Maladie cœliaque ou intolérance au gluten : causes et symptômes

27 juin 2020
L'intolérance au gluten est une maladie chronique qui se caractérise par une mauvaise absorption des nutriments due à la détérioration de la muqueuse de l'intestin grêle. Si un diagnostic correct est posé, il est possible d'éviter de nombreux symptômes et complications.

La maladie cœliaque, ou intolérance au gluten, consiste en une hypersensibilité chronique à une protéine présente dans certains aliments tels que les céréales. On estime qu’elle a une prévalence de 1% de la population et qu’elle est plus fréquente chez les femmes que chez les hommes.

En France, elle touche au moins 600 000 personnes et les chiffres augmentent chaque année. L’un des problèmes les plus importants est qu’environ 75% des personnes affectées n’ont pas été correctement diagnostiquées.

Cette intolérance au gluten survient chez les personnes qui présentent des gènes prédisposant à cette maladie. Elle se caractérise par une réaction inflammatoire, d’origine immunitaire, dans la muqueuse de l’intestin grêle. L’absorption des macro et micronutriments s’en trouve alors affectée.

Comme nous l’avons souligné, il s’agit d’une maladie chronique à caractère auto-immunitaire. Cela signifie que le système immunitaire lui-même attaque les cellules comme un moyen de protection.

La maladie cœliaque ou l’intolérance au gluten

Quelles sont les causes de l’intolérance au gluten ?

Une femme souffrant d'une intolérance au gluten

Il n’existe pas une seule cause responsable du développement de l’intolérance au gluten. C’est une combinaison de facteurs qui rend l’intolérance possible.

Par exemple, une prédisposition génétique, certaines anomalies structurelles de l’intestin grêle ainsi qu’un régime alimentaire avec du gluten sont des facteurs prédisposant au développement de l’intolérance au gluten.

Pour toutes ces raisons, nous pouvons dire qu’il s’agit d’une maladie intestinale qui survient chez des personnes génétiquement sensibles. Ces personnes présentent effectivement une intolérance pour digérer une protéine présente dans le gluten, la gliadine.

Lorsqu’elles mangent du gluten, leur intestin grêle réagit et s’enflamme. Par conséquent, il a des difficultés à absorber les nutriments nécessaires des aliments.

Diagnostic

Le diagnostic de l’intolérance au gluten n’est pas simple. En effet, jusqu’à il n’y a pas si longtemps, elle n’était diagnostiquée que s’il y avait des symptômes cliniques clairs. Cette maladie présente également une grande variété de symptômes qui peuvent être attribués à d’autres maladies.

Cependant, selon certains experts, même en l’absence de symptômes, il est possible de détecter la maladie à la moindre suspicion. Soit par la présence de proches intolérants, soit pour d’autres raisons. Pour cela, on réalise des tests sérologiques ou génétiques ou bien une histologie.

D’autre part, de nos jours, des examens cliniques de diagnostic tels que des analyses de sang incluant des marqueurs sérologiques de la maladie cœliaque, sont également effectués. Ces marqueurs sont des anticorps comme :

  • Antigliadine
  • Anti-transglutaminases tissulaire
  • Anti-endomysium

Découvrez également : Recettes sans gluten et riches en glucides idéales pour les personnes cœliaques

Symptômes de l’intolérance au gluten

L'intolérance au gluten et les effets sur l'intestin

Si une personne intolérante au gluten ingère un aliment qui en contient, son organisme va créer une réaction auto-immune qui entraînera une inflammation et une détérioration de la muqueuse de l’intestin grêle.Voici donc les symptômes les plus courants :

  • Nausées
  • Vomissements
  • Diarrhées
  • Poids faible
  • Problèmes de croissance

Chez les adultes, la plupart des cas présentent des symptômes plus subtils tels qu’une légère diarrhée, une perte de poids, de l’anémie ou, dans 10% des cas, une tendance à la constipation.

Etant donné que l’intestin grêle n’est pas capable d’absorber les nutriments nécessaires, il y a donc une mauvaise absorption intestinale. D’autres symptômes tels que des hématomes ou des saignements de nez peuvent en résulter.

De plus, il est normal que le patient soit fatigué ou qu’il souffre de démangeaisons cutanées. Voire qu’il développe une dermatite herpétiforme et qu’il perde ses cheveux.

Par ailleurs, des ulcères apparaissent souvent dans la bouche et les femmes n’ont généralement plus de menstruations. Il est également fréquent de souffrir de crampes musculaires ou de présenter une intolérance à d’autres nutriments, comme le lactose, par exemple.

Lisez aussi : 2 menus santé pour les personnes souffrant d’intolérance au gluten

La maladie cœliaque peut-elle ne présenter aucun symptôme ?

Il faut savoir que tous les patients intolérants au gluten ne présentent pas les symptômes mentionnés ci-dessus. En effet, certaines personnes n’en présentent même aucun.

Dans ce cas, on peut alors se demander comment il est possible de diagnostiquer cette maladie en l’absence de symptômes.

L’explication est que l’intolérance au gluten est une maladie pour laquelle il existe une prédisposition génétique. Et pour son diagnostic, comme nous l’avons vu, on réalise un test sanguin avec des marqueurs de la maladie. Cependant, on peut également observer une détérioration intestinale après une biopsie.

En bref, bien qu’un patient ne manifeste pas les symptômes les plus évidents tels que les vomissements ou les diarrhées, la muqueuse intestinale peut quand même être affectée. Par conséquent, l’atteinte de la muqueuse peut évoluer vers d’autres maladies ou des complications similaires si un régime adapté n’est pas suivi.