Mon enfant échoue dans plusieurs matières, que puis-je faire ?

Nombreuses sont les raisons à l'origine des échecs des enfants. Les identifier et agir en conséquence est le meilleur moyen de promouvoir les performances scolaires de votre enfant. Nous vous disons par où commencer.
Mon enfant échoue dans plusieurs matières, que puis-je faire ?

Dernière mise à jour : 10 août, 2022

Avant les vacances de Noël, de Pâques et d’été, arrive l’un des moments les plus redoutés des parents et des enfants : la remise des notes. Ces évaluations peuvent susciter des éloges et des célébrations, des conversations embarrassantes dans certaines familles et de véritables batailles dans d’autres. Certains parents se demandent ce qu’ils peuvent lorsque leur enfant échoue dans plusieurs matières.

Ce moment peut être un coup dur pour les enfants et les adolescents, mais aussi pour leurs parents, qui ne savent peut-être pas comment améliorer la situation. La réalité est qu’il n’y a pas de raison unique pour expliquer des notes basses, ni de solution universelle. Par conséquent, nous vous apportons ici quelques clés sur la façon d’agir dans ces circonstances.

Pourquoi mon fils échoue-t-il dans plusieurs matières ?

La tendance est de blâmer l’enfant pour ses mauvaises notes et d’attribuer ces résultats à son manque d’effort. Bien que dans de nombreuses occasions, c’est le manque de dévouement qui en est la cause, il peut y avoir d’autres raisons.

Problèmes d’apprentissage sans surveillance

Un enfant peut ne pas réussir ses examens parce qu’il a des difficultés qui n’ont pas été identifiées. La dyslexie, le TDAH, le syndrome d’Asperger, les troubles moteurs ou la dyscalculie sont des conditions qui peuvent rendre l’apprentissage difficile en classe et en dehors.

Si votre enfant souffre de l’un de ces problèmes et ne reçoit pas l’accompagnement approprié, il lui sera très difficile de suivre sa scolarité.



Manque de motivation

Parfois, les parents se battent avec leurs enfants pour les amener à étudier tous les jours et à se concentrer sur ce qu’ils font. Les enfants trouvent toujours une excuse pour repousser ce moment et trouvent n’importe quel prétexte pour se distraire de leurs tâches (chose qui devient plus facile avec les réseaux sociaux).

Cette situation ne se produit pas toujours parce que le mineur est irresponsable, mais plutôt parce qu’il est démotivé. Les cours, le style d’apprentissage ou le fonctionnement du système éducatif n’attirent pas leur attention, n’éveillent ni leur curiosité ni leur envie d’apprendre.

Habitudes et techniques d’étude inadéquates

Beaucoup d’enfants font des efforts pour étudier et faire leurs devoirs ; même ainsi, ils continuent d’échouer. Ces enfants investissent plusieurs heures chaque jour, ils commencent à étudier à l’avance, et pourtant, ils n’obtiennent pas les résultats escomptés.

C’est généralement parce qu’ils ont de mauvaises habitudes d’étude. Rappelons-nous qu’il ne s’agit pas d’étudier plus, mais d’étudier bien.



Manque de temps

Il est également possible que si votre enfant échoue dans plusieurs matières, c’est parce qu’il n’a pas assez de temps à consacrer à ses études. Les enfants et les adolescents ont parfois des horaires chargés entre l’école et les activités parascolaires. Non seulement ces activités prennent du temps sur leurs études, mais elles portent également un niveau de stress qui les empêche de performer.

Problèmes émotionnels

Enfin, si l’enfant traverse des moments difficiles sur le plan personnel, familial ou scolaire, ses notes peuvent en être affectées. Le divorce parental, le deuil d’un être cher, le harcèlement ou le fait de ne pas savoir gérer ses émotions peuvent rendre l’étude extrêmement difficile.

Que faire si votre enfant échoue dans plusieurs matières ?

Diverses sont les causes à l’origine des mauvaises notes. Par conséquent, les mesures à prendre dépendront du cas spécifique.

Voici quelques clés qui peuvent être utiles :

  • Si vous soupçonnez l’existence d’un problème d’apprentissage, il est préférable de consulter un professionnel pour une évaluation psychologique. Ce dernier pourra déterminer les supports et les adaptations les plus appropriés pour le mineur, ainsi que lui enseigner des stratégies d’utilisation.
  • Il est important d’établir une routine et d’instiller de bonnes habitudes d’étude. Votre enfant doit apprendre à planifier et à s’organiser, à disposer d’un espace suffisant et à travailler tous les jours. Tout laisser pour la veille de l’examen n’est pas une bonne option. Dans un premier temps, vous pouvez l’aider (ou chercher une aide extérieure) dans cet objectif, mais il est important qu’il prenne progressivement en charge sa progression.
  • Parfois, il peut être utile de prioriser les activités pour alléger l’emploi du temps et donner plus de temps à l’enfant pour étudier. Un stress excessif n’est pas positif.
  • S’il a des problèmes de concentration ou si un sujet particulier lui est difficile, vous pouvez lui proposer de l’aider. Cependant, lorsque les parents agissent en tant qu’enseignants, l’émotivité rend l’expérience très négative pour les deux parties. Un centre d’études ou un professeur particulier sont de meilleures solutions.
  • Pour lutter contre le manque de motivation, il faut aider l’enfant à s’impliquer dans son propre projet de vie. Encouragez-les à se projeter dans l’avenir, à imaginer la vie qu’ils veulent vivre et à comprendre que la formation académique joue un rôle important dans ce projet.
La famille fait ses devoirs.
Le soutien des parents est important, mais il ne peut pas dépasser certaines limites, pour que l’enfant devienne responsable de lui-même.

La punition ne résout rien

Les bagarres et les punitions excessives ne sont pas une bonne option éducative.

Ces pratiques minent l’estime de soi des mineurs et minent les liens affectifs entre parents et enfants. Il est préférable de privilégier le renforcement et la recherche de solutions conjointes.

Si votre enfant échoue dans plusieurs matières, asseyez-vous avec lui pour discuter des causes possibles et des solutions disponibles. Impliquez-le dans ce processus afin qu’il puisse assumer la responsabilité de ce qui s’est passé, mais dans le même temps, faites-lui savoir qu’il a votre soutien pour trouver une solution appropriée.

Le renforcement positif peut être utilisé pour motiver l’enfant, mais il ne convient pas d’utiliser des récompenses matérielles excessives pour le récompenser. La motivation intrinsèque (celle qui découle de son propre désir d’apprendre, de s’améliorer ou d’atteindre son propre objectif) est beaucoup plus forte que le renforcement externe.

Cela pourrait vous intéresser ...
5 conseils pour apprendre aux enfants à être reconnaissants
Améliore ta Santé
Lisez-le dans Améliore ta Santé
5 conseils pour apprendre aux enfants à être reconnaissants

Apprendre aux enfants à être reconnaissants leur permettra de se sentir plus satisfaits et heureux et de créer de meilleures relations.



  • Aguilar, J., González, D., & Aguilar, A. (2016). Un modelo estructural de motivación intrínseca. Acta de investigación psicológica6(3), 2552-2557.
  • Artigas-Pallarés, J. (2002). Problemas asociados a la dislexia. Revista de neurología34(1), 7-13.
  • Enríquez Villota, M. F., Fajardo Escobar, M., & Garzón Velásquez, F. (2015). Una revisión general a los hábitos y técnicas de estudio en el ámbito universitario. Psicogente18(33), 166-187.