La maladie de Willis-Ekbom : le syndrome des jambes sans repos

8 juin 2019
Le désir de mouvement au niveau des extrémités inférieures constitue un symptôme clair du syndrome des jambes sans repos, dite maladie de Willis-Ekbom. Il est important de contrôler ce syndrome le plus tôt possible.

Le syndrome des jambes sans repos (SJSR) ou maladie de Willis-Ekbom se caractérise par un désir incessant de bouger les jambes au repos. Si, lorsque vous vous couchez, vous ressentez le fort besoin de bouger jambes, vous souffrez probablement de ce syndrome.

Le principal problème de ce syndrome est qu’on ignore encore son origine. Bien que l’on ait pu identifier des facteurs de prédisposition, la cause exacte est, à l’heure actuelle, encore inconnue.

On estime que ce syndrome est dû à un trouble neurologique mais dont les conséquences sont moindres. Néanmoins, 3 % de la population mondiale souffrirait sévèrement de ce syndrome.

Maladie de Willis-Ekbom : qu’est-ce que c’est exactement ?

maladie de Willis-Ekbom

Selon les statistiques, près de 10 % de la population mondiale présente des symptômes liés au syndrome des jambes sans repos. On remarque aussi que ce syndrome affecte aussi bien les hommes que les femmes de tout âge. Néanmoins, les symptômes s’expriment plus sévèrement à partir de l’âge de 40 ans.

Comme nous le disions plus haut, la cause exacte est encore inconnue. Mais on estime qu’il est possible que l’on se trouve face à une maladie aux causes multiples.

L’anémie, l’insuffisance rénale et l’administration de certains médicaments sont trois éléments liés à l’apparition de ce syndrome. Chez les femmes, on pense que ce syndrome peut être déclenché par une grossesse.

À l’heure actuelle, on pense que ce syndrome a un lien avec l’activation de la dopamine. Le mouvement et la coordination dépend de ce neurotransmetteur au moyen du système nerveux central.

Malgré le manque de connaissances, deux typologies ont été établies. La maladie de Willis-Ekbom se divise en deux : maladie primaire et maladie secondaire. Dans le premier cas, on ne connaît pas encore le facteur à l’origine de cette manifestation corporelle. Dans le second cas, le syndrome est déclenché par une autre maladie.

Cet article peut aussi vous intéresser : Jambes enflées : 5 remèdes maison pour les soulager rapidement

Maladie de Willie-Ekbom : une symptomatologie variée et confuse

L’autre problème rencontré est, qu’en plus d’ignorer la cause, les symptômes sont variés et difficiles à observer. Dans certains cas, il s’agit simplement d’une prédisposition à bouger les jambes. Mais ce syndrome peut se manifester autrement et de façon plus dérangeante.

Certains patients ressentent ainsi une sensation d’inconfort et désagréable au niveau des jambes. Cet inconfort peut finir par se transformer en crampes et fourmillements. Bien entendu, ces symptômes provoquent de la fatigue, ce qui favorise la somnolence au cours de la journée.

De plus, on estime qu’il y a un parallélisme entre ce besoin de bouger les jambes et le rythme circadien, cela veut dire qu’entre l’après-midi et la nuit les symptômes augmentent. La maladie de Willis-Ekbom est donc une maladie chronique et progressive.

Maladie de Willkis-Ekbom : quelques symptômes pour l’identifier

maladie de Willis-Ekbom

Pour vous aider à identifier le syndrome des jambes sans repos, nous vous laissons ci-dessous une liste des symptômes et signaux d’alerte.

  • Le besoin de mouvement incessant pendant le repos. Il ne faut pas confondre cette maladie avec un réflexe ou de l’hyperactivité. D’ailleurs, ce besoin se manifeste généralement lorsque nous sommes en train de nous reposer, et non au cours de notre routine mouvementée quotidienne.
  • Les symptômes se manifestent au cours de la nuit. Ce symptôme est l’une des conditions pour déterminer s’il s’agit du syndrome des jambes sans repos. Dans la pratique, la majorité des patients diagnostiqués ne ressentent pas le désir incessant de bouger les jambes au cours de la journée.
  • Les spasmes nocturnes. On observe un mouvement périodique des extrémités au cours du sommeil. Ce symptôme en lui-même correspond à un autre trouble lié au syndrome.
  • Vous ressentez un soulagement lorsque vous bougez vos jambes. La bonne nouvelle est que le simple fait de bouger les jambes soulage instantanément la sensation d’inconfort ressentie. Cela vaut aussi bien pour les fourmillements que pour la douleur.

Cet article peut aussi vous intéresser : Syndrome des jambes sans repos : 7 stratégies efficaces qui vous aideront

Maladie de Willis-ekbom : les traitements possibles

En premier lieu, si vous ressentez une sensation d’inconfort, l’idéal est de réaliser un mouvement, voire même de sortir du lit pour marcher pendant quelques minutes.

L’inconvénient n’est pas tant cette sensation d’inconfort mais la mauvaise qualité de vie des patients, car ils ne parviennent pas à avoir un sommeil réparateur. Il convient alors de suivre des thérapies et des traitements qui améliorent la qualité du sommeil.

Il existe également quelques options tournées vers la psychologie et qui peuvent apporter quelques améliorations. Certains recommandent, par exemple, la thérapie cognitivo-comportementale : dans certains cas, la présence de ce syndrome est lié à des aspects psychologiques et émotionnels.

Les patients qui souffrent du syndrome des jambes sans repos doivent se faire aider par un professionnel. Bien que cela puisse paraître sans importance, les effets de la symptomatologie décrite s’aggravent généralement avec l’âge. Même s’il n’existe pas encore de preuve pour confirmer cette hypothèse, il est toujours préférable de se faire aider.

 

  • Sociedad española del sueño. Síndrome de las piernas inquietas. Extraído de: http://www.ses.org.es/docs/guias-spi.pdf
  • Medigraphic. 2007. Síndrome de las piernas inquietas: clínica, manejo y estudio polisomnográfico. Extraído de: http://www.medigraphic.com/pdfs/plasticidad/prn-2007/prn071_2d.pdf