependant, compte tenu de son importance, il est nécessaire de le faire. Nous vous proposons quelques clés qui peuvent vous aider à cet égard.

Parlez à un ami du suicide.
Ce n’est pas facile d’en parler, mais c’est nécessaire. Laisser passer l’occasion est une erreur.

Demander ouvertement

Bien que cela soit inconfortable et douloureux, si vous soupçonnez qu’un de vos proches a des idées suicidaires, il est préférable d’en parler ouvertement. Cela offrira un espace d’expression et de libération émotionnelle, aidera à construire des ponts et réduira le sentiment de solitude de l’autre.

Grâce à cette question, il saura que vous vous souciez de son bien-être, que vous êtes concerné et prêt à l’accompagner et à l’aider.

Appliquer l’écoute active

Une personne qui pense à se suicider traverse un processus douloureux. Elle a besoin de compréhension. Mais pour la comprendre, il est essentiel d’écouter ce qu’elle a à dire.

Intéressez-vous véritablement à ce qu’elle ressent, soyez proche et disponible. Ne soyez pas choqué par ses propos et n’essayez pas de la faire cesser d’en parler. Une ventilation émotionnelle est nécessaire.



Être empathique et valider la souffrance de l’autre

Il n’est pas toujours facile d’être empathique. Lorsqu’une personne suicidaire nous parle de ses sentiments et de ses motivations, nous pouvons avoir tendance à les invalider et à les minimiser.

“Nous avons tous des problèmes, ce n’est pas grave, c’est juste une série de défaites.” Ces phrases n’aident pas, car même si nous ne la comprenons pas, la souffrance de l’autre est si grande qu’il n’y a pas d’issue. Pour soulager sa douleur et l’accompagner, il est essentiel que nous donnions une légitimité à ce que la personne ressent.

Ne pas juger

De nombreuses personnes évitent souvent de parler de suicide de peur d’être jugées par leurs proches. Il peut être incompréhensible pour vous que quelqu’un veuille se suicider ; cela peut même être moralement répréhensible. Mais ne portez pas de jugements.

Critiquer cette personne pour son comportement n’est pas la voie à suivre. Personne ne comprend ce que l’autre ressent s’il n’est pas dans sa peau. Parfois, lorsque la vie nous confronte à des défis qui dépassent nos ressources, abandonner peut sembler être la seule issue.

Offrir et encourager le soutien social

À ce stade, il est essentiel que vous offriez un soutien, une compagnie et une présence inconditionnels. Consacrez votre temps et votre attention à cette personne, sans la faire se sentir surveillée ou persécutée, et en lui montrant un amour et une sollicitude sincères.

Le soutien social est un élément protecteur fort dans ces cas, il convient donc de renforcer le réseau de soutien de la personne et de lui rappeler que vous êtes là pour elle.

Couple qui discute.
Le soutien doit être clair. La personne qui souffre doit comprendre que d’autres sont là pour l’aider.

Parler des alternatives et des voies de soutien disponibles

Lorsqu’on parle de suicide, il est important de se concentrer sur les alternatives et les solutions disponibles. Lorsque l’autre s’ouvre à nous et nous dit ce qui l’inquiète et le tourmente, nous devons l’aider à élargir sa perspective.

Les personnes ayant des idées suicidaires ont souvent un style d’attribution dépressif ; c’est-à-dire qu’elles interprètent que tout ce qui leur arrive est de leur faute, que cela affecte tous les domaines de leur vie et qu’il est impossible de changer cela. Une telle situation génère un sentiment de désespoir et d’impuissance qui les amène à ne pas voir les options de sortie.

Les aider à trouver la lumière au bout du tunnel et les encourager à rechercher une aide professionnelle sont les tâches les plus pertinentes.

Parler de suicide peut sauver des vies

Bref, il est temps de briser le tabou autour du suicide et de commencer à le rendre visible et à le normaliser. Ceux qui l’envisagent comme une alternative ont besoin de trouver l’écoute, l’empathie et le soutien de l’environnement ; ils ont besoin d’exprimer ce qu’ils pensent et ressentent.

Lorsque nous offrons l’opportunité d’en parler, nous construisons un pont qui fait la différence. Tant que nous le faisons correctement. Par conséquent, évitons le silence et le sensationnalisme et privilégions la prévention. Parler de suicide peut sauver des vies.

Cela pourrait vous intéresser ...
Comment stimuler le nerf vague pour améliorer notre bien-être
Améliore ta Santé
Lisez-le dans Améliore ta Santé
Comment stimuler le nerf vague pour améliorer notre bien-être

Pour stimuler le nerf vague et profiter de ses bienfaits nous devons nous concentrer sur la respiration pour réactiver de nombreuses fonctions vita...



  • Herrera Ramírez, R., Ures Villar, M. B., & Martínez Jambrina, J. J. (2015). El tratamiento del suicidio en la prensa española:¿ efecto werther o efecto papageno?. Revista de la Asociación Española de Neuropsiquiatría35(125), 123-134.
  • Marchetti, I., Alloy, L. B., & Koster, E. H. (2019). Breaking the vise of hopelessness: Targeting its components, antecedents, and context.
  • Priester, M. J., & Clum, G. A. (1992). Attributional style as a diathesis in predicting depression, hopelessness, and suicide ideation in college students. Journal of Psychopathology and Behavioral Assessment14(2), 111-122.