Mythes et vérités sur la consommation d'ail

L'ail est l'un des aliments les plus connus pour ses propriétés médicinales. Pourtant, autour de sa consommation, il existe des mythes qu'il vaut mieux démanteler.
Mythes et vérités sur la consommation d'ail
Leonardo Biolatto

Relu et approuvé par le médecin Leonardo Biolatto.

Dernière mise à jour : 26 novembre, 2022

Il existe plusieurs mythes sur la consommation d’ail qui ont généré une confusion quant à ses propriétés. S’il est vrai qu’il s’agit d’un aliment nutritif et sain, certains des effets “presque miraculeux” qui lui sont attribués ne sont pas vrais.

Comme d’autres aliments, ce bulbe peut contribuer aux soins de santé lorsqu’il est inclus dans une alimentation saine et équilibrée. Et bien que son potentiel pharmacologique ait été largement étudié, certains effets ne sont que de fausses croyances.

Vous souhaitez en savoir plus ? Poursuivez donc votre lecture !

Les 4 mythes sur la consommation d’ail

L’ail (Allium sativum L.) est une épice largement utilisée dans la cuisine méditerranéenne et dans d’autres parties du monde. Il est souvent utilisé pour assaisonner la viande, le poisson, les soupes et les plats de riz, parmi de nombreuses autres recettes. De plus, c’est un ingrédient apprécié pour ses propriétés médicinales.

Son principal composé actif, l’allicine, qui lui confère des effets antibiotiques, anti-inflammatoires, antihypertenseurs, hypoglycémiants, antiprolifératifs et antiviraux.

Ainsi, seul ou en thérapie complémentaire, son apport contribue à la prévention et au traitement de divers troubles de santé. Le problème ? Beaucoup de ses effets ne sont pas aussi magiques que certains le pensent. Même plusieurs de ses applications ont été classées comme un mythe. Voyons quelles sont ces croyances.



[/atomik -lu-aussi ]

1. De l’ail à jeun pour perdre du poids

L’un des mythes les plus répandus sur la consommation d’ail est que sa consommation à jeun peut aider à perdre du poids. On prétend que mâcher une gousse d’ail en tout début de journée – seule ou associée à une cuillère à soupe d’huile d’olive ou de miel – active le métabolisme et favorise la combustion des graisses.

Cependant, ces affirmations ont été démenties par les médecins, les nutritionnistes et les scientifiques. En premier lieu, rien ne prouve que manger de l’ail à jeun ait un effet plus important que s’il est pris à d’autres moments de la journée.

D’un autre côté, aucun aliment ou composé ne peut à lui seul entraîner une perte de poids significative. Le processus de perte de poids nécessite une approche multidisciplinaire, dans laquelle doivent être impliqués des nutritionnistes, des médecins, des préparateurs physiques et même des psychologues.

Il existe de multiples facteurs qui affectent le surpoids et l’obésité, il est donc nécessaire de les aborder de manière globale pour atteindre un poids sain et stable à long terme. De plus, les caractéristiques individuelles de chaque personne doivent être considérées pour obtenir un plan personnalisé.

Ce que dit la science sur l’ail et la perte de poids

Il est clair que l’ail seul n’aide pas à perdre du poids. Pour autant, son inclusion dans le cadre d’une alimentation équilibrée et hypocalorique peut être bénéfique.

Une méta-analyse rapportée par International Journal for Vitamin and Nutrition Research a révélé que les suppléments d’ail n’ont aucun effet significatif sur le poids corporel ou l’indice de masse corporelle (IMC). Malgré cela, ils semblent aider à réduire le tour de taille chez les patients obèses.

Pour sa part, une étude partagée dans Advanced Biomedical Research a rapporté que la supplémentation en ail favorise la réduction du poids corporel et de la masse grasse chez les personnes atteintes de stéatose hépatique non alcoolique.

D’autres études animales ont donné des résultats similaires. Cependant, certains produits tels que l’huile et l’extrait d’ail ont été utilisés dans ceux-ci, et non l’ail cru.

L’ail peut compléter un régime minceur, mais il ne fait pas perdre de kilos en soi.
Mincir avec l'ail
Aucun aliment ne provoque une perte de poids par lui-même. Perdre du poids de manière saine nécessite une approche multidisciplinaire.

2. L’ail pour détoxifier le sang

Il y a ceux qui consomment de l’ail cru dans l’idée de “purifier” ou de “détoxifier” le sang. L’argument est que les composés soufrés de cet aliment peuvent favoriser l’élimination des toxines du sang en stimulant la fonction hépatique. Mais est-ce vrai ?

Malheureusement, c’est un autre des nombreux mythes. Il n’y a aucune preuve scientifique indiquant que l’ail cru, l’ail vieilli ou tout complément d’ail nettoie le sang. À l’inverse, les experts médicaux et nutritionnels avertissent que tout ce qui prétend être “détoxifiant” est susceptible d’être inutile.

La raison est très simple : le foie et les reins sont chargés de filtrer le sang et de décomposer les déchets. Ainsi, tant que ces organes sont sains, il n’est pas nécessaire d’ingérer une aide extérieure pour que le processus se déroule de manière optimale.

Bien sûr, l’ail fait partie des nombreux aliments qui apportent des nutriments essentiels au bon fonctionnement de ces organes. Mais comme dans le cas précédent, ce n’est pas un purificateur en soi.

Les moyens les plus efficaces de garder le corps exempt de toxines consistent à adopter une alimentation saine, une routine d’exercice et un mode de vie loin des habitudes telles que l’alcool et le tabac. L’élimination de la consommation d’aliments ultra-transformés et la consommation d’eau sont également d’une grande aide.

3. L’ail pour traiter le COVID-19

L’un des mythes les plus répandus pendant la pandémie de COVID-19 était que la consommation d’ail pouvait soigner la maladie. Selon ses défenseurs, il suffirait de hacher 8 gousses d’ail crues et de les mettre dans 3 litres d’eau bouillante. Une fois l’infusion obtenue, elle pourrait “magiquement” atténuer les symptômes.

Cela est bien loin de la réalité. Bien qu’il s’agisse d’un aliment au potentiel antimicrobien et antiviral, il ne peut à lui seul éliminer le coronavirus ou ses manifestations cliniques. Et même s’il s’agit d’un remède inoffensif pour la plupart des personnes, il est peu probable qu’il fonctionne.

Les études sur l’ail et son potentiel effet contre la COVID-19

Pour l’instant, les professionnels de la santé conviennent que l’ail n’est pas un traitement contre le COVID-19. Malgré cela, il existe quelques publications scientifiques qui parlent de ses possibles bienfaits contre cette maladie.

Via Nutrition Journal, les scientifiques rapportent que les composés organosulfurés et les flavonoïdes de l’ail ont des effets immunomodulateurs qui peuvent être utiles comme traitement d’appoint contre les infections. Il pourrait notamment contribuer à réduire les effets secondaires des médicaments, puisqu’il permet de réduire la dose utilisée.

Cependant, des études plus larges et plus concluantes sont nécessaires. Aussi, nous ne devons pas ignorer les risques possibles. Dans un rapport de cas partagé dans Special Care in Dentistry , une patiente a subi des brûlures à la muqueuse buccale en raison de l’ingestion quotidienne d’ail cru comme mesure pour renforcer le système immunitaire pendant la pandémie.

La même publication avertit que ce type de remède peut entraîner des brûlures abdominales et cutanées lorsqu’il est utilisé de manière inappropriée.

Les nutriments présents dans l’ail sont bénéfiques pour la santé lorsqu’ils sont inclus dans une alimentation complète et équilibrée. Il faut faire preuve de prudence avec la consommation d’ail à l’état brut.
Coronavirus.
De nombreuses personnes ont consommé de grandes quantités d’ail pendant la pandémie de coronavirus afin de renforcer leur système immunitaire. Cependant, ce n’est pas une mesure efficace.

4. Ail anti-cancer

Sans aucun doute, c’est l’un des mythes sur la consommation d’ail que tout le monde devrait cesser de croire. Manger de l’ail cru, cuit ou en supplément ne peut pas prévenir, et encore moins soigner le cancer. Cette idée vient de plusieurs études préliminaires et observationnelles qui parlent du potentiel antitumoral de cette épice.

En particulier, il a été déterminé que l’ail agit contre des formes de cancer telles que le cancer de la prostate, colorectal, du sein et de l’endomètre, entre autres. Même ainsi, il n’y a pas suffisamment de preuves pour le considérer comme un traitement.

Contrairement à cela, une déclaration de l’Université Pompeu Fabra (UPF) indique que les preuves disponibles ne sont pas de qualité suffisante pour confirmer les propriétés anticancéreuses de l’ail. Des études plus rigoureuses sont nécessaires pour déterminer plus précisément son rôle contre cette maladie.

L’inclusion de l’ail dans l’alimentation régulière est saine et fournit au corps des antioxydants, des vitamines, des minéraux et d’autres nutriments essentiels pour maintenir la santé. Son apport peut compléter le régime alimentaire et les habitudes saines liées à la prévention de ce type de maladie.



[/atomik -lu-aussi ]

L’ail, un aliment sain, mais pas miracle

En somme, inclure l’ail dans l’alimentation régulière peut apporter plusieurs bienfaits pour la santé. Mais contrairement à ce que beaucoup de gens pensent, ce n’est pas en soi un miracle ni une option de traitement pour les maladies ou l’excès de poids.

En effet, il convient de faire attention à sa consommation quotidienne, surtout crue, car elle peut provoquer des nausées, des brûlures dans la bouche et des irritations au niveau de l’estomac. Il est préférable de le prendre avec modération, ajouté aux repas.

Si vous souhaitez en prendre sous forme de complément, vous devez suivre les recommandations de consommation du fabricant. Avant tout, il est essentiel de garder à l’esprit que cet ingrédient ne remplace aucun traitement médical.

Cela pourrait vous intéresser ...
Gélules d’ail : bienfaits et recommandations
Améliore ta Santé
Lisez-le dans Améliore ta Santé
Gélules d’ail : bienfaits et recommandations

Les gélules d'ail sont bénéfiques pour la santé. Découvrez ici quelles sont leurs caractéristiques et comment les utiliser.



  • Ansary J, Forbes-Hernández TY, Gil E, Cianciosi D, Zhang J, Elexpuru-Zabaleta M, Simal-Gandara J, Giampieri F, Battino M. Potential Health Benefit of Garlic Based on Human Intervention Studies: A Brief Overview. Antioxidants (Basel). 2020 Jul 15;9(7):619. doi: 10.3390/antiox9070619. PMID: 32679751; PMCID: PMC7402177.
  • Bayan L, Koulivand PH, Gorji A. Garlic: a review of potential therapeutic effects. Avicenna J Phytomed. 2014 Jan;4(1):1-14. PMID: 25050296; PMCID: PMC4103721.
  • Montesi L, El Ghoch M, Brodosi L, Calugi S, Marchesini G, Dalle Grave R. Long-term weight loss maintenance for obesity: a multidisciplinary approach. Diabetes Metab Syndr Obes. 2016 Feb 26;9:37-46. doi: 10.2147/DMSO.S89836. PMID: 27013897; PMCID: PMC4777230.
  • Mofrad MD, Rahmani J, Varkaneh HK, Teymouri A, Mousavi SM. The effects of garlic supplementation on weight loss: A systematic review and meta-analysis of randomized controlled trials. Int J Vitam Nutr Res. 2021 Jun;91(3-4):370-382. doi: 10.1024/0300-9831/a000607. Epub 2019 Jul 30. PMID: 31357923.
  • Soleimani D, Paknahad Z, Askari G, Iraj B, Feizi A. Effect of garlic powder consumption on body composition in patients with nonalcoholic fatty liver disease: A randomized, double-blind, placebo-controlled trial. Adv Biomed Res. 2016 Jan 27;5:2. doi: 10.4103/2277-9175.174962. PMID: 26955623; PMCID: PMC4763563.
  • Kagawa Y, Ozaki-Masuzawa Y, Hosono T, Seki T. Garlic oil suppresses high-fat diet induced obesity in rats through the upregulation of UCP-1 and the enhancement of energy expenditure. Exp Ther Med. 2020 Feb;19(2):1536-1540. doi: 10.3892/etm.2019.8386. Epub 2019 Dec 27. PMID: 32010335; PMCID: PMC6966189.
  • Lee MS, Kim IH, Kim CT, Kim Y. Reduction of body weight by dietary garlic is associated with an increase in uncoupling protein mRNA expression and activation of AMP-activated protein kinase in diet-induced obese mice. J Nutr. 2011 Nov;141(11):1947-53. doi: 10.3945/jn.111.146050. Epub 2011 Sep 14. PMID: 21918057.
  • Kim MJ, Kim HK. Effect of garlic on high fat induced obesity. Acta Biol Hung. 2011 Sep;62(3):244-54. doi: 10.1556/ABiol.62.2011.3.4. PMID: 21840827.
  • InformedHealth.org [Internet]. Cologne, Germany: Institute for Quality and Efficiency in Health Care (IQWiG); 2006-. What does blood do? [Updated 2019 Aug 29]. Available from: https://www.ncbi.nlm.nih.gov/books/NBK279392/
  • Li G, Ma X, Deng L, Zhao X, Wei Y, Gao Z, Jia J, Xu J, Sun C. Fresh Garlic Extract Enhances the Antimicrobial Activities of Antibiotics on Resistant Strains in Vitro. Jundishapur J Microbiol. 2015 May 31;8(5):e14814. doi: 10.5812/jjm.14814. PMID: 26060559; PMCID: PMC4458355.
  • Rouf R, Uddin SJ, Sarker DK, Islam MT, Ali ES, Shilpi JA, Nahar L, Tiralongo E, Sarker SD. Antiviral potential of garlic (Allium sativum) and its organosulfur compounds: A systematic update of pre-clinical and clinical data. Trends Food Sci Technol. 2020 Oct;104:219-234. doi: 10.1016/j.tifs.2020.08.006. Epub 2020 Aug 19. PMID: 32836826; PMCID: PMC7434784.
  • Khubber, S., Hashemifesharaki, R., Mohammadi, M. et al. Garlic (Allium sativum L.): a potential unique therapeutic food rich in organosulfur and flavonoid compounds to fight with COVID-19. Nutr J 19, 124 (2020). https://doi.org/10.1186/s12937-020-00643-8
  • Petrovic V, Nepal A, Olaisen C, Bachke S, Hira J, Søgaard CK, Røst LM, Misund K, Andreassen T, Melø TM, Bartsova Z, Bruheim P, Otterlei M. Anti-Cancer Potential of Homemade Fresh Garlic Extract Is Related to Increased Endoplasmic Reticulum Stress. Nutrients. 2018 Apr 5;10(4):450. doi: 10.3390/nu10040450. PMID: 29621132; PMCID: PMC5946235.
  • Lee J, Zhao N, Fu Z, Choi J, Lee HJ, Chung M. Effects of garlic intake on cancer: a systematic review of randomized clinical trials and cohort studies. Nutr Res Pract. 2021 Dec;15(6):773-788. doi: 10.4162/nrp.2021.15.6.773. Epub 2021 Jul 26. PMID: 34858554; PMCID: PMC8601942.
  • La ciencia no respalda el consumo de ajo para reducir el riesgo de cáncer. (2018). Universitat Pompeu Fabra, Barcelona. https://www.upf.edu/es/web/comunicacio/noticies/-/asset_publisher/Z43gkEdp7zFm/content/id/220466701/maximized#.Y36ZBXbMI2x

Le contenu de cette publication est uniquement destiné à des fins d'information. À aucun moment, il ne peut servir à faciliter ou à remplacer les diagnostics, les traitements ou les recommandations d'un professionnel. Consultez votre spécialiste de confiance si vous avez des doutes et demandez-lui son accord avant de commencer toute procédure.